Publié dans Politique

Coronavirus - Ihanta Randriamandrato souhaite plus de victimes

Publié le jeudi, 26 mars 2020

Une sortie médiatique plus que choquante ! L'ancienne ministre et non moins ténor du parti « Tiako i Madagasikara », Ihanta Randriamandrato  a été l'invitée d'une chaîne privée de la Capitale avant - hier. Cet ancien membre du Gouvernement du temps de la Transition s'est exprimé sur la situation actuelle, la menace du coronavirus en l'occurrence, et s'est montré perplexe concernant la transparence dans la publication des nombres de cas confirmés comme ayant été atteints par ce virus. Cette politicienne a notamment déclaré qu'elle « ne croit pas » au bilan qui faisait état de 19 cas confirmés et zéro mort au moment de sa déclaration. Elle affirmait également qu'il est pratiquement impossible qu'il n'y ait aucun mort jusqu'à maintenant et sous- entend que le régime tenterait de dissimuler les statistiques exactes relatives aux victimes du COVID-19. Elle s'interroge même pourquoi la Grande île pourrait être différente des autres grands pays comme l'Italie ou la France. Une affirmation des plus aberrantes en cette période de crise sanitaire.

Fidèle à la ligne politique du parti dont elle est issue, Ihanta Randriamandrato s'est aussi contentée de critiquer toutes les mesures prises par l'Etat pour endiguer la propagation du coronavirus dans le pays. En résumé, tout porte à croire que la situation actuelle n'est donc pas assez dramatique pour cette ex - ministre qui souhaiterait que cette pandémie fasse plus de victimes chez ses compatriotes malagasy.

Deux poids, deux mesures 

Dans une situation tendue traversée par le pays en ce moment, le patriotisme et l'unité sont plus que de mise. A preuve, le Président de la République, Andry Rajoelina n'a cessé de répéter dans ses déclarations que l'heure est à la solidarité et qu'il fallait laisser de côté les discordes politiques au profit de l'intérêt supérieur de la Nation. Malheureusement, cela ne fait pas partie des vocabulaires de certains politiciens qui semblent vouloir déterrer la hache de guerre au mauvais moment.

D'après les dernières explications du ministre de la Communication et de la Culture, Lalatiana Andriatongarivo, des sanctions attendent les personnes qui véhiculent des rumeurs, des fausses informations ou autres informations qui pourraient compromettre la stabilité et l'ordre public. Aux dernières nouvelles, 09 citoyens font actuellement l'objet de poursuites judiciaires dont 03 déjà envoyés en prison.

Plus d'un s'interroge alors si les Forces de l'ordre ne fait pas un deux poids, deux mesures en faisant l'impasse sur les déclarations de cette ancienne ministre qui ne sont ni plus ni moins qu'une forme de déstabilisation en pleine période de crise. Force est de se demander si les politiciens bénéficient donc d'une immunité parlementaire pour ne pas être inquiétés malgré les propos irresponsables qu'ils tiennent dans le simple but de semer la confusion chez la population.

La Rédaction

Fil infos

  • Concrétisation des « Velirano » - Une volonté présidentielle intacte à toute épreuve !
  • Kere dans le Sud - Le Gouvernement opte pour des solutions radicales et maximales
  • Peste bubonique - Cinq décès à Morarano Gara
  • Exportation illicite - 15 kilos d'or interceptés par les autorités
  • Projet Tana-Masoandro - Le site idéal a toujours été Imerintsiatosika
  • Rapatriement de devises - 3250 sociétés en situation d'irrégularité
  • Lutte contre le Kere dans le Sud - Les partenaires techniques et financiers derrière le régime
  • Coopération Madagascar – Nations unies - Un plan cadre pour la période 2021 – 2023 en gestation
  • Sénatoriales - La liste IRMAR lance sa campagne
  • Projet Ambatovy - Production de 3000 tonnes de nickel au cours du premier trimestre 2021

La Une

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff