Publié dans Société

Club des journalistes doyens - Le ministère de la Communication à la rescousse !

Publié le lundi, 19 octobre 2020

Des stèles vivantes. Les journalistes doyens continuent à véhiculer la paix au niveau de la société. De plus, ils ne cessent de partager leurs vécus et expériences aux nouvelles générations de journalistes, tout en leur passant le flambeau et les valeurs acquises au cours de leurs années d'exercice. Toutefois, ils deviennent vulnérables une fois retraités à cause des ressources limitées. Raison pour laquelle le Club des journalistes doyens (CJD) fait souvent appel au ministère de la Communication et de la Culture (MCC) pour soutenir ses projets ou activités.

Le ministère de tutelle vient à la rescousse, entre autres à travers l'octroi d'un bureau à Anosy où ces journalistes doyens peuvent mener des activités et se concerter durant leurs rendez-vous de mardi et vendredi. D'un autre côté, ils ont reçu des vivres « Vatsy Tsinjo » spécial durant le confinement.

Hier, 19 membres du CJD ont reçu des distinctions honorifiques, lors d'une cérémonie organisée par le MCC à Anosy, suite à leur demande. 4 d'entre eux ont été promus Grand Croix de 2ème classe, 2 élevés au grade de Grand officier de l'ordre national, 4 au titre de Commandeur de l'ordre national, un Officier et 8 Chevaliers de l'ordre national. « Suite à une lettre que le CJD a fait parvenir au ministère, nous avons envoyé

une demande auprès de la Chancellerie pour l'octroi de distinctions honorifiques à ses membres. Le parcours et les apports de chaque journaliste doyen postulant sont mis en exergue dans son dossier, avant que la Chancellerie définisse le grade ou titre lui convenant. Le ministère a également pris en charge toutes les dépenses engagées pour la cérémonie en leur honneur », fait part le ministre Lalatiana Andriatongarivo.

Parmi les récipiendaires de distinctions honorifiques, Vero Rabakoliarifetra a été promue Commandeur de l'ordre national. « J'ai pu passer par différentes étapes, de la censure à la liberté de la presse, durant mes 35 années de journalisme au sein de la TVM. Mon reportage à la prison d'Antanimora en 1993 m'a le plus marqué puisque cela a constitué à la fois un défi et un chemin de non retour vers la liberté, après avoir brisé le mur de la censure », nous confie cette journaliste doyenne. Elle n'a pas manqué d'adresser un message aux nouvelles générations de journalistes. « Ayez de la valeur et de l'honnêteté intellectuelle et surtout privilégiez la vérité au profit de tous, et non pour une minorité », lance-t-elle. Cette ancienne journaliste et productrice d'émissions sur la chaîne nationale reconnait l'effectivité de la liberté de presse en ce moment, rien qu'en comptant le nombre de stations de radio, de télévision et presse écrite ainsi que la diversité des informations qu'ils diffusent…

Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire
  • Lutte contre la Covid-19  - L’Etat d’urgence reprend, le confinement en suspens
  • Covid-19 - Madagascar choisit deux vaccins

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cause nationale
    En 1959, le tout jeune Gouvernement malagasy dut faire face à une grave inondation qui sévit presque dans toute l’île, notamment à Antananarivo et environs. Dans la Capitale, Ikopa déverse ses eaux sur tous les bas-quartiers. Betsimitatatra et ses rizières immergées ! Le Gouvernement de feu Philibert Tsiranana déclare Antananarivo en « zone sinistrée » et « l’état d’urgence nationale » est décrété. Pour affronter ce sinistre national sans précédent, le Gouvernement malagasy fait appel à la contribution de tous étant donné qu’il s’agit d’une cause nationale. On se rappelle du « Fitia tsy mba hetra » par le moyen duquel chaque concitoyen est convié à participer. A noter que les caprices (les crues) de l’Ikopa et de Sisaony créaient depuis la nuit des temps des problèmes à tous les gouvernants. Les souverains et leurs sujets d’Andrianjaka à Andriamasinavalona et surtout Andrianampoinimerina durent rivaliser d’ingéniosité pour construire des digues afin…

A bout portant

AutoDiff