Publié dans Politique

Administration - Le recrutement des nouveaux ECD suspendu

Publié le jeudi, 28 février 2019

La nouvelle est tombée à l'issue du Conseil des ministres tenu avant - hier au Palais d'Iavoloha. Parmi les décisions dudit Conseil figure la suspension du recrutement de nouveaux ECD (Employés de courte durée). Une décision qui risque fort de faire beaucoup de vagues voire déclencher une véritable tempête dans les bureaux de l'administration de l'Etat. Comme son nom l'indique, les Employés de courte durée sont, en principe, des agents appelés à effectuer une mission particulière pendant une durée déterminée. Cependant pour des raisons de népotisme ou autre, ces agents sont devenus curieusement une partie intégrante du système administratif depuis longtemps et bénéficient de renouvellement de contrat.

Quoi qu'il en soit, la raison de cette décision du Conseil des ministres est considérée comme pertinente. « Politique d'austérité oblige » soutient le communiqué de la Présidence. Une politique prônée par le Président dès son arrivée au pouvoir et qui vise à gérer de manière saine et raisonnable les fonds publics.

Ainsi, d'après ce même communiqué de la Présidence de la République, le Chef de l'Etat a « ordonné l'arrêt de recrutement des ECD afin de nettoyer la Fonction publique qui est gangrenée par les fonctionnaires fantômes aussi bien ECD que des fonctionnaires confirmés ». Sur cette lancée, l'IGE (Inspection Générale de l'Etat) va inspecter tous les organes administratifs de la Présidence,  en passant par la Primature, les ministères et tous les services publics afin d'évaluer et d'assainir la Fonction publique.

Haro sur la gabegie !

Un sureffectif des fonctionnaires est actuellement constaté après l'avènement du régime HVM. Cette période a, en réalité, ouvert la voie à toute forme de gabegie dont les nombreuses formes de laxisme au sein de l'administration. Ce qui expliquerait l'excès du nombre des agents de l'administration qui concerneraient presque tous les ministères. Qui dit sureffectif, dit aussi excès de dépense. La suspension du recrutement de nouveaux ECD devrait donc logiquement alléger les dépenses engagées par l'Etat dans le paiement de soldes ou autres indemnités. Il est donc possible qu'outre cet arrêt de recrutement, certains ECD ne soient pas confirmés à leur poste et ce après l'inspection citée plus haut. L'Etat devra alors marcher sur des œufs dans cette procédure car il est possible que la question concernant les fonctionnaires qui sont restés au statut d'employés  de courte durée pendant des dizaines d'années soit remise sur le tapis. Dans ce cas, une considération au cas par cas  est nécessaire pour gérer la frustration de certains « pré - fonctionnaires » qui ont à leur actif plusieurs années d'ancienneté en tant qu'ECD.

S.R.

Fil infos

  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !
  • Blocage des routes - QMM passe en mode service minimum
  • Prix du carburant à la pompe - Les consommateurs s’attendent à un coup de massue

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Où en sommes-nous ?
    L’UE regrette ! Le RSF enfonce ! Le CSI déplore ! Certaine presse étrangère et certains activistes des réseaux sociaux accusent !Au fait, où en sommes-nous dans la bataille contre les grands maux qui minent et bloquent le réel démarrage vers l’essor et le développement du pays ? En est-on resté au stade des grands mots dans la lutte sans merci contre les grands maux à savoir la corruption, l’impunité, le non-respect de l’Etat de droit, de la liberté d’expression, de la démocratie ? Le tableau ne luit pas assez comme nous l’entendions. Les différents rapports d’Institution et d’organisme étranger ainsi que des Institutions en charge de la lutte contre toute forme de malversation et certaine Société civile du pays ne vont pas dans le sens de notre faveur sinon notre souhait. Ou bien, on se prend pour le mal aimé des autres et en revanche on dénonce ! Ou…

A bout portant

AutoDiff