Publié dans Politique

Ministre Hajo Andrianainarivelo - « Le jardin d’Antaninarenina restera un domaine public »

Publié le dimanche, 24 février 2019

Ferme. Le ministre de l’Aménagement du territoire, du Logement et des Travaux publics, Hajo Andrianainarivelo, l’a été samedi dernier, sur la vente
illicite du jardin d’Antaninarenina, un bien de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA).  « Domaine public depuis les années 30, ce jardin le restera. Les dirigeants actuels n’accepteront jamais qu’il passe entre les mains d’autrui », a promis le ministre à l’endroit de quelques manifestants venus pour décrier la vente de cet espace vert de la Capitale qui, à lui seul, renferme des années d’histoire non seulement d’Antananarivo-ville mais également de Madagascar. « Une enquête a été déjà effectuée, vous en saurez plus d’ici peu. Mais je vous assure que les responsables trempés dans cette affaire seront sanctionnés. La seule révélation que je peux émettre aujourd’hui c’est l’existence de tout un réseau, comprenant des éléments de la CUA, du domaine et de la Justice, qui fabrique des pièces pour réaliser ce genre de vente », précise Hajo Andrianainarivelo. A lui d’ajouter que tous les terrains de la Commune urbaine d’Antananarivo vendus ces dernières années seront repris par l’Etat. « Nous avons découvert que ce jardin d’Antaninarenina n’est pas le seul bien de la CUA vendu illégalement. On fera tout pour qu’ils réintègrent le domaine public », révèle le ministre de l’Aménagement du territoire. Des actions judiciaires allant dans ce sens seront entreprises d’ici peu. L’office régional du tourisme d’Analamanga (ORTANA), occupant du lieu, est le premier à déclarer de poursuivre ses demandes au niveau de la Justice. 

« On va déposer une requête pour nullité de vente auprès du Tribunal administratif  le plus tôt possible. Un domaine public, selon la loi, est interdit à la vente et également insaisissable », affirme Maitre Koto Radilofe, du cabinet éponyme, avocat de l’ORTANA à qui le Tribunal n’a pas donné gain de cause sur sa demande de suspension en exécution de l’expulsion de son client. Et même si ce verdict proclamé jeudi dernier donne à l’acquéreur le droit de procéder dès aujourd’hui même à la démolition des infrastructures et l’expulsion des occupants du jardin d’Antaninarenina et la faculté de le clôturer, il est certain que celui-ci, qui a maintenant la queue entre les pattes, ne le fera pas. « Vous perdez votre temps et vos actions malsaines n’aboutiront jamais. Cessez de s’adonner à vos pratiques répugnantes », a averti le ministre aux auteurs de ce détournement de biens publics ainsi qu’au « recéleur ». C’est le journal que vous tenez entre les mains qui est le premier à lancer l’alerte sur la disparition probable du jardin d’Antaninarenina. Les documents entre nos mains mentionnent que c’est Lalaina Berthnés, président du conseil municipal à l’époque, et non Guy Razanamasy ou Lalatiana Ravolomanana, qui a conclu la vente en 1998 à une somme dérisoire de 6 millions d’ariary. Contrairement aux dires de l’équipe actuelle de la mairie d’Antananarivo qui affirme n’avoir connaissance de cette vente qu’après une récente enquête interne, elle était au courant. A preuve,  l’attestation administrative signée en 2017 par un haut responsable de la CUA. Affaire à suivre de très près…
La rédaction

Fil infos

  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars
  • Lutte contre l’insécurité dans la Sofia - Le député Velontsara dénonce l’immixtion de politiciens
  • Maroc - Le retour des Marocains au pays facilité
Pub droite 1

Editorial

  • Jerson, l'imprenable !
    Des actes de banditisme sèment le trouble et la terreur dans la Région de Sofia. Les autorités locales, dont en première ligne le Gouverneur, font des pieds et des mains, avec les soutiens des élus de la Région, pour remettre en selle la sécurité mais en vain. En cause, une escouade de hors-la-loi dirigée par le triste célèbre chef de bande Jerson qui sévit dans la Région depuis des années.

A bout portant

AutoDiff