Publié dans Société

Abolition de la peine de mort - Le Code pénal malagasy à modifier

Publié le dimanche, 11 octobre 2020

Dernière exécution en 1958. Madagascar s'oppose catégoriquement et en toutes circonstances à la peine de mort. Ainsi, une loi portant abolition de cette dernière a été adoptée en 2012. Les autorités malagasy ont également ratifié le 2ème protocole facultatif se rapportant au pacte relatif aux droits civils et politiques visant à abolir la peine de mort. Pourtant, le Code pénal malagasy fait toujours référence à cette peine capitale, ceci malgré l'existence d'une loi sur son abolition.

« Actuellement, les sociétés civiles œuvrant sur les droits de l'Homme enchaînent les plaidoyers et lobbyings auprès des autorités compétentes pour modifier le Code pénal et remplacer la référence sur la peine de mort par celle des travaux forcés à perpétuité (TFP), conformément à la loi n° 2014-035 », informe Laure Rabetokotany, secrétaire général (SG) d'ACAT Madagascar (Actions des chrétiens pour l'abolition de la torture à Madagascar). Concernant l'application des TFP, seuls quelques détenus jouissent de cette peine en ce moment, et cela à cause de l'insécurité pénitentiaire. La plupart des détenus condamnés pour cette peine restent ainsi en prison, au lieu d'effectuer des travaux d'intérêt général dehors. Un autre aspect à suivre de près, d'après notre source.

Sensibilisations dans six Régions

Outre la modification du Code pénal malagasy, le renforcement des sensibilisations de la population au droit à la vie et à la loi portant abolition de la peine de mort sur tout le territoire national fait partie des priorités des acteurs. L'objectif étant entre autres d'éviter les vindictes populaires, lesquelles persistent faute de confiance des habitants à la Justice. « Après la formation en ligne des membres de la société civile en coalition avec l'ACAT Madagascar, ils mènent  des sensibilisations auprès de 6 Régions, à savoir SAVA, DIANA, Boeny, Haute- Matsiatra, Atsimo-Andrefana et Atsinanana. Pour ce faire, les acteurs s'entretiennent avec les responsables auprès de la Justice, de l'administration pénitentiaire ainsi que ceux de la Gendarmerie et de la Police nationale en charge de l'enquête judiciaire. Ces derniers sont souvent pointés du doigt pour non-respect des droits de l'Homme », avance la SG. A cela s'ajoutent les sensibilisations au niveau des communautés, y compris les responsables des Fokontany et villages. D'un autre côté, la société civile est invitée à émettre des signalements dès qu'une victime d'injustice la consulte.

Notons que la célébration de la Journée mondiale de l'abolition de la peine de mort de cette année, marquée par divers ateliers et sensibilisations dont celui de vendredi dernier à l'IKM Antsahavola, s'étend jusqu'au 10 décembre prochain.

Recueillis par Patricia Ramavonirina

 

Fil infos

  • Corruption - 19 magistrats traduits en Conseil de discipline en 2020
  • Police nationale - Dotation de 550 nouveaux fusils
  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Consternation générale !
    L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible. Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous la « …

A bout portant

AutoDiff