Publié dans Politique

Elections communales et municipales - Les candidatures déposées au compte-gouttes

Publié le vendredi, 06 septembre 2019

Les candidats, aux élections jumelées communales et municipales du 27 novembre prochain, viennent timidement déposer leurs candidatures au niveau des Organes de vérification et d'enregistrement des candidatures (OVEC) de la Grande île. Les consignes politiques seraient l'une des causes.

 

Ouverte le 29 août dernier, la réception des candidatures pour les élections communales et municipales sera clôturée le 12 septembre prochain, soit dans six jours.  Hier, 6 septembre, seuls 27 dossiers de candidatures aux 1695 postes de maires ont été déposés dans l'ensemble des 114 OVEC de la Grande île, selon les précisions du vice-président de la Commission électorale nationale indépendante, Thierry Rakotonarivo, au cours d'une conférence de presse, hier à Alarobia. 25 se lancent dans la course en tant qu'indépendants tandis que 2 seulement se présentent sous la bannière de partis politiques.  Une seule candidature a été enregistrée à Antananarivo, la Capitale. 4 dossiers de candidatures pour être conseillers municipaux ou communaux ont été enregistrés. Trois sont indépendants et l'un au nom d'un parti politique. Dans de nombreuses Régions aucune candidature n'a été enregistrée entre autres, Bongolava, Itasy, Diana, Amoron'i Mania, Atsimo Atsinanana, Sofia, Alaotra Mangoro ou encore Anosy.

Les candidats ont la culture d'attendre le dernier moment.  Cela pourrait expliquer leur attentisme. Les difficultés logistiques éprouvées par certains candidats à boucler leurs dossiers sont également évoquées pour expliquer ce nombre peu élevé de dossiers déposés auprès des OVEC. Thierry Rakotonarivo précise que les maires et leurs adjoints peuvent procéder aux légalisations de signatures. La trêve papale est également évoquée comme raison par des candidats. Certaines entités fermeraient en effet leurs portes pour cause de visite papale. Pour ne pas constituer un blocage, le vice-président de la CENI invite les fokontany, les communes, les services auprès des impôts et auprès des tribunaux à mettre en place des services minimums jusqu'à la clôture de la réception des dossiers de candidatures.  D'autres causes sont aussi mentionnées. Les candidats et les partis se regardent en chien de faïence, guettant ceux des adversaires pour définir les leurs. Les difficultés qu'ont les grosses écuries politiques à désigner leurs porte-étendards figurent également parmi les raisons qui reviennent le plus souvent.

La Rédaction

Fil infos

  • Agression meurtrière - Le tueur cache le corps sous des cosses de riz
  • Liaison aérienne Afrique du Sud - Madagascar - Airlink s'impatiente
  • Grève au MAE - Les syndicats désavouent les propos du ministre
  • Hausse des prix du carburant - âpres négociations Etat–Compagnies pétrolières
  • Association de malfaiteurs - Ninie Donia et ses co-accusés condamnés
  • Les actus en bref
  • Disparition de 36 kg d’or et 64.000 litres de gasoil - Des "magiciens" à Madagascar !
  • Lutte antiacridienne - Un pesticide controversé utilisé à Madagascar
  • Face-à-face entre les députés et le Gouvernement - La JIRAMA sous le feu des critiques !
  • Ministère des Affaires étrangères - Les grévistes veulent changer d’interlocuteur

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Psychose prématurée !
    Panique avant terme ! Depuis un certain temps, l’ombre d’une éventuelle augmentation des prix à la pompe pèse lourdement. Avant que les autorités compétentes, de concert avec les patrons des Compagnies pétrolières, n’annoncent les nouveaux prix la panique des flambées de prix des carburants envahissent déjà les esprits. Les stations-service sont prises d’assaut. Un réflexe très dangereux dans la mesure où il risque d’épuiser avant terme les réserves et d’un. Il portera atteinte aussi et surtout au calcul de projection à la gestion des stocks. Il faussera certainement l’enjeu. Le directeur général de l’Office malgache des hydrocarbures (OMH) a dû prendre la mesure sévère à savoir interdire le stock de carburant. La hantise de l’inflation empoisonne avant coup ! Jusqu’à hier, jeudi 30 juin, les dirigeants au sommet de l’Etat et les décideurs des compagnies pétrolières n’étaient pas encore parvenus à s’entendre sur les nouveaux prix. Evidemment, il s’agit d’un…

A bout portant

AutoDiff