Publié dans Politique

Administration - Le recrutement des nouveaux ECD suspendu

Publié le jeudi, 28 février 2019

La nouvelle est tombée à l'issue du Conseil des ministres tenu avant - hier au Palais d'Iavoloha. Parmi les décisions dudit Conseil figure la suspension du recrutement de nouveaux ECD (Employés de courte durée). Une décision qui risque fort de faire beaucoup de vagues voire déclencher une véritable tempête dans les bureaux de l'administration de l'Etat. Comme son nom l'indique, les Employés de courte durée sont, en principe, des agents appelés à effectuer une mission particulière pendant une durée déterminée. Cependant pour des raisons de népotisme ou autre, ces agents sont devenus curieusement une partie intégrante du système administratif depuis longtemps et bénéficient de renouvellement de contrat.

Quoi qu'il en soit, la raison de cette décision du Conseil des ministres est considérée comme pertinente. « Politique d'austérité oblige » soutient le communiqué de la Présidence. Une politique prônée par le Président dès son arrivée au pouvoir et qui vise à gérer de manière saine et raisonnable les fonds publics.

Ainsi, d'après ce même communiqué de la Présidence de la République, le Chef de l'Etat a « ordonné l'arrêt de recrutement des ECD afin de nettoyer la Fonction publique qui est gangrenée par les fonctionnaires fantômes aussi bien ECD que des fonctionnaires confirmés ». Sur cette lancée, l'IGE (Inspection Générale de l'Etat) va inspecter tous les organes administratifs de la Présidence,  en passant par la Primature, les ministères et tous les services publics afin d'évaluer et d'assainir la Fonction publique.

Haro sur la gabegie !

Un sureffectif des fonctionnaires est actuellement constaté après l'avènement du régime HVM. Cette période a, en réalité, ouvert la voie à toute forme de gabegie dont les nombreuses formes de laxisme au sein de l'administration. Ce qui expliquerait l'excès du nombre des agents de l'administration qui concerneraient presque tous les ministères. Qui dit sureffectif, dit aussi excès de dépense. La suspension du recrutement de nouveaux ECD devrait donc logiquement alléger les dépenses engagées par l'Etat dans le paiement de soldes ou autres indemnités. Il est donc possible qu'outre cet arrêt de recrutement, certains ECD ne soient pas confirmés à leur poste et ce après l'inspection citée plus haut. L'Etat devra alors marcher sur des œufs dans cette procédure car il est possible que la question concernant les fonctionnaires qui sont restés au statut d'employés  de courte durée pendant des dizaines d'années soit remise sur le tapis. Dans ce cas, une considération au cas par cas  est nécessaire pour gérer la frustration de certains « pré - fonctionnaires » qui ont à leur actif plusieurs années d'ancienneté en tant qu'ECD.

S.R.

Fil infos

  • Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo - « Paul Rafanoharana n’a jamais été conseiller du Président de la HAT »
  • Menaces intérieures et extérieures - Les Forces armées derrière le Président
  • Ralaialitiana Andrianarisoa, témoin d’histoire - « La mise en cause des intérêts économiques de sociétés étrangères entraîne à chaque fois la déstabilisation du régime »
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - « Un tel projet va à l’encontre des valeurs malagasy »
  • Cardinal Tsarahazana Désiré à Iavoloha - « Les catholiques s’opposent à la violence et l’attentat à la vie »
  • Kidnapping à Anjozorobe - Un suspect échappe de la protection des Forces et meurt lynché
  • Présidents en exercice à Madagascar - Au moins quatre attentats manqués depuis 1975
  • Conjoncture - Une inflation à surveiller de très près !
  • Tentative d'élimination physique du Président - 11 gendarmes dont 4 GSIS et deux généraux auditionnés
  • Mobilisation pour le Sud - Vers la capitalisation des ressources en eau

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Trop de princes !
    Que la triste et choquante tentative d’élimination physique de la personne du Chef de l’Etat ne nous voile pas les réalités toujours compliquées et encore difficiles vécues par les concitoyens. Qu’il nous soit permis de dresser sans état d’âme, ni complaisance ou détours le tableau qui met en relief la vie nationale vue surtout sous l’angle du train de vie des « Mpitondra Fanjakana ». Et qu’il nous soit admis également de rappeler, en toute humilité et en toute franchise, les consignes decelui à qui le peuple a confié son pouvoir et son avenir.La population vit dans une ambiance des plus tordues. Les effets délétères de la pandémie corsent tous les secteurs des activités économiques dont le tourisme qui littéralement s’agenouille. Les opérateurs attirent sérieusement l’attention des décideurs que leurs chiffres d’affaires ont baissé d’au moins 56 %. Le nombre des sans-emplois gonflent. Le coût de la vie, de son…

A bout portant

AutoDiff