Publié dans Politique

Construction de pavillons au marché d’Andravoahangy - Un nouveau bras de fer enclenché

Publié le mercredi, 07 août 2019

« Nous n’acceptons pas la cession de notre marché. Nous n’acceptons pas la construction de box marchands sur un canal d’évacuation ». Telles ont été notamment les inscriptions aperçues sur les banderoles déployées par des marchands, hier au marché d’Andravoahangy. Les commerçants attirent l’attention des responsables par rapport à la construction de pavillons dans leur marché. Des infrastructures qui seraient construites  sur le canal d’évacuation d’eaux de ce marché. Les marchands installés sur les emplacements de ces nouveaux pavillons ont tout simplement été dégagés, sans autre forme de procès, selon toujours ces marchands. Le manque  de transparence des dirigeants au sein du marché est mis à l’index. Installés sur ces emplacements depuis plusieurs années, ces derniers se plaignent ainsi de ne pas avoir  été consultés pour ce projet de construction de pavillons. Des cas de corruption sont ainsi suspectés par les commerçants qui pointent du doigt le premier responsable du marché local ainsi que des délégués.  Les travaux de construction ont commencé au début du mois de juillet dernier.

Sur les 39 pavillons prévus, 7 sont à l’heure actuelle déjà terminés. Vendus à 12 millions d’ariary l’unité, ces box seraient construits uniquement une fois la nuit tombée. Ce qui voudrait dire, selon les manifestants, que les responsables savent pertinemment le caractère illicite du projet. Une première manifestation destinée à interpeller les responsables avait déjà eu lieu au début du mois de juillet. Des démarches auraient été effectuées par les marchands auprès des responsables du marché et auprès de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA). Jusqu’ici, ces démarches seraient restées vaines. Un bras de fer entre les marchands et la CUA n’est pas à écarter. Ce n’est en tout cas pas le premier cas du genre. Dernièrement, des marchands du marché d’Anosibe avaient haussé le ton face à la  construction de pavillons menée par la CUA sur un parking de cette zone commerciale. Dans le District d’Ambatolampy, la cession de parcelles de terrains communaux à des conseillers municipaux par un édile local fait jaser la  population locale.
 La Rédaction

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff