Publié dans Politique

Trafic bois de rose - Affaire Bekasy refait surface

Publié le vendredi, 02 août 2019

L’affaire Bekasy du nom de l’opérateur connu et reconnu dans le domaine du bois de rose  Johnfrince Bekasy, refait surface.  Le nom du président de l’Association des natifs d’Antsiranana (Fitefa) a été évoqué hier au cours de l’atelier de présentation du rapport d’activités du Pôle anti-corruption à l’Ibis d’Ankorondrano. En effet, depuis 2015, l’affaire concernant ce présumé gros bonnet du trafic de bois de rose semble avoir été relégué dans les tiroirs. Hier, l’un des membres de l’assistance a interpellé sur la suite de cette affaire, qui avait été traitée à l’époque par la Chaîne pénale anti-corruption, l’ancêtre de l’actuel Pôle anti-corruption. « Se pourrait-il que l’affaire se soit perdu au cours de la passation entre le CPEAC et le PAC ? Car jusqu’ici aucune suite n’est connue dans ces affaires », a interpellé le membre de l’assistance, soulevant le cas particulier de Bekasy, qui a été remis en liberté provisoire alors que son dossier n’a jamais encore été instruit.  La coordonnatrice nationale des PAC, Ratiaraisoa Harimahefa de répondre en rappelant que les affaires de bois de rose relève de la compétence de la Chaîne spéciale de lutte contre le trafic de bois de rose et/ou de bois d’ébène. Et de préciser que la passation des dossiers de bois de rose entre le DCN et le procureur de la chaîne bois de rose a d’ailleurs déjà été effectuée. Une passation intervenue au mois de novembre de l’année dernière suite à la mise en place effective de la chaîne spéciale de lutte contre le trafic de bois de rose. 

« Le dossier est en cours d’instruction à la chambre d’instruction de la cour spéciale. Comme les auteurs présumés et les suspects sont éparpillés dans l’île, on a des difficultés à se déplacer compte tenu des moyens matériels et financiers. Ce dossier est en phase finale. Il se peut que d’ici quelques mois ce dossier sera enrôlé à l’audience de la cour spéciale », a pour sa part affirmé le procureur de la chaîne spéciale bois Berthin Mahonjo. Bekasy Johnfrince, gros bonnet présumé du trafic de bois de rose, avait été incarcéré à la prison d’Antanimora. Quelques jours après son arrestation, Bekasy était annoncé à l’île Maurice sans que personne n’ait été avisé qu’il a obtenu une liberté provisoire… Johnfrince Bekasy était poursuivi dans le cadre d’une affaire de corruption dans le cadre de trafic de bois de rose en 2015. Durant son intervention, le procureur de la chaîne spéciale « bois de rose » a également fait un état des lieux de l’avancement du dossier Singapour. Il affirme ainsi que « ce dossier est déjà traité par la cour spéciale en ce qui concerne les justiciables qui relèvent de la compétence de la cour ». Par contre, « pour les justiciables devant la Haute cour de justice, c’est elle qui s’occupera de ces dossiers ».
Recueillis par  Lalaina A

Fil infos

  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !
  • Blocage des routes - QMM passe en mode service minimum
  • Prix du carburant à la pompe - Les consommateurs s’attendent à un coup de massue

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Où en sommes-nous ?
    L’UE regrette ! Le RSF enfonce ! Le CSI déplore ! Certaine presse étrangère et certains activistes des réseaux sociaux accusent !Au fait, où en sommes-nous dans la bataille contre les grands maux qui minent et bloquent le réel démarrage vers l’essor et le développement du pays ? En est-on resté au stade des grands mots dans la lutte sans merci contre les grands maux à savoir la corruption, l’impunité, le non-respect de l’Etat de droit, de la liberté d’expression, de la démocratie ? Le tableau ne luit pas assez comme nous l’entendions. Les différents rapports d’Institution et d’organisme étranger ainsi que des Institutions en charge de la lutte contre toute forme de malversation et certaine Société civile du pays ne vont pas dans le sens de notre faveur sinon notre souhait. Ou bien, on se prend pour le mal aimé des autres et en revanche on dénonce ! Ou…

A bout portant

AutoDiff