Publié dans Société

Circulation - 3 000 personnes  entrent et sortent journalièrement d’Analamanga

Publié le vendredi, 31 juillet 2020

1 000 camions circulent quotidiennement dans la Région Analamanga. Et au moins 3 000 personnes entrent et sortent chaque jour de cette Région. Cependant, le transport en commun est un moyen de transmission rapide du coronavirus. En effet, si le transport de marchandises a été libéré afin d’assurer le besoin de la population en cette période de crise, une faille dans le contrôle de la santé de ces transporteurs peut être fatale pour la Nation.

 

Face à cette situation, l’Agence de transport terrestre (ATT) a renforcé le contrôle interne dans la région interne. D’après le Général Reribake Jeannot, directeur général (DG) de l’ATT, des cahiers de contrôle sanitaire sont distribués aux chauffeurs de camions. Lesdits cahiers contiennent l’identité de l’équipage à l’intérieur du véhicule ainsi que leur état de santé. «  A chaque passage d’un barrage sanitaire, ce cahier doit être présenté et visé par les responsables », avance le directeur  général de l’ATT. Pour les aides-chauffeurs, ils doivent disposer d’un badge signé par le propriétaire du véhicule ou leurs employeurs. Pour la RN2, le nombre de personnes à bord ne doit pas excéder de 2 et pour les autres axes de 3. Le DG de l’ATT de réitérer qu’enfreindre ces règlements est passible d’une sanction comme la mise en fourrière du véhicule, le retrait des licences et permis. Mais encore, les Forces de l’ordre peuvent traîner les chauffeurs irréguliers devant la Justice, selon la gravité du délit.

 Pour les 21 autres Régions de Madagascar, toutes les mesures restent inchangées. Par ailleurs, les transports sur les zones nationales sont encore fermées, tandis que celles régionales, reliant les Districts à l’intérieur des Régions peuvent poursuivre leurs activités, autant que les zones urbaines et suburbaines. Avec l’évolution de leur situation épidémique, les Centres régionaux de commandement opérationnel (CRCO) locaux peuvent prendre une décision,  et ce en accord avec le Centre de commandement opérationnel (CCO) Covid-19 à Ivato.

Pour les gares routières et stationnement, toutes les réservations devront se faire par téléphone afin d’éviter les rassemblements au niveau de ces endroits.

Anatra R.

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

La Une

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff