Publié dans Politique

Atteinte à la sureté intérieure de l’Etat - La plainte de la Primature classée ?

Publié le lundi, 21 janvier 2019

La semaine dernière, le Bureau Indépendant Anti Corruption (BIANCO) a levé le doute sur l’apparente lenteur prise par l’affaire concernant le transitaire Mbola Rajaonah et relative à des soupçons de corruption dans des opérations de dédouanement effectuée par l’entreprise de l’intéressé. Selon Jean Louis Andriamifidy, Directeur général du BIANCO, cette suspension de la procédure s’explique par les traditionnelles vacances judiciaires intervenues vers la fin de l’année dernière.
Mais outre cette affaire de corruption, ce même opérateur, avec plusieurs autres personnalités politiques, est aussi impliqué dans une autre procédure judiciaire qui, à l’instar de la première, connaît aussi un subit ralentissement après avoir démarré sur les chapeaux de roue. Il s’agit de la plainte déposée le 3 janvier dernier par la Direction de la Législation et du Contentieux (DLC) au sein de la Primature pour « atteinte à la sureté intérieure de l’Etat ». Comme aucune explication n’est fournie par les autorités concernées sur cet apparent blocage, d’aucuns craignent que, quelque part, certains font trainer le dossier avant de le classer tout bonnement une fois que l’oubli s’installe.


« Provoquer la haine du Gouvernement »
Rappelons que cette deuxième affaire concerne, outre le susnommé Mbola Rajaonah, les journalistes Rolly Mercia,  Fidèle Razara Pierre, Fernand Cello, ainsi que le politicien James Ratsima et la magistrate suspendue Fanirisoa Ernaivo. Elle porte, entre autres, sur l’incitation à la révolte à laquelle se sont livrés les personnages en question entre les deux tours de l’élection présidentielle. Si certains d’entre eux se sont exprimé lors des manifestations sur le parvis de l’hôtel de ville de la Capitale, d’autres avaient  lancé leur appel à partir des organes de presse du  groupe RLM communication, appartenant à Mbola Rajaonah. Concrètement, les prévenus avaient appelé la population à ne pas accepter les résultats de l’élection présidentielle déjà publiés par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) ainsi que ceux qui, à l’époque, étaient en attente de publication par la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) si jamais les derniers allaient dans le même sens que les premiers.
Outre la participation à une manifestation interdite, fait visé par l’article 11 de l’Ordonnance n°60-082 du 13 août 1960 relative aux réunions publiques et aux manifestations sur la voie publique, ce sont les articles 91 et suivant du Code pénal qui sont soulevés par la DLC lorsqu’elle parle d’« atteinte à la sureté intérieur de l’Etat ». Au regard de la plainte, le fait pour ces politiciens et journalistes pro-Ravalomanana d’inciter la population à protester contre les résultats officiels (provisoires et définitifs), mais aussi à provoquer la haine contre le Premier ministre en l’accusant de violence contre la population, tombe sous le coup des dispositions du Code pénal suscitées, lesquelles visent les « manœuvres et actes de nature à compromettre la sécurité publique ou à occasionner des troubles politiques graves, à provoquer la haine du Gouvernement, à enfreindre les lois du pays ».
« Appel au meurtre »
D’aucuns estiment que, à l’instar de l’affaire ayant impliqué les simples manifestant pro-Ravalomanana, laquelle s’est soldée par la libération de tous les inculpés, les autorités judiciaires devraient rendre publique l’issue, quelle qu’elle soit, qu’elles entendent donner à cette plainte de la DLC de Mahazoarivo. Quoi qu’il en soit cependant, jeter aux oubliettes le dossier équivaudrait à un déni de justice, les preuves sur la réalité des actes incriminés étant accablantes. Entre autres les enregistrements des émissions audiovisuelles ou encore les appels à la révolte lancés en public lors des manifestations sur la place du 13 mai. La HCC, par exemple, dans un communiqué officiel publié le 7 janvier dernier, a déclaré avoir « pris acte des appels au meurtre d’une candidate recalée au premier tour par les électeurs » (sic).
La Rédaction

Fil infos

  • Armée Malagasy - Haro sur les conspirations
  • Preuves accablantes contre Paul R. et consorts - « Madagascar Oil » confirme le projet de coup d’Etat
  • Christian Ntsay sur la tentative d’assassinat du Président - « Ce n’est pas du cinéma, il est question de vie ! »
  • Emprisonné en Roumanie - Radu Mazère conteste son extradition de Madagascar
  • Frontières malagasy - Réouverture incertaine 
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - L’Etat-major des armées françaises lâche les deux officiers arrêtés
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - Les pièces à conviction saisies : Des armes de guerre et des milliards d'ariary
  • Projet d’attentat contre le Président de la République - Condamnation tous azimuts
  • Restitution des îles Eparses - Pas un mot des “collabos” !
  • Tentative d’élimination physique du Président Andry Rajoelina - Des ressortissants malagasy et étrangers arrêtés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • CUA, la résurrection !
    Antananarivo, la ville d’Andrianjaka, la Ville des Mille renaît-elle de ses cendres ! Guy Willy Razanamasy resurgit-il de sa tombe ! Ou plutôt, le maire Naina Andriantsitohaina jouit-il de la réincarnation du Lahimatoan’Iarivo ! Autant de questions qui taraudent l’esprit en constatant de visu la prouesse du premier magistrat de la ville et son équipe autour de l’assainissement de la Capitale.Les trottoirs de Soarano-Behoririka se dégarnissent. Ces étalagistes, les petits marchands informels qui occupaient indûment les trottoirs déménagent, à contrecœur évidemment. A coup de sifflets, de cris et des huées, ils ont occupé la rue mais les éléments de la Police municipale épaulés par ceux de la Police nationale maîtrisent la situation. En fait, ils déclinent carrément l’offre de la Commune à savoir les recaser au « Tsenaben’ny Behoririka », un nouveau et joli bâtiment « Manara-penitra », de surcroît, dédié pour. Ces étalagistes délogés jugent trop exigus le 1,5…

A bout portant

AutoDiff