Publié dans Politique

Iles éparses - Macron opte pour une « cogestion »

Publié le mercredi, 23 octobre 2019

« Que les îles éparses fassent l’objet d’un traitement commun ». Voici la position privilégiée par la France. Pour des analystes, il s’agirait d’une autre manière de parler de cogestion des îles éparses. Au cours d’une visite hier matin sur l’île principale des « îles Glorieuses, la « Grande Glorieuse », le Président français Emmanuel Macron a tenu à rappeler que les îles Eparses étaient françaises. « Ici c’est la France, c’est notre fierté notre richesse », rajoutant, « Ce n’est pas une idée creuse. Les scientifiques et les militaires qui sont là le rappellent. La France est un pays archipel, un pays monde. On porte une conscience universelle. On n’est pas là pour s’amuser mais pour bâtir l’avenir de la planète. Ce que nous préservons ici aura des conséquences sur les littoraux y compris dans l’hexagone ».

 

Répondant à une question sur la souveraineté de la France sur ces îles, le Chef de l’Etat français, affirme souhaiter que ces îles fassent « l’objet d’un traitement commun avec Madagascar dans une perspective de développement durable », soulignant que « Le modèle de développement malgache ne peut pas être antagoniste avec la prise de conscience qui est la nôtre sur les enjeux de développement climatique ». La notion de restitution n’a jamais été évoquée. Rappelant également que la France a signé la charte de la biodiversité, le Président Macron affirme avoir pris la décision de classer en réserve naturelle nationale « la Grande Glorieuse ». « L’ensemble des Eparses a aussi vocation à l’être. Ce qui est bon pour nos territoires est bon pour nos partenaires », précise-t-il. Selon le numéro Un français, « La France est prête à s’engager. Vis-à-vis de nos partenaires dans l’océan Indien, la présence et la souveraineté française ont permis d’éviter l’exploitation prédatrice des mers. Nous devons réussir à les engager dans un agenda commun. La France peut être un partenaire plutôt qu’un rival ».

Madagascar revendique sa souveraineté sur les îles éparses, devenues Terres australes et antarctiques françaises (TAAF) en 2007.  « Madagascar et les îles qui en dépendent » avaient été rattachées à la France au moment où Madagascar a été faite colonie française. A l’indépendance du pays, ces îles n’ont pourtant pas été restituées à la Grande île. L’Organisation de l’unité africaine (OUA, ancêtre de l’Union africaine) a invité en 1978 la France à rétrocéder ces îles. Dans la foulée, l’Assemblée générale des Nations Unies avaient adopté deux résolutions non contraignantes en 1979 et 1980, invitant la France à entamer des discussions entre la France et l’Etat malgache. Des résolutions jamais suivies de faits. En mai dernier, les Présidents malgache Andry Rajoelina et français Emmanuel Macron ont décidé de reprendre les discussions sur ces îles, par la mise en place d’une commission mixte afin d’aboutir à une solution consensuelle d’ici juin 2020. Gestion ou restitution, étaient les options. La France semble avoir sa préférence. La question se pose, quid de la mise en place de cette commission mixte à l’heure actuelle ?

La Rédaction

 

Fil infos

  • JIRAMA - Les impayés des fournisseurs s’élèvent à 1 000 milliards d’ariary
  • Etat de droit - « Le système judiciaire est corrompu »
  • Affaire de Vohilava Mananjary - Les raisons du mécontentement de la population
  • Sénatoriales - Le CNOE se plie à la décision de la HCC
  • Situation sanitaire à Madagascar - L’état d’urgence levé, la prudence exigée
  • Arrêt de l’exploitation aurifère à Vohilava - La Société civile exige des sanctions contre la société fautive
  • Association AFF - Fondation - VISEO Ensemble pour un renouveau de l’éducation
  • Décret de convocation du collège électoral - La HCC déboute Rivo Rakotovao et les sénateurs
  • Marc Ravalomanana - Un indécrottable mauvais payeur
  • Vol de marchandises d'1 milliard Ar - Quand la politique entre dans le prétoire…

Editorial

  • Bataille acquise !
    Zéro décès, nombre de contaminés en traitement stationnaire. Le Président Rajoelina est en passe de gagner son pari, son combat. C’est le cas de le dire, il a pris la lutte contre la pandémie de Covid-19 pour « son » combat, défi et pari personnel. Il a de quoi à être fier ! L’Etat met fin à l’état d’urgence sanitaire. Pour un Chef d’Etat, perdre ou gagner la bataille contre la Covid-19 équivaut à perdre ou gagner son combat politique personnel. La mauvaise gestion de la réponse à la pandémie traduit un échec politique d’un dirigeant qui va perdre, de fait, la confiance de son peuple. Le cas risque de se produire quelque part en Amérique en cette veille de l’élection présidentielle du 3 novembre prochain.

A bout portant

AutoDiff