Publié dans Société

Abolition de la peine de mort - Le Code pénal malagasy à modifier

Publié le dimanche, 11 octobre 2020

Dernière exécution en 1958. Madagascar s'oppose catégoriquement et en toutes circonstances à la peine de mort. Ainsi, une loi portant abolition de cette dernière a été adoptée en 2012. Les autorités malagasy ont également ratifié le 2ème protocole facultatif se rapportant au pacte relatif aux droits civils et politiques visant à abolir la peine de mort. Pourtant, le Code pénal malagasy fait toujours référence à cette peine capitale, ceci malgré l'existence d'une loi sur son abolition.

« Actuellement, les sociétés civiles œuvrant sur les droits de l'Homme enchaînent les plaidoyers et lobbyings auprès des autorités compétentes pour modifier le Code pénal et remplacer la référence sur la peine de mort par celle des travaux forcés à perpétuité (TFP), conformément à la loi n° 2014-035 », informe Laure Rabetokotany, secrétaire général (SG) d'ACAT Madagascar (Actions des chrétiens pour l'abolition de la torture à Madagascar). Concernant l'application des TFP, seuls quelques détenus jouissent de cette peine en ce moment, et cela à cause de l'insécurité pénitentiaire. La plupart des détenus condamnés pour cette peine restent ainsi en prison, au lieu d'effectuer des travaux d'intérêt général dehors. Un autre aspect à suivre de près, d'après notre source.

Sensibilisations dans six Régions

Outre la modification du Code pénal malagasy, le renforcement des sensibilisations de la population au droit à la vie et à la loi portant abolition de la peine de mort sur tout le territoire national fait partie des priorités des acteurs. L'objectif étant entre autres d'éviter les vindictes populaires, lesquelles persistent faute de confiance des habitants à la Justice. « Après la formation en ligne des membres de la société civile en coalition avec l'ACAT Madagascar, ils mènent  des sensibilisations auprès de 6 Régions, à savoir SAVA, DIANA, Boeny, Haute- Matsiatra, Atsimo-Andrefana et Atsinanana. Pour ce faire, les acteurs s'entretiennent avec les responsables auprès de la Justice, de l'administration pénitentiaire ainsi que ceux de la Gendarmerie et de la Police nationale en charge de l'enquête judiciaire. Ces derniers sont souvent pointés du doigt pour non-respect des droits de l'Homme », avance la SG. A cela s'ajoutent les sensibilisations au niveau des communautés, y compris les responsables des Fokontany et villages. D'un autre côté, la société civile est invitée à émettre des signalements dès qu'une victime d'injustice la consulte.

Notons que la célébration de la Journée mondiale de l'abolition de la peine de mort de cette année, marquée par divers ateliers et sensibilisations dont celui de vendredi dernier à l'IKM Antsahavola, s'étend jusqu'au 10 décembre prochain.

Recueillis par Patricia Ramavonirina

 

Fil infos

  • Education, violences sur les mineurs, Kere, … - Le Président Rajoelina répond aux questions d’une trentaine d’enfants
  • Problèmes d’approvisionnement en eau de Fianarantsoa - Les solutions urgentes instaurées
  • Scrutin du 11 décembre - Les téléphones interdits dans l’isoloir
  • Sénatoriales - Vers la razzia IRMAR !
  • Exploitation halieutique - Un investisseur étranger arnaqué de plusieurs milliards ariary
  • Pénurie d’eau à Fianarantsoa - Henri Rasamoelina décèle des issues environnementales
  • Trafic de tortues - Quatre personnes placées sous mandat de dépôt à Fianarantsoa
  • Transport aérien - Les défaillances d'Air Madagascar mises à nu
  • Confédération africaine de football - Victime d’un attentat prémédité, Ahmad riposte
  • Conjoncture - Des problèmes sociaux à régler

La Une

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff