Publié dans Société

Crise de Covid-19 - Une éventuelle hausse des mortinaissances

Publié le dimanche, 11 octobre 2020

 La crise sanitaire de Covid-19, dans laquelle le monde fait face depuis le mois de janvier dernier, a impacté la santé publique. En effet, un rapport récemment publié par le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF), l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a avancé que le nombre de nourrissons morts à la naissance risque de connaître une hausse importante. La grande majorité des « mortinaissances » se produisent dans les pays à faible revenu. En 2019, 3 « mortinaissances » sur 4 ont eu lieu en Afrique subsaharienne dont Madagascar.

D'après Henrietta Fore, directrice générale de l'UNICEF, la perte d'un enfant pendant l'accouchement ou la grossesse représente une terrible tragédie pour une famille, un drame trop souvent vécu en silence, et trop fréquent dans le monde entier. « Les conséquences psychologiques et financières sont graves et durables pour les femmes, les familles et la société », soutient -elle. Selon ce rapport, le nombre de mortinaissances à l'échelle mondiale pourrait être augmenté à cause de la pandémie de Covid -19. Une réduction de 50 % des services de santé due à la pandémie pourrait entraîner près de 200 000 mortinaissances supplémentaires sur une période de 12 mois dans 117 pays à revenu faible et intermédiaire. Cela correspondrait à une hausse de 11,1 %. La plupart des mortinaissances sont dues à des soins de mauvaise qualité pendant la grossesse et l'accouchement. Le rapport précise que l'absence d'investissement dans les services prénatals ainsi que dans le renforcement du personnel infirmier et des sages-femmes constitue l'une des principales difficultés.

 Dans le rapport, une mortinaissance est définie comme la naissance d'un nourrisson sans signe de vie à 28 semaines de grossesse ou plus.

Recueillis par Anatra R.

Fil infos

  • Education, violences sur les mineurs, Kere, … - Le Président Rajoelina répond aux questions d’une trentaine d’enfants
  • Problèmes d’approvisionnement en eau de Fianarantsoa - Les solutions urgentes instaurées
  • Scrutin du 11 décembre - Les téléphones interdits dans l’isoloir
  • Sénatoriales - Vers la razzia IRMAR !
  • Exploitation halieutique - Un investisseur étranger arnaqué de plusieurs milliards ariary
  • Pénurie d’eau à Fianarantsoa - Henri Rasamoelina décèle des issues environnementales
  • Trafic de tortues - Quatre personnes placées sous mandat de dépôt à Fianarantsoa
  • Transport aérien - Les défaillances d'Air Madagascar mises à nu
  • Confédération africaine de football - Victime d’un attentat prémédité, Ahmad riposte
  • Conjoncture - Des problèmes sociaux à régler

La Une

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff