Publié dans Politique

Paul Razanakolona - Une croix sur le gouvernorat

Publié le vendredi, 01 mars 2019

Le maire de la commune urbaine d’Antsirabe Paul Razanakolona pourrait dire adieu à son rêve. Ancien chef de région Vakinankaratra, il aurait aspiré à en devenir le futur gouverneur. Mais voilà que l’organe délibérant de la municipalité de la ville d’eaux lui ont barré la route. Lundi dernier, quatorze des dix-neuf conseillers municipaux ont décidé la suspension du premier magistrat de la ville. Le malaise a couvé depuis 2016 où de micromouvements de protestation au motif de malversations financières ont été rapportés. Les employés de l’administration municipale ont alors réclamé le paiement de six mois de salaire. Le maire a expliqué que l’arriéré de quatre mois était une ardoise laissée par l’équipe dirigeante antérieure. Entre temps, Paul Razanakolona, avec deux de ses proches collaborateurs, était trempé dans une affaire de détournement de denier public (cf. notre édition du 13 juillet 2017). Le ministre des Finances et du Budget de l’époque, Gervais  Rakotoarimanana, par l’arrêté numéro 5308/2017-MFB/SG/DGB/4365 du 9 mars 2017, a sommé le trio de payer à l’Etat au profit de la commune urbaine d’Antsirabe la somme de 677 759 325,11 ariary, l’équivalent des recettes non versées au trésorier municipal de la ville.


Recettes municipales
Les concernés ont trouvé les moyens de nier la véracité de l’information, par presse interposée, en dépit d’une autre version des faits par la direction de la Brigade d’investigation financière et de l’audit (DBIFA) auprès de la Direction générale du Trésor public. Les précisions de ce service étatique a fait l’objet d’une publication ultérieure. Selon nos informations, le commandement de payer reste toujours de rigueur jusqu’à maintenant. D’autres circonstances aggravantes s’y sont ajoutées. Par exemple, la chaîne nationale RNM a évoqué, mercredi, l’histoire de quittances non validées par le trésor public pourtant utilisées par le service municipal d’Antsirabe. Il s’agit encore et toujours de recettes municipales. Mais la goutte d’eau qui a fait déborder le vase est le non paiement des onze mois de salaire du personnel en sus des questions purement relationnelles.
Effet pervers
A la requête des concernés, le maire a répondu que le blocage vient de la non validation du conseil municipal du budget de l’année en cours. Selon des explications que nous avons pu collecter, l’équipe du maire n’a pas pris le temps de présenter ce document à l’organe délibérant à cause des deux tours de la dernière présidentielle. Il a négocié une séance spéciale dans ce sens au début de ce mois. Mais les conseillers municipaux ont ignoré sa sollicitation.
En même temps, le maire a lancé des opérations de charme en démarrant des chantiers routiers à Antsirabe. De la sorte, il aurait voulu démonter qu’il mérite mieux aux yeux du régime. Effet pervers, cela a avivé  la tension déjà à son paroxysme. La préfecture d’Antsirabe aurait maintenant entre ses mains le cas du maire Paul Razanakolona. La copie du dossier aurait également été transmise au ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation.
 M.R.

Fil infos

  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !
  • Blocage des routes - QMM passe en mode service minimum
  • Prix du carburant à la pompe - Les consommateurs s’attendent à un coup de massue

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Où en sommes-nous ?
    L’UE regrette ! Le RSF enfonce ! Le CSI déplore ! Certaine presse étrangère et certains activistes des réseaux sociaux accusent !Au fait, où en sommes-nous dans la bataille contre les grands maux qui minent et bloquent le réel démarrage vers l’essor et le développement du pays ? En est-on resté au stade des grands mots dans la lutte sans merci contre les grands maux à savoir la corruption, l’impunité, le non-respect de l’Etat de droit, de la liberté d’expression, de la démocratie ? Le tableau ne luit pas assez comme nous l’entendions. Les différents rapports d’Institution et d’organisme étranger ainsi que des Institutions en charge de la lutte contre toute forme de malversation et certaine Société civile du pays ne vont pas dans le sens de notre faveur sinon notre souhait. Ou bien, on se prend pour le mal aimé des autres et en revanche on dénonce ! Ou…

A bout portant

AutoDiff