Publié dans Politique

Corruption, faux et usage de faux - L’épouse d’un officier sous MD, un haut responsable du centre immatriculateur sous contrôle judiciaire

Publié le dimanche, 14 avril 2019

Un réseau de corruption en phase de démantèlement au sein du Centre immatriculateur de Madagascar (CIM), sis à Ambohidahy. C’est ce que tout le monde espère après que l’enquête effectuée par le Bureau indépendant anti –corruption (BIANCO)  a abouti à la mise en détention d’une épouse d’un officier de l’armée et au placement sous contrôle judiciaire d’un haut responsable du CIM. C’est la décision prise par le Tribunal samedi dernier après l’audition d’une dizaine de personnes suspectées dans une affaire de corruption, de faux et usage de faux en matière de mutation et d’octroi de permis de conduire.

A part l’épouse de l’officier, deux rabatteurs ont été aussi placés en détention préventive à la maison d’arrêt d’Antanimora tandis qu’une employée du CIM, à l’instar de son supérieur, reste sous contrôle de la Justice tout comme deux autres personnes détentrices de faux permis biométrique. Ce qui laisse sous- entendre, qu’ils doivent répondre à tout moment à une quelconque convocation du Parquet. Des sanctions ou mesures non appliquées à un officier du CAPSAT, l’époux de la dame, qui ne s’est pas présenté au déferrement du samedi dernier. Alors que, selon des informations, cet officier faisait partie des personnes enquêtées par le BIANCO et  aurait bien reçu l’autorisation de son supérieur pour le déferrement. Or, c’est l’agissement de cet officier de l’armée et de son épouse qui a mis la puce à l’oreille du BIANCO l’ayant conduit à ouvrir une enquête.

Habitant dans le quartier d’Itaosy, il s’adonnerait avec son épouse, selon une dénonciation anonyme déposée le mois dernier, à la confection de faux permis en vue de les transformer en biométrique auprès du CIM. La mutation de voiture ferait également partie des activités du couple. Le tout certainement avec la complicité des agents du CIM. Cette entité  a été déjà sujet de doléances de plusieurs associations en 2017 ayant conduit au placement sous mandat de dépôt de deux de ses responsables. Malgré ces arrestations et emprisonnements, d’autres membres du réseau continuent leur opération en profitant de la mauvaise qualité de service constatée du CIM. A preuve, d’autres dossiers sont encore en cours de traitement au BIANCO et concernant des méfaits opérés dans ce service public par des gens malintentionnés.

La rédaction

Fil infos

  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars
  • Lutte contre l’insécurité dans la Sofia - Le député Velontsara dénonce l’immixtion de politiciens
  • Maroc - Le retour des Marocains au pays facilité
Pub droite 1

Editorial

  • Jerson, l'imprenable !
    Des actes de banditisme sèment le trouble et la terreur dans la Région de Sofia. Les autorités locales, dont en première ligne le Gouverneur, font des pieds et des mains, avec les soutiens des élus de la Région, pour remettre en selle la sécurité mais en vain. En cause, une escouade de hors-la-loi dirigée par le triste célèbre chef de bande Jerson qui sévit dans la Région depuis des années.

A bout portant

AutoDiff