Publié dans Politique

Village Voara Andohatapenaka - Marc Ravalomanana renoue avec ses vieux démons

Publié le jeudi, 04 avril 2019

Chasser le naturel, il revient au galop. L’ancien Président Marc Ravalomanana semble reprendre ses mauvaises habitudes de mélanger affaires publiques et affaires personnelles. Simple conseiller spécial de la maire de la Capitale et non moins époux de celle-ci, le président fondateur du groupe Tiko use de nouveau de sa position au sein de la Commune urbaine d’Antananarivo pour assouvir ses intérêts personnels.  Visiblement sur instruction de l’ancien président, la CUA bloque ainsi systématiquement tout traitement de dossier concernant la propriété dite  « Village Voara » à son niveau, selon les informations recueillies. Toutes les demandes de permis de construction formulées par la Société d’Equipement immobilier de Madagascar (SEIMad), propriétaire connu du terrain, se voient ainsi toutes rejetées. En novembre 2016, la SEIMad a sollicité la Commune urbaine d’Antananarivo pour la délivrance d’un permis de construire pour les travaux relatifs à l’accueil du 16è Sommet de la Francophonie. La CUA a refusé de délivrer ledit permis à la SEIMad. Toutefois, la SEIMad a pu exécuter les travaux conformément à deux arrêtés délivrés par le Mepate à l’époque, l’une portant autorisation d’aménagement et de viabilisation du site d’hébergement du Village de la Francophonie Andohatapenaka et l’autre précisant les prescriptions d’urbanisme régissant la zone d’activité mixte longeant la route digue à Andohatapenaka Ambohimanarina.

Dernièrement, la demande de permis de construire d’une salle de cinéma et de spectacles sur une parcelle de terrain du  « village Voara » formulée par un grand groupe français spécialisé dans les contenus, les médias et la communication, s’est heurtée à une fin de non recevoir de la part de la CUA. Ce groupe français a pourtant obtenu un bail emphytéotique de la part de la  SEIMad propriétaire du  terrain. Aucune explication officielle n’est avancée par les responsables au niveau de la CUA pour expliquer ces rejets. Certains responsables n’hésitent pas à affirmer officieusement que le litige entourant la propriété est la raison de ces rejets. Faut-il pourtant souligner que la CUA n’est même pas concernée par le litige…L’ingérence de Marc Ravalomanana dans le traitement des affaires courantes au niveau de la CUA handicape énormément les décisions prises par cette dernière, qui semble avoir pris la position de défendre les intérêts de TIKO AGRI coûte que coûte. En tout cas, la société Tiko Agri appartenant à Marc Ravalomanana ne cesse d’importuner la SEIMad, ces derniers temps. L’on croit savoir ainsi que cette société a fait recours auprès des tribunaux compétents pour l’annulation de l’acte de vente établi entre la SEIMad et l’Etat malagasy. Or il faut savoir que la SEIMad a fait l’acquisition en bonne et due forme de la propriété dite  « Village Voara » auprès de l’Etat malagasy suivant les règlementations en vigueur. S’il y a lieu de litige, ça devrait se régler entre l’Etat malagasy et la société Tiko Agri, alors que cette dernière attaque directement la société  SEIMad.  On se rappelle que, du temps où il était au pouvoir, l’ancien Président Marc Ravalomanana avait cette fâcheuse habitude de mélanger les caisses publiques avec celles de son entreprise. Une manie que les bailleurs de fonds dont le Fonds monétaire international avaient reprochée au Président Ravalomanana qui n’en eut cure. On connaît la suite...Madagascar a été sevrée de financements durant plusieurs années et Marc Ravalomanana a dû quitter le pouvoir. Mais près de dix ans après son départ du pouvoir, force est de déplorer que Marc Ravalomanana ne semble toujours pas avoir appris de ses erreurs.
 L.R.

Fil infos

  • La Vérité de la semaine
  • Saisie de 22,5 kg d’or aux Seychelles - Soupçons de laxisme au sein des organes de contrôle malagasy
  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cas désespéré !
    Quand quelqu’un détruit un des biens personnels à la maison, il est à plaindre. Mais quand il s’amuse à démolir sa propre maison en sapant irrémédiablement les fondations, il est malade voire un cas désespéré !Les désastres par le feu continuent. Des incendies ravageurs se déclarent un peu partout sur le territoire national presque au même moment. Des feux involontaires ou actes criminels ? Les résultats des enquêtes nous fixeront sur les détails. Dans tous les cas de figure, l’incendie détruit à jamais ! Des crimes de sang à la destruction totale des patrimoines nationaux en passant l’anéantissement d’une partie non négligeable des zones protégées pour en finir aux habitations humaines et d’animaux d’élevage défraient les chroniques. Des villages entiers disparaissent avec ce que cela suppose de dégâts humains, matériels et d’ordre moral. Des familles perdent en un seul moment tout ce qu’elles ont durement épargné des années. Tout récemment,…

A bout portant

AutoDiff