Publié dans Société

Show culturel et artistique à Anatirova - Une grande première réussie pour le CNEMD

Publié le lundi, 09 novembre 2020


La renaissance de l’Anatirova nouvellement appelé « Rovan’ny Madagasikara », célébrée vendredi dernier, entrera dans l’histoire du Centre national d'enseignement de musique et de danse (CNEMD) sis à Ampefiloha. Jamais dans son histoire, ledit centre, récemment réhabilité et restructuré, n’a organisé et présenté un show culturel et artistique de 20 minutes, certes une si courte durée mais de grande envergure. Il s’agit d’un défi relevé pour l’équipe dirigée par Holy Razafindrazaka, actuelle directrice du CNEMD et qui a été chargée par le ministère de la Communication et de la Culture de piloter la partie artistique et culturelle de l’inauguration de l’Anatirova restauré. Et oui, l’harmonisation de l’Histoire de Madagascar avec du savoir-faire artistique a plu aux invités d’honneur.

9 péripéties interprétées
« Nous nous sommes inspirés de l’Histoire de Madagascar. L’arrivée des premiers peuples malagasy surnommés "Vazimba" a été par exemple chorégraphiée. Spécialement dans cette partie, l’équipe a même composé et arrangé une chanson en utilisant un sifflet appelé "kiloloky" et des instruments de percussion malagasy afin de dégager un caractère intemporel », a raconté Holy Razafindrazaka, première responsable au sein du CNEMD. Dans ses propos, elle a cité un plateau titré « Lafivalo » durant lequel ces nouveaux arrivés ont noué des relations ayant été mises en scène sous forme de « Randrana ». A ces deux thèmes s’ajoutent l’histoire de souveraineté, la période des rois et des reines à Madagascar ainsi que la venue des Européens, des soldats entre autres marqués par l’art martial de la danse et surtout l’indépendance. La période républicaine a été retracée par des chansons mythiques telles que « Mandihiza rahitsikitsika » ou encore « Ino maresaka Tamatave ». La partie artistique et culturelle du bouquet final a relaté l’unité et la réconciliation nationales. 

Deux semaines de préparation intense
Les 170 danseurs, musiciens et chanteurs ont disposé de deux semaines pour préparer ce grand spectacle. « La préparation de cette œuvre s’est avérée un parcours du combattant. Ce qui la rend complexe porte sur les harmonisations méticuleuses et consciencieuses à respecter. La sélection des chants utilisés qui ont été au final au nombre de 16 et répondant à différents aspects culturels, a déjà constitué une étape capitale. Il y a eu également les différents arrangements de ces chansons sélectionnées au même titre que les partitions des orchestres. En outre, il a fallu aussi que les couplets arrangés soient en synchronisation avec les danseurs sur scène pour être dans le perfectionnement », nous a révélé ladite coordonnatrice.
Les répétitions n’ont pas été toujours une réussite pour l’équipe de la Direction au sein du CNEMD. « Nous étions au théâtre de verdure d’Analamahitsy mais les conditions climatiques ne nous ont pas permis d’y continuer les répétitions. Elles se sont ainsi réalisées dans un premier temps dans l’enceinte du ministère de la Communication et de la Culture, situé à Anosy. L’idéal a été de poursuivre les programmes sur la scène du "Rovan’ny Madagasikara". Des répétitions ont été prévues se réaliser dans ce lieu. Nous nous y sommes rendus plusieurs fois mais au final, l’endroit ne nous était disponible qu’à la veille du jour-J. Et malheureusement, ces déplacements nous ont occasionné des pertes de temps. Lors de l’ultime ligne droite, plusieurs adaptations ont dû être improvisées aux dernières heures. Et pour cause, le spectacle en salle se diffère d’une organisation en plein air ».

J’attends davantage d’espaces pour nos danseurs, chanteurs, musiciens afin qu’ils puissent exprimer leur créativité et démontrer leur savoir-faire. De tel spectacle relève d’une cohésion et une complémentarité des compétences individuelles. La réussite se repose ainsi sur l’investissement individuel et la manière dont nous l’exploitons en équipe.
K.R.

Fil infos

  • Secteur halieutique - Des investisseurs « abandonnés » implorent le ministère
  • Nouvelle hausse des cas de Covid-19 - Appliquons les gestes qui sauvent !
  • Président de la République - Trois magistrats et un ancien ministre parmi les désignés sénateurs
  • Campagne de reboisement 2021- Coup d’envoi par le couple présidentiel à Taolagnaro
  • Trafic de 73,5 kg d’or - L’Opposition divague
  • Covid-19 - Un reconfinement pas à l’ordre du jour
  • Exécutif - Aucun remaniement gouvernemental à l’horizon - Halte à la désinformation dans l’affaire des 73.5kg d’or !
  • Sénateur Rakotondrainibe Andrianantenaina - « Le MMM sera une force de proposition au Sénat »
  • Cour administrative d’appel - Mise en place demandée par la Cour suprême
  • Donald Trump - Mis en accusation pour la seconde fois et isolé par les médias !
Pub droite 1

Editorial

  • Pour qui sonne… !
    Pour qui sonne le glas ! Le jour fatidique arrive. La session extraordinaire (la première d’ailleurs) du Sénat se tient en ce deuxième mardi comme le veut la Constitution. En effet, dans l’Art 78, par analogie aux dispositions légales qui régissent l’Assemblée nationale, le Sénat se réunit le deuxième mardi qui suit la proclamation des résultats. Une session spéciale qui, pour le cas présent, met fin définitivement à l’existence du Sénat (ancienne formule) et met sur les rails définitivement le Sénat (la nouvelle formule). Le Sénat est mort, vive le Sénat ! Et pour qui sonne… la sonnerie de la mort ? Le dernier bastion du régime HVM s’écroule et le dernier bataillon radicalisé défendant les causes de l’ancien régime bleu et surtout du Président déchu Rajaonarimampianina évacué. En 2015, au point culminant de la puissance sans partage du parti au pouvoir HVM, le régime Rajaonarimampianina saccagea la Chambre haute.…

A bout portant

AutoDiff