Publié dans Politique

Arrestations « musclées » de Rajaonah et Eddy « bois de rose » - Les Forces de l’ordre justifient leurs actions

Publié le dimanche, 17 février 2019

Musclées, spectaculaires ou encore humiliantes. Tels ont été les qualificatifs utilisés par certains observateurs après les arrestations de la semaine dernière des deux opérateurs économiques Mbola Rajaonah et Eddy Maminirina dit Eddy  « bois de rose ».  Le déroulé des deux arrestations était, à quelques détails près, similaire. Les deux hommes avaient été arrêtés par deux escouades différentes des forces de police malagasy, respectivement mercredi à son bureau à Antsahabe et mardi non loin de son domicile à La City Ivandry. Filmées puis diffusées sur les réseaux sociaux, ces interpellations n’ont pas laissé indifférent.  Beaucoup ont applaudi. D’autres  ont été choqués des conditions dans lesquelles les arrestations ont été menées. Cette dernière catégorie de personne subodore des règlements de comptes politiques.  Ils n’ont pas tort, mais ils n’ont pas raison non plus, a indiqué un membre des Forces de l’ordre ayant été au cœur de l’action durant l’une de ces arrestations. Notre interlocuteur justifie toutefois les actions des forces de police et précise d’emblée que les individus interpellés ne sont pas de simples quidams. Et de rappeler ainsi que Mbola Rajaonah tout comme Eddy Maminirina ont des gardes du corps armés. Raison du déploiement de matériels des Forces de l’ordre chargées de l’arrestation. 

En effet, si les personnes chargées de la protection de ces personnalités disposent de pistolets, ne serait-il pas compréhensible que les Forces de l’ordre utilisent, pour des raisons logiques, des fusils automatiques tels que des kalachnikovs, une arme plus puissante ? Si les gardes du corps de ces suspects disposaient de kalachs, ne serait-il pas plus que normal de voir les éléments de la Police nationale utiliser des lance-roquettes ? Il en est de même en ce qui concerne les éléments humains. Ceux qui sont chargés de l’arrestation doivent être en supériorité numérique pour éviter toute mauvaise surprise. Afin de limiter au maximum les moyens d’y échapper, les Forces de l’ordre sont par ailleurs obligées de jouer sur l’effet de surprise pour des arrestations de ce genre de personnalités. Les interpellations sont ainsi menées dans des endroits inattendus pour le suspect à arrêter.  En ce qui concerne les arrestations en elles-mêmes, notre interlocuteur affirme que les Forces de l’ordre ont pour ordre de procéder aux arrestations, et que l’existence ou non de convocations au préalable ne rentre pas en ligne de compte à leur niveau.
La diffusion de vidéos des arrestations sur les réseaux sociaux  fait sans doute penser à des arrestations spectaculaires. Mais les Forces de l’ordre ne font que suivre la procédure. L’opératrice économique Claudine Razaimamonjy avait également été arrêtée dans les mêmes conditions sans que ceux qui dénoncent aujourd’hui les arrestations d’Eddy bois de rose et de Mbola Rajaonah ne s’offusquent de la manière dont l’interpellation a été menée. Notre interlocuteur souligne que ce genre d’arrestation est plus courant qu’on ne le croit.
La rédaction

Fil infos

  • Présidents en exercice à Madagascar - Au moins quatre attentats manqués depuis 1975
  • Conjoncture - Une inflation à surveiller de très près !
  • Tentative d'élimination physique du Président - 11 gendarmes dont 4 GSIS et deux généraux auditionnés
  • Mobilisation pour le Sud - Vers la capitalisation des ressources en eau
  • Armée Malagasy - Haro sur les conspirations
  • Preuves accablantes contre Paul R. et consorts - « Madagascar Oil » confirme le projet de coup d’Etat
  • Christian Ntsay sur la tentative d’assassinat du Président - « Ce n’est pas du cinéma, il est question de vie ! »
  • Emprisonné en Roumanie - Radu Mazère conteste son extradition de Madagascar
  • Frontières malagasy - Réouverture incertaine 
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - L’Etat-major des armées françaises lâche les deux officiers arrêtés
Pub droite 1

Editorial

  • Liaisons dangereuses !
    Sans vouloir aller trop loin pour décrypter l’œuvre épistolaire écrite par le français Pierre Choderlos de Laclos intitulée « Liaisons dangereuses » et publiée le 23 mars 1782 (Wikipédia), nous nous intéressons tout de même à certain parallélisme des faits. Dans la vie d’un ménage au sein de la petite famille, les tentations aux aventures ou à des liaisons extra-conjugales menacent à tout moment la solidité de la vie d’un couple et la cohésion familiale. Elles mettront toujours en danger l’avenir immédiat et à long terme de tous les membres de la famille (parents et enfants). Evitant de mettre les pieds dans la plate-bande des autres ou s’immiscer dans les affaires des directeurs des âmes ou des juges, nous nous limitons à dire que les liaisons dangereuses nuisent à la sérénité et à l’unité de la famille.Le parallélisme des faits entre la vie d’un couple au sein d’une famille avec…

A bout portant

AutoDiff