Publié dans Politique

Voiture administrative et location de l'Hôtel de ville - Les bourdes des dirigeants dénoncées !

Publié le dimanche, 08 décembre 2019

Deux photos prises par des internautes ont fait le buzz sur les réseaux ce week-end. En commun, elles démontrent les bourdes commises par nos dirigeants en matière de gestion des biens publics. La première concerne une voiture administrative utilisée à des fins privées. En effet un véhicule haut  de gamme, Audi A6, flanqué d'une plaque rouge 7….TBD indiquant qu'il appartient à l'Etat malagasy, a servi de tête de cortège d'un mariage. La voiture payée par les contribuables et destinée en principe à des services de l'administration ou à l'utilisation exclusive d'un haut fonctionnaire de l'Etat se rivalise avec celle des agences de location.

Une aberration pure qui mérite une sanction exemplaire venant du chef du gouvernement. Celui-ci qui, au lendemain de sa nomination à Mahazoarivo, a pris certaines mesures concernant l'utilisation des voitures administratives. Parmi les recommandations, la pose de la plaque rouge sur tous les véhicules appartenant à l'Etat ainsi que l'arrêt des abus des priorités et l'utilisation abusive des feux de détresse. Une décision saluée par les citoyens sans exception qui sont frustrés par les « m'as-tu vu » de certains détenteurs de pouvoir. Depuis, les paparazzis pullulent, restent à l'affût des moindres écarts  et inondent les réseaux sociaux des photos de ces voitures dont les conducteurs font fi de ces recommandations du Premier ministre Ntsay Christian. Des sanctions ont été émises à l'endroit des fautifs et plus d'un souhaite que celui qui a utilisé cette voiture administrative en tête de cortège en reçoive également.

La seconde photo concerne les dérives de l'équipe actuelle de la Commune urbaine d'Antananarivo. Sur la photo, on voit des commerçants avec leurs marchandises à la salle d'honneur de l'Hôtel de ville à Analakely. Déjà qu'avec la location presque à longueur de mois du parvis soulève l'indignation, voilà que Lalao Ravalomanana et son équipe en instance de départ poussent le luxe de louer la salle d'honneur pour y tenir une foire. De l'inconscience et de l'insouciance pure. L'Hôtel de ville, c'est le palais d'Etat d'Iavoloha pour la mairie d'Antananarivo, et on imagine mal le Président de la République, qui qu'il soit,  tenir un évènement commercial dans le bâtiment principal. C'est le minimum de respect à donner à un lieu symbole d'une ville et non moins Capitale de Madagascar.

La rédaction

Fil infos

  • MATP - Chasse aux remblais illicite
  • Attachement au principe de souveraineté - Tentative de meurtre médiatique à l’endroit d’Andry Rajoelina
  • Magouilles dans la distribution d'aides sociales - Le Président Andry Rajoelina avertit les chefs de Fokontany
  • « Sosialim - bahoaka » à Antananarivo - Les aides de l'Etat s'enchaînent dans les 6 Arrondissements
  • Remaniement imminent - Qu'un vrai leader soit à la tête du ministère
  • Ministère de la Défense nationale - Mise en garde contre toute désinformation
  • Finance publique - Un cours magistral, signé Rindra Rabarinirinarison
  • Fête du trône du Maroc - Les félicitations du Président malagasy au roi Mohammed VI
  • Crise sanitaire - Des aides sociales pour 200 000 foyers nécessiteux de Tanà
  • Directeur général de l'IMRA - Le CVO a subi le test de toxicité

Editorial

  • Exit, le drapeau blanc !
    Le pays est en guerre ! En plein cinquième mois de bataille, à la dixième quinzaine de confinement, on entre dans une phase de guerre d’usure. Les prévisions de l’OMS ne rassurent guère. La pandémie risquerait de perdurer ! Mais, pas question de jeter l’éponge ! Le Chef de l’Etat Rajoelina Andry, en sa qualité de chef de guerre, a été clair et net au Palais des Sports à Mahamasina, lors de l’inauguration du nouveau Centre de traitement de la Covid (CTC), quand il a déclaré que « Nous ne hisserons jamais le drapeau blanc ». Il est vrai que le pays fait face à un ennemi invisible et redoutable mais il écarte l’option ou l’hypothèse de courber l’échine ! Et partout dans ses déplacements, Rajoelina ne manque pas d’encourager les « soldats ». Le personnel soignant, la population des Régions contaminées et les responsables étatiques à tous les niveaux…

A bout portant

AutoDiff