Publié dans Politique

Paul Razanakolona - Une croix sur le gouvernorat

Publié le vendredi, 01 mars 2019

Le maire de la commune urbaine d’Antsirabe Paul Razanakolona pourrait dire adieu à son rêve. Ancien chef de région Vakinankaratra, il aurait aspiré à en devenir le futur gouverneur. Mais voilà que l’organe délibérant de la municipalité de la ville d’eaux lui ont barré la route. Lundi dernier, quatorze des dix-neuf conseillers municipaux ont décidé la suspension du premier magistrat de la ville. Le malaise a couvé depuis 2016 où de micromouvements de protestation au motif de malversations financières ont été rapportés. Les employés de l’administration municipale ont alors réclamé le paiement de six mois de salaire. Le maire a expliqué que l’arriéré de quatre mois était une ardoise laissée par l’équipe dirigeante antérieure. Entre temps, Paul Razanakolona, avec deux de ses proches collaborateurs, était trempé dans une affaire de détournement de denier public (cf. notre édition du 13 juillet 2017). Le ministre des Finances et du Budget de l’époque, Gervais  Rakotoarimanana, par l’arrêté numéro 5308/2017-MFB/SG/DGB/4365 du 9 mars 2017, a sommé le trio de payer à l’Etat au profit de la commune urbaine d’Antsirabe la somme de 677 759 325,11 ariary, l’équivalent des recettes non versées au trésorier municipal de la ville.


Recettes municipales
Les concernés ont trouvé les moyens de nier la véracité de l’information, par presse interposée, en dépit d’une autre version des faits par la direction de la Brigade d’investigation financière et de l’audit (DBIFA) auprès de la Direction générale du Trésor public. Les précisions de ce service étatique a fait l’objet d’une publication ultérieure. Selon nos informations, le commandement de payer reste toujours de rigueur jusqu’à maintenant. D’autres circonstances aggravantes s’y sont ajoutées. Par exemple, la chaîne nationale RNM a évoqué, mercredi, l’histoire de quittances non validées par le trésor public pourtant utilisées par le service municipal d’Antsirabe. Il s’agit encore et toujours de recettes municipales. Mais la goutte d’eau qui a fait déborder le vase est le non paiement des onze mois de salaire du personnel en sus des questions purement relationnelles.
Effet pervers
A la requête des concernés, le maire a répondu que le blocage vient de la non validation du conseil municipal du budget de l’année en cours. Selon des explications que nous avons pu collecter, l’équipe du maire n’a pas pris le temps de présenter ce document à l’organe délibérant à cause des deux tours de la dernière présidentielle. Il a négocié une séance spéciale dans ce sens au début de ce mois. Mais les conseillers municipaux ont ignoré sa sollicitation.
En même temps, le maire a lancé des opérations de charme en démarrant des chantiers routiers à Antsirabe. De la sorte, il aurait voulu démonter qu’il mérite mieux aux yeux du régime. Effet pervers, cela a avivé  la tension déjà à son paroxysme. La préfecture d’Antsirabe aurait maintenant entre ses mains le cas du maire Paul Razanakolona. La copie du dossier aurait également été transmise au ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation.
 M.R.

Fil infos

  • Corruption - 19 magistrats traduits en Conseil de discipline en 2020
  • Police nationale - Dotation de 550 nouveaux fusils
  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Consternation générale !
    L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible. Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous la « …

A bout portant

AutoDiff