Publié dans Politique

Week-end de Pâques - 1 mort, plus de 80 consultations

Publié le lundi, 22 avril 2019

Comme chaque année, Pâques apporte son cortège de victimes d’accidents divers. Le bilan, encore provisoire, de l’HJRA Ampefiloha fait état de 1 mort et 82 consultations dont 47 hospitalisations. Dimanche soir, un homme de 25 ans  a trouvé la mort dans des circonstances tragiques à Itaosy. En effet, il était électrocuté pour une raison non encore élucidée. Son visage est rendu méconnaissable à cause des atroces brûlures. Cette perte en vie humaine est la seule à être signalée, du moins jusque vers le début de l’après-midi hier. Toutefois, le nombre de personnes blessées, victimes d’accidents de la route, est estimé à une vingtaine, hier matin. Au total, on a enregistré 19 victimes. 12 d’entre elles ont dû être hospitalisées. C’est le cas d’un groupe de personnes, une dizaine, qui ont subi un accident du côté de Soamahamanina. Certains se trouvaient dans un état critique. Ce qui a nécessité leur évacuation d’urgence à l’hôpital d’Ampefiloha vers 13h.  Il s’avère que la plupart des accidents de circulation les plus significatifs se sont produits dans la périphérie de la Capitale. La majorité des victimes blessées sont des utilisateurs de moto. Des polytraumatismes liés aux diverses chutes, elles-mêmes occasionnées par l’état d’ébriété,  ont été évoqués.

On a également signalé des cas de piétons qui se sont fait percuter par des voitures. Des témoins rapportent qu’un piéton, à cause d’une imprudence, était renversé par un poids-lourd à Ambohimangakely.   Les accidents dits à responsabilité civile, étaient peu nombreux. 8 cas ont eu lieu lundi dernier. Les rixes liées à la consommation d’alcool ont fait le plus grand nombre de victimes, notamment dans les quartiers défavorisés de la ville. Mais des cas de vindictes populaires à corréler avec le banditisme, ont été également signalés. Dimanche soir à Ambohitrarahaba, deux présumés agresseurs des usagers de motos, étaient tombés entre les mains des riverains particulièrement très remontés, et ce, après que ces derniers les eurent pourchassés en utilisant deux voitures. Des témoins affirment que les deux agresseurs ont brutalisé les passagers d’une moto à Andrononobe. Mais les bandits ne s’étaient pas attendus à ce que des témoins qui ont assisté à la scène les ont poursuivis.  Enfin, il y eut 23 consultations au service des réanimations médicales (REAMED) de l’HJRA. 8 cas ont été enregistrés hier. Seule une personne a souffert d’une consommation excessive d’alcool et une femme a voulu intenter à sa vie en prenant du médicament. 
Franck Roland

Fil infos

  • Armée Malagasy - Haro sur les conspirations
  • Preuves accablantes contre Paul R. et consorts - « Madagascar Oil » confirme le projet de coup d’Etat
  • Christian Ntsay sur la tentative d’assassinat du Président - « Ce n’est pas du cinéma, il est question de vie ! »
  • Emprisonné en Roumanie - Radu Mazère conteste son extradition de Madagascar
  • Frontières malagasy - Réouverture incertaine 
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - L’Etat-major des armées françaises lâche les deux officiers arrêtés
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - Les pièces à conviction saisies : Des armes de guerre et des milliards d'ariary
  • Projet d’attentat contre le Président de la République - Condamnation tous azimuts
  • Restitution des îles Eparses - Pas un mot des “collabos” !
  • Tentative d’élimination physique du Président Andry Rajoelina - Des ressortissants malagasy et étrangers arrêtés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • CUA, la résurrection !
    Antananarivo, la ville d’Andrianjaka, la Ville des Mille renaît-elle de ses cendres ! Guy Willy Razanamasy resurgit-il de sa tombe ! Ou plutôt, le maire Naina Andriantsitohaina jouit-il de la réincarnation du Lahimatoan’Iarivo ! Autant de questions qui taraudent l’esprit en constatant de visu la prouesse du premier magistrat de la ville et son équipe autour de l’assainissement de la Capitale.Les trottoirs de Soarano-Behoririka se dégarnissent. Ces étalagistes, les petits marchands informels qui occupaient indûment les trottoirs déménagent, à contrecœur évidemment. A coup de sifflets, de cris et des huées, ils ont occupé la rue mais les éléments de la Police municipale épaulés par ceux de la Police nationale maîtrisent la situation. En fait, ils déclinent carrément l’offre de la Commune à savoir les recaser au « Tsenaben’ny Behoririka », un nouveau et joli bâtiment « Manara-penitra », de surcroît, dédié pour. Ces étalagistes délogés jugent trop exigus le 1,5…

A bout portant

AutoDiff