Publié dans Politique

Andry Rajoelina aux magistrats - « Haro sur le corporatisme malsain ! »

Publié le jeudi, 08 août 2019

Crever l’abcès. Tel fut le mot d’ordre lors du face à face entre les magistrats membres du Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM) et le Président de la République, Andry Rajoelina hier. Une réflexion et un échange sur les moyens d’améliorer le monde de la Justice furent à l’ordre du jour au cours de cette rencontre qui arrive au surlendemain de la prestation de serment du nouveau directeur général du BIANCO. « Une Justice équitable constitue un dernier rempart dans la lutte contre la corruption », a déclaré, d’emblée, le Chef de l’Etat qui n’est pas allé par le dos de la cuillère pour souligner les nombreux fléaux qui minent le milieu de la Justice.  Sur cette lancée, il a fait part des nombreuses doléances des citoyens à propos du milieu de la Justice. Le Président a, par exemple, soulevé la lenteur du traitement des dossiers. Ce qui explique le nombre important de détenus sous mandat de dépôt en attente de leur jugement. « Dans un Etat de droit, la population ne devrait en aucun cas avoir peur de la Justice. Même ceux qui sont dans le vrai craignent les décisions de justice »,  argumente encore le Président. Une crainte qui explique la recrudescence d’un autre phénomène négatif : la vindicte populaire.


Sanction ou promotion
C’est donc dans le souci de redorer l’image de la Justice que le numéro un de l’Exécutif a tenu à s’entretenir avec les magistrats. Selon lui, la Justice doit être forte, immaculée, juste, indépendante et fiable pour la population. La Justice joue aussi un rôle important dans la paix et la sécurité. Cela implique une grande responsabilité des magistrats. Dans cette optique, le  Président a annoncé plusieurs mesures drastiques comme l’application d’une sélection rigoureuse des magistrats qui vont être nommés à la tête d’éminentes  structures juridictionnelles. « Il faut instaurer une culture de l’excellence. Je suis confiant qu’il y a beaucoup de magistrats méritants », déclare encore Andry Rajoelina. Le Chef de l’Etat encourage ainsi les juges qui exercent et prennent des décisions en toute équité. En revanche, il a fait preuve de fermeté concernant les magistrats, une minorité selon lui, qui commettent une injustice. Le Chef de l’Etat crie ainsi haro au corporatisme malsain. Il estime que les magistrats sont également au-dessous de la loi. « Les juges qui font de la corruption seront sanctionnés voire révoqués », a – t – il annoncé. La question d’éthique et de déontologie des magistrats a également été évoquée. Alors que les « mauvais » magistrats subiront des sévères sanctions, ceux méritants se verront obtenir des promotions d’après toujours les recommandations du Président de la République. Sur un tout autre sujet, la délocalisation des prisons par la construction de nouvelles maisons de détention fut aussi au cœur des discussions. Autant de perspectives qui devraient changer l’image de la Justice aux yeux des citoyens.
 Sandra R.

Fil infos

  • Nécrologie - Le Père Sylvain Urfer décède en France à l’âge de 80 ans
  • La Vérité de la semaine
  • Lutte contre la Covid-19 - Les mesures prises par Madagascar font école
  • Projets de développement - Le Président sollicite le soutien et l'expertise allemande
  • Le Gouvernement Ntsay face aux députés - Les sujets socio-économiques au menu !
  • Approvisionnement en eau à Antananarivo  - La qualité et la distribution reviendraient à la normale
  • Destruction de forêt - Six individus déférés à Moramanga
  • Hausse des cas de Covid-19 - Des gouverneurs bousculent les mauvaises habitudes
  • Restrictions mondiales liées à la Covid-19 - L’assistante d’Antonio Guterres annule sa mission à Madagascar
  • Marc Ravalomanana - Précampagne sous couvert de redynamisation

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • La CENI opérationnelle !
    Enfin, les neuf nouveaux membres de la CENI entrent en fonction. Comme l’exige la loi, ils ont prêté serment devant la Cour suprême ce mercredi 1er décembre et ce en présence du Chef de l’Etat Rajoelina Andry et du ministre de la Justice Imbiky Herilaza.Arrivés au terme de leur mandat, les anciens commissaires électoraux durent plier bagage. Me Hery Rakotomanana et son équipe cèdent la place à Dama Andrianarisedo Retaf Arsène, Randrianarivonantoanina Tiana Ifanomezantsoa, Ravalitera Jacques Michael, Andriamazaray Andoniaina, Razafindrabe Guy Georges, Abdallah Houssein, Razafimamonjy Laza Rabary, Fidimiafy Roger Marc, Ralaisoavimanjaka Andriamarotafikatohanambahoaka. Victime de certain dysfonctionnement dans le mécanisme interne, l’ancienne Instance d’Alarobia chargée d’organiser les élections à Madagasikara avait dû se débattre durement pour esquiver les boulets rouges de certains acteurs politiques. Me Rakotomanana dut user de son talent d’Avocat pour plaider la cause de ses anciens confrères. Il fallait défendre à tout prix l’intégrité et la crédibilité de…

A bout portant

AutoDiff