Publié dans Société

Bonne gouvernance et transparence des services publics - ... Et l’IVOTORO fut !

Publié le jeudi, 26 novembre 2020

Une initiative du ministère de la Communication et de la Culture (MCC) avec l’appui de nombreux partenaires. Le centre d’informations administratives et d’orientations (IVOTORO), une sorte de « call center étatique », est désormais opérationnel. Cet établissement a été mis en place pour asseoir une administration de proximité, transparente et accessible. « Depuis des décennies, les citoyens ont des difficultés pour effectuer des démarches administratives. Même chose pour l’obtention des informations claires et précises facilitant ces démarches.

Cette situation explique le fait que bon nombre d’habitants ont la phobie de l’administration, un fait favorisant la tentation élevée de la corruption », affirme Lalatiana Andriatongarivo, ministre de tutelle. IVOTORO informera, orientera et conseillera les citoyens sur les formalités et procédures administratives. Ils seront assistés sur les éventuelles difficultés qu’ils pourraient rencontrer. Il s’agit d’un système qui œuvre d’une part pour la bonne gouvernance et dans la lutte contre la corruption et de l’autre, qui assure une communication pour les citoyens. « Une administration plus accessible atténuera la peur des citoyens », souligne le numéro Un du MCC.

Réalisation du Velirano n°3

La mise en place de l’IVOTORO entre dans la réalisation du Velirano n°3 du Président de la République Andry Rajoelina, axé sur la lutte efficace contre la corruption dans l’administration et de la rapprocher des citoyens. « L’opérationnalisation de ce centre est une étape importante vers l’atteinte de nos objectifs (…) Je tiens ainsi à adresser mes remerciements particuliers au ministre de la Communication et de la Culture ainsi qu’à ses collaborateurs », indique à ce sujet le Chef de l’Etat. D’ailleurs, le Président malagasy a largement contribué dans la concrétisation de ce projet ambitieux, révolutionnant le rapport des citoyens avec l’administration. « IVOTORO reste en contact permanent avec les responsables ministériels à chaque niveau et dans chaque département étatique. Ceci pour mettre à jour les différentes informations et changements dans les démarches administratives que les citoyens seront amenés à effectuer auprès des services administratifs », avance la ministre de tutelle. Fruit d’un partenariat public-privé, la mise en place du centre étant un projet conçu, financé et soutenu entièrement par les Malagasy, y compris les entreprises citoyennes partenaires. Ces dernières profiteront des retombées positives d’une administration plus proche des citoyens. « Notre pays a besoin d’ambition et d’audace tandis que le système a besoin d’une perpétuelle amélioration technologique et informationnelle », renchérit le ministre de la Communication. « C’est une première dans l’histoire du pays qu’un projet d’ampleur tel que l’IVOTORO est mis en œuvre », salue le Chef de l’Etat. Le lancement dudit centre implanté à Nanisana s’est tenu hier.

Patricia Ramavonirina 

Fil infos

  • Paiement des bourses - Solution en cours malgré tout
  • Traitement de Covid-19 - Le couple Rajoelina met du baume au cœur des malades
  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Et… la vie continue !
    La pandémie de Covid-19, variant sud-africain, assomme le pays. Le dernier bilan affiche la gravité et la dangerosité du virus. On parle, sans ambages, de record de nouveaux cas. La barre de cinq-cent-cinquante (nouveaux cas) est dépassée en une journée (du 8 au 9 avril) ! Et celle du décès atteint même au-delà de dix. La page « nécro » des quotidiens de la Capitale est prise d’assaut. Analamanga détient toujours le triste palmarès avec quatre-cent-trente-neuf (nouveaux cas). Et on n’est pas encore au bout de nos peines. Personne n’est en mesure d’anticiper à quand le bout du tunnel ! Catastrophique ! Apocalyptique ! Mais, attention ! La vie continue ! Et les problèmes classiques sinon « traditionnels » continuent aussi de sévir, redoublent même d’intensité. Que les tenants du pouvoir ne se trompent pas. Au front, ils ont en face non pas un seul « ennemi » (le variant…

A bout portant

AutoDiff