Publié dans Politique

Paul Razanakolona - Une croix sur le gouvernorat

Publié le vendredi, 01 mars 2019

Le maire de la commune urbaine d’Antsirabe Paul Razanakolona pourrait dire adieu à son rêve. Ancien chef de région Vakinankaratra, il aurait aspiré à en devenir le futur gouverneur. Mais voilà que l’organe délibérant de la municipalité de la ville d’eaux lui ont barré la route. Lundi dernier, quatorze des dix-neuf conseillers municipaux ont décidé la suspension du premier magistrat de la ville. Le malaise a couvé depuis 2016 où de micromouvements de protestation au motif de malversations financières ont été rapportés. Les employés de l’administration municipale ont alors réclamé le paiement de six mois de salaire. Le maire a expliqué que l’arriéré de quatre mois était une ardoise laissée par l’équipe dirigeante antérieure. Entre temps, Paul Razanakolona, avec deux de ses proches collaborateurs, était trempé dans une affaire de détournement de denier public (cf. notre édition du 13 juillet 2017). Le ministre des Finances et du Budget de l’époque, Gervais  Rakotoarimanana, par l’arrêté numéro 5308/2017-MFB/SG/DGB/4365 du 9 mars 2017, a sommé le trio de payer à l’Etat au profit de la commune urbaine d’Antsirabe la somme de 677 759 325,11 ariary, l’équivalent des recettes non versées au trésorier municipal de la ville.


Recettes municipales
Les concernés ont trouvé les moyens de nier la véracité de l’information, par presse interposée, en dépit d’une autre version des faits par la direction de la Brigade d’investigation financière et de l’audit (DBIFA) auprès de la Direction générale du Trésor public. Les précisions de ce service étatique a fait l’objet d’une publication ultérieure. Selon nos informations, le commandement de payer reste toujours de rigueur jusqu’à maintenant. D’autres circonstances aggravantes s’y sont ajoutées. Par exemple, la chaîne nationale RNM a évoqué, mercredi, l’histoire de quittances non validées par le trésor public pourtant utilisées par le service municipal d’Antsirabe. Il s’agit encore et toujours de recettes municipales. Mais la goutte d’eau qui a fait déborder le vase est le non paiement des onze mois de salaire du personnel en sus des questions purement relationnelles.
Effet pervers
A la requête des concernés, le maire a répondu que le blocage vient de la non validation du conseil municipal du budget de l’année en cours. Selon des explications que nous avons pu collecter, l’équipe du maire n’a pas pris le temps de présenter ce document à l’organe délibérant à cause des deux tours de la dernière présidentielle. Il a négocié une séance spéciale dans ce sens au début de ce mois. Mais les conseillers municipaux ont ignoré sa sollicitation.
En même temps, le maire a lancé des opérations de charme en démarrant des chantiers routiers à Antsirabe. De la sorte, il aurait voulu démonter qu’il mérite mieux aux yeux du régime. Effet pervers, cela a avivé  la tension déjà à son paroxysme. La préfecture d’Antsirabe aurait maintenant entre ses mains le cas du maire Paul Razanakolona. La copie du dossier aurait également été transmise au ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation.
 M.R.

Fil infos

  • Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo - « Paul Rafanoharana n’a jamais été conseiller du Président de la HAT »
  • Menaces intérieures et extérieures - Les Forces armées derrière le Président
  • Ralaialitiana Andrianarisoa, témoin d’histoire - « La mise en cause des intérêts économiques de sociétés étrangères entraîne à chaque fois la déstabilisation du régime »
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - « Un tel projet va à l’encontre des valeurs malagasy »
  • Cardinal Tsarahazana Désiré à Iavoloha - « Les catholiques s’opposent à la violence et l’attentat à la vie »
  • Kidnapping à Anjozorobe - Un suspect échappe de la protection des Forces et meurt lynché
  • Présidents en exercice à Madagascar - Au moins quatre attentats manqués depuis 1975
  • Conjoncture - Une inflation à surveiller de très près !
  • Tentative d'élimination physique du Président - 11 gendarmes dont 4 GSIS et deux généraux auditionnés
  • Mobilisation pour le Sud - Vers la capitalisation des ressources en eau

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Trop de princes !
    Que la triste et choquante tentative d’élimination physique de la personne du Chef de l’Etat ne nous voile pas les réalités toujours compliquées et encore difficiles vécues par les concitoyens. Qu’il nous soit permis de dresser sans état d’âme, ni complaisance ou détours le tableau qui met en relief la vie nationale vue surtout sous l’angle du train de vie des « Mpitondra Fanjakana ». Et qu’il nous soit admis également de rappeler, en toute humilité et en toute franchise, les consignes decelui à qui le peuple a confié son pouvoir et son avenir.La population vit dans une ambiance des plus tordues. Les effets délétères de la pandémie corsent tous les secteurs des activités économiques dont le tourisme qui littéralement s’agenouille. Les opérateurs attirent sérieusement l’attention des décideurs que leurs chiffres d’affaires ont baissé d’au moins 56 %. Le nombre des sans-emplois gonflent. Le coût de la vie, de son…

A bout portant

AutoDiff