Publié dans Politique

Braderie à la Commune urbaine d’Antananarivo - Le jardin d’Antaninarenina vendu !

Publié le mercredi, 30 janvier 2019

Malheureusement c’est la triste réalité, le jardin d’Antaninarenina n’appartient plus aux contribuables, ni à l’Etat encore moins à la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA). Désormais, cet unique espace vert bien entretenu devenu au fil des temps aire de repos, source d’inspiration des artistes, lieu d’exposition des peintres et auparavant lieu de représentation de la fanfare gouvernementale, appartiendrait à un particulier.  Des informations circulent selon lesquelles la CUA a vendu le jardin d’Antaninarenina.  L’acquéreur s’est déjà manifesté auprès  de certains occupants en les demandant de plier bagage d’ici peu. L’heureux élu par la CUA serait un Malagasy mais il y a de forte chance que celui-ci n’est qu’un prête-nom, le véritable propriétaire n’ose pas encore montrer son visage. Néanmoins, ce dernier, le vrai propriétaire, aurait entamé les études pour la réalisation de son projet d’ériger au lieu et à la place de ce jardin historique, un grand immeuble à vocation commerciale ou habitation. Avec un prix de cession certainement au plus bas, l’investisseur pourrait se frotter les mains d’avoir réalisé de bonnes affaires avec des autorités vulnérables.  Le même cas et le même profit qu’à l’achat de la villa Elisabeth à Ivandry, vendue officiellement par l’Etat à 1.000 ar le m2. Cette fois-ci, ce n’est pas le ministère qui est l’initiateur de la vente mais la Commune urbaine d’Antananarivo, étant donné que le jardin lui appartient. « Nous avons eu vent de la cession du terrain mais apparemment, elle n’a jamais été discutée à notre niveau. Or, toute vente des biens de  la Commune devrait avoir en principe notre aval », rétorque un conseiller municipal sur la véracité ou non de cette vente décidée  unilatéralement ainsi par l’exécutif de la CUA.Cette cession du jardin d’Antaninarenina s’avère ainsi le summum de la vente en catimini réalisée par l’équipe de la commune urbaine, soit celle  d’aujourd’hui, soit des précédentes. 

A part ce jardin, des  terrains communaux ont été cédés sans la moindre transparence. C’est le cas toujours du côté d’Antaninarenina en face du bâtiment abritant le centre technique de la Telma. Des travaux y ont été effectués mais stoppés net par le ministère de l’Aménagement en 2017 mais à la surprise générale, ils ont bel et bien repris. A preuve, la disparition des arbres qui ont fait le bonheur jadis des promeneurs. A Ambodin’Anosy également, la Commune y a vendu aussi une partie du terrain accidenté et où les travaux de déblayage ne se déroulent que la nuit.  Les habitants de la cité Analamahitsy s’étonnent eux aussi qu’une partie du parking du Coliseum est depuis quelques jours clôturée et le tout coïncidait avec l’expulsion manu-militari de son garage d’un investisseur mauricien du coin. Ce dernier qui s’est établi sur ce terrain de la commune depuis 1997  a payé régulièrement auprès de la CUA les impôts y afférents mais a été ignoré à la vente. Celui-ci lors de sa rencontre avec la presse a affirmé que c’est à un  certain Mahefasoa, un prête-nom certainement, que la CUA a vendu  au mois d’avril dernier le terrain qu’il a occupé depuis. Pas plus tard qu’hier, un quotidien de la place a révélé que le terrain du CEG Analamahitsy, dont la vente a été pourtant niée par la CUA, est complétement rasé. Ce qui signifie la fin prochainement de ce CEG et l’annonce d’un début des travaux  effectués par le nouveau propriétaire.  Les ressources financières obtenues des transactions ne sont pas palpables sur terrain. Si elles ont été réalisées dans les règles de l’art et en respectant la valeur sur le marché  de ces terrains, la caisse de la CUA serait bien renflouée.Cependant, Antananarivo-ville en effet  ressemble étrangement à un champ de bataille avec des rues garnies de nids de poule, des canaux débordant dès les premières gouttes de pluie, des véhicules de la police communale mal entretenus et font la risée des habitants…. 

Ce qui veut tout simplement dire que les recettes de ces ventes ne suivent pas le barème réel ouvrant ainsi les portes aux craintes des uns et les suspicions des autres de l’existence de corruption ou de favoritisme….. Que la Mairesse de la ville d’Antananarivo, Lalao Ravalomanana, épouse du malheureux candidat aux dernières élections présidentielles, sort de son silence pour démentir ces informations. Et cette fois-ci, on souhaite vraiment qu’on ait tort….

La Rédaction

Fil infos

  • Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo - « Paul Rafanoharana n’a jamais été conseiller du Président de la HAT »
  • Menaces intérieures et extérieures - Les Forces armées derrière le Président
  • Ralaialitiana Andrianarisoa, témoin d’histoire - « La mise en cause des intérêts économiques de sociétés étrangères entraîne à chaque fois la déstabilisation du régime »
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - « Un tel projet va à l’encontre des valeurs malagasy »
  • Cardinal Tsarahazana Désiré à Iavoloha - « Les catholiques s’opposent à la violence et l’attentat à la vie »
  • Kidnapping à Anjozorobe - Un suspect échappe de la protection des Forces et meurt lynché
  • Présidents en exercice à Madagascar - Au moins quatre attentats manqués depuis 1975
  • Conjoncture - Une inflation à surveiller de très près !
  • Tentative d'élimination physique du Président - 11 gendarmes dont 4 GSIS et deux généraux auditionnés
  • Mobilisation pour le Sud - Vers la capitalisation des ressources en eau

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Trop de princes !
    Que la triste et choquante tentative d’élimination physique de la personne du Chef de l’Etat ne nous voile pas les réalités toujours compliquées et encore difficiles vécues par les concitoyens. Qu’il nous soit permis de dresser sans état d’âme, ni complaisance ou détours le tableau qui met en relief la vie nationale vue surtout sous l’angle du train de vie des « Mpitondra Fanjakana ». Et qu’il nous soit admis également de rappeler, en toute humilité et en toute franchise, les consignes decelui à qui le peuple a confié son pouvoir et son avenir.La population vit dans une ambiance des plus tordues. Les effets délétères de la pandémie corsent tous les secteurs des activités économiques dont le tourisme qui littéralement s’agenouille. Les opérateurs attirent sérieusement l’attention des décideurs que leurs chiffres d’affaires ont baissé d’au moins 56 %. Le nombre des sans-emplois gonflent. Le coût de la vie, de son…

A bout portant

AutoDiff