Publié dans Politique

Détournement de deniers publics en 2017 - 22 hauts commis de l'Etat dont des ministres épinglés

Publié le mardi, 23 juillet 2019

22 hauts fonctionnaires de l'Etat sont soupçonnés d'être mêlés dans des irrégularités ayant causé des préjudices à hauteur de 8 milliards d'ariary à l'Etat malagasy. Tel est le constat établi suite à des missions de contrôle a posteriori, auprès des ministères et de leurs services techniques déconcentrés respectifs, relatives à l'exercice budgétaire 2017. Des missions menées par la Direction générale du contrôle financier (DGCF) auprès du ministère de l'économie et des finances (MEF) durant le premier semestre de cette année. Des missions cadrant notamment avec les recommandations du Président de la République, Andry Rajoelina, sur la tolérance zéro pour tout paiement des dépenses sans service fait et pour tout détournement de deniers publics.

 

Selon une synthèse des résultats des missions, 25 ministères ont été contrôlés. Il faut savoir qu'au cours de l'exercice budgétaire 2017, 2.900 milliards  d'ariary de dépenses mandatées ont été enregistrés, selon les chiffres fournis. 436 milliards d'ariary soit 15% du total des dépenses mandatées seulement, ont été contrôlées. Ces dépenses contrôlées ont permis de relever plusieurs faits suspects, tant au niveau central que régional.

Citons notamment des faits d'émissions de mandatement par l'Ordonnateur secondaire sans service fait sans pièces justificatives ou pièces justificatives non valides ; des livraisons fictives de biens, fournitures ou matériels ; des prestations fictives de services ; des détournements de biens, fournitures ou matériels ; des confections de fausses pièces justificatives (facture, ordre de mission…) ; des prestations de service exécutées non conformes aux conventions/marchés ou encore des prestations fictives sur les crédits de subventions aux organismes publics et aux organismes privés.

8,8 milliards d'ariary de préjudices pour l'Etat

Parmi ces irrégularités, 61 cas peuvent être qualifiés de détournement de deniers publics, 70 cas de faux et usage de faux en écriture publique, 59 cas d'abus de fonction, 4 cas de fausse attestation de prise en charge en comptabilité des matières. Les missions du contrôle a posteriori ont ainsi permis de relever ces  irrégularités causant des préjudices financiers à hauteur de 8,8 milliards d'ariary constatés auprès de 25 ministères contrôlés et de leurs services techniques déconcentrés respectifs.

Une centaine de fournisseurs, des comptables  et surtout 22 hauts fonctionnaires dont des ministres et des membres de cabinet, en poste en 2017, donc sous l'ancien régime, sont mis en cause dans ces préjudices financiers. Certains rapports ont fait l'objet de saisine auprès du Bureau indépendant anti-corruption (BIANCO) et du Conseil de discipline budgétaire et financier (CDBF) tandis que d'autres sont encore en cours d'exploitation et qui seront transmis incessamment aux destinataires concernés. Les affaires concernant ces ministres, dont nous tairons pour l'heure les noms, auraient déjà été transmis à qui de droit…

Il est nécessaire de faire remarquer que ces cas ont été relevés suite à des contrôles sur 436 milliards d'ariary soit 15% seulement des dépenses mandatées. L'on ignore à combien se chiffrerait le préjudice si le contrôle avait été effectué sur la totalité des dépenses mandatées. Probablement qu'il serait six fois supérieur aux préjudices enregistrés actuellement, soit environ 48 milliards d'ariary… Pour ce deuxième semestre, des contrôles a posteriori du service fait de l'exercice budgétaire 2018 auprès des ministères et de leurs services techniques déconcentrés seront effectués. Les résultats risquent encore une fois d'être éloquents.

Notons que les missions de contrôle a posteriori menées par le DGCF du MEF sont indépendantes mais complémentaires de celles menées par l'Inspection générale de l'Etat. Les contrôles effectués par l'IGE avaient notamment permis de débusquer le présumé détournement « bevata » perpétré au ministère des Postes, des Télécommunications et du Développement numérique, par le ministre, Maharante Jean de Dieu et un haut responsable au niveau de l'Autorité de régulation des technologies de télécommunication (ARTEC)…

La rédaction

Fil infos

  • Education, violences sur les mineurs, Kere, … - Le Président Rajoelina répond aux questions d’une trentaine d’enfants
  • Problèmes d’approvisionnement en eau de Fianarantsoa - Les solutions urgentes instaurées
  • Scrutin du 11 décembre - Les téléphones interdits dans l’isoloir
  • Sénatoriales - Vers la razzia IRMAR !
  • Exploitation halieutique - Un investisseur étranger arnaqué de plusieurs milliards ariary
  • Pénurie d’eau à Fianarantsoa - Henri Rasamoelina décèle des issues environnementales
  • Trafic de tortues - Quatre personnes placées sous mandat de dépôt à Fianarantsoa
  • Transport aérien - Les défaillances d'Air Madagascar mises à nu
  • Confédération africaine de football - Victime d’un attentat prémédité, Ahmad riposte
  • Conjoncture - Des problèmes sociaux à régler

La Une

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff