Publié dans Politique

Transport de crabes hors – normes - 3 véhicules interceptés par la Gendarmerie à Mahitsy

Publié le lundi, 28 janvier 2019

Une prise intéressante dans le filet de la gendarmerie ! 3 véhicules dont une Volkswagen et deux Sprinters ont été interceptés par les agents de contrôle de la Gendarmerie à Ampanotokana, Mahitsy, samedi dernier. Ces voitures étaient chargées de cartons remplis de crabes vivants dont la taille n’est pas conforme aux normes c’est-à-dire en dessous de 11cm. En provenance de Mahajanga, Ambanja et Antsohihy, les crabes avaient pour destination un lieu de stockage d’une société dénommée Maprosud dont le siège est sis à Ambohibao, Antananarivo.

Le véhicule Volkswagen a été le premier à avoir été intercepté à Ampanotokana. Le conducteur était sommé d’attendre les responsables du Centre de surveillance de la pêche (CSP) qui ont été alertés. Par la suite, les deux autres véhicules Sprinter ont été surpris avec des paniers remplis de crabes. Ces crustacés avaient les mêmes caractéristiques que ceux découverts dans le premier véhicule, à une taille en dessous de 11cm.

 

 Monopole  d’une minorité

 Jusqu’ici, l’on n’a reçu aucune nouvelle de ces crabes. Force est donc de constater que ces crustacés n’ont pas été saisis. Actuellement, il est observé que des opérateurs qui ont obtenu le privilège d’exportation de ces produits s’adonnent à une forme de course aux quotas, notamment à l’approche de la fête nationale de la Chine le 04 et 05 février prochains. La demande des consommateurs chinois est donc en hausse à cette occasion, d’autant plus que la Chine constitue le principal pays destinataire de nos exportations en crabes. Dans cette course, lesdits opérateurs vont jusqu’à faire fi des normes en exploitant les crabes qui n’atteignent même pas la taille exigée pour l’exportation.

D’après des sources bien informées, 05 opérateurs détiennent actuellement le monopole de l’exploitation et l’exportation de crabes. Pourtant, 11 opérateurs se sont vus dotés d’agréments par l’Etat. Malgré tout, seuls les 05 opérateurs précités font la loi auprès des pêcheurs de crabes. Ces derniers se plaignent du fait que le prix du kilo ne dépasse même pas les 7 000 ariary. Auparavant, le kilo pouvait atteindre 16 000 ariary lorsque le nombre des exportateurs n’était pas limité. Outre cette doléance des pêcheurs, cette course aux quotas risque d’augmenter le risque d’extinction des crabes qui sont déjà exploités alors qu’elles n’atteignent même pas la taille moyenne de 11cm. Une situation qui devrait interpeller le ministère de tutelle !

L.R

Fil infos

  • Armée Malagasy - Haro sur les conspirations
  • Preuves accablantes contre Paul R. et consorts - « Madagascar Oil » confirme le projet de coup d’Etat
  • Christian Ntsay sur la tentative d’assassinat du Président - « Ce n’est pas du cinéma, il est question de vie ! »
  • Emprisonné en Roumanie - Radu Mazère conteste son extradition de Madagascar
  • Frontières malagasy - Réouverture incertaine 
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - L’Etat-major des armées françaises lâche les deux officiers arrêtés
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - Les pièces à conviction saisies : Des armes de guerre et des milliards d'ariary
  • Projet d’attentat contre le Président de la République - Condamnation tous azimuts
  • Restitution des îles Eparses - Pas un mot des “collabos” !
  • Tentative d’élimination physique du Président Andry Rajoelina - Des ressortissants malagasy et étrangers arrêtés
Pub droite 1

Editorial

  • CUA, la résurrection !
    Antananarivo, la ville d’Andrianjaka, la Ville des Mille renaît-elle de ses cendres ! Guy Willy Razanamasy resurgit-il de sa tombe ! Ou plutôt, le maire Naina Andriantsitohaina jouit-il de la réincarnation du Lahimatoan’Iarivo ! Autant de questions qui taraudent l’esprit en constatant de visu la prouesse du premier magistrat de la ville et son équipe autour de l’assainissement de la Capitale.Les trottoirs de Soarano-Behoririka se dégarnissent. Ces étalagistes, les petits marchands informels qui occupaient indûment les trottoirs déménagent, à contrecœur évidemment. A coup de sifflets, de cris et des huées, ils ont occupé la rue mais les éléments de la Police municipale épaulés par ceux de la Police nationale maîtrisent la situation. En fait, ils déclinent carrément l’offre de la Commune à savoir les recaser au « Tsenaben’ny Behoririka », un nouveau et joli bâtiment « Manara-penitra », de surcroît, dédié pour. Ces étalagistes délogés jugent trop exigus le 1,5…

A bout portant

AutoDiff