Publié dans Société

Exploitation sexuelle des mineurs à Toliara - 16 Européens impliqués, 5 placés sous MD, 11 en cavale !

Publié le dimanche, 29 novembre 2020


La Région d’Atsimo-Andrefana est actuellement concernée par le fléau lié à l’exploitation sexuelle envers les enfants. Les Forces de l’ordre de Toliara ont récemment mis la main sur 16 Européens auteurs de viols et d’agressions sexuelles sur 19 mineurs âgés de 7 à 14 ans. Ces derniers sont orphelins et issus de familles défavorisées, résidant entre Tuléar et Mangily. Après une enquête menée par la Police des mœurs et de la protection des mineurs (PMPM) de Toliara, ces étrangers - composés entre autres de résidents retraités et de touristes bloqués à Madagascar suite à la fermeture des frontières aériennes - ont formé un réseau réputé pour des agressions sexuelles sur mineures. Suite au déferrement de l’affaire devant le Parquet, le Tribunal de première instance de Tuléar a placé 5 d’entre eux sous mandat de dépôt. Le juge d’instruction a également sorti un mandat d’amener à l’endroit de 11 étrangers, présumés auteurs d’exploitations sexuelles sur mineures et qui sont toujours en cavale.
« Il faut savoir également que l’un des présumés auteurs cités dans cette affaire a déjà été jugé pour viol. Celui-ci a écopé d’une peine de 5 ans d’emprisonnement, assortie d’une amende de 10 millions d’ariary. Malheureusement, il a profité le moment où la famille de la victime faisait appel à ce vedict pour prendre la fuite et n’a jamais été retrouvé jusqu’à ce jour (ndlr : vendredi dernier) », a révélé Haingo Randrianasolo, présidente de la plateforme œuvrant dans la protection des enfants. D’après ses explications, quelques agresseurs auraient payé 25 000 à 30 000 ariary pour exploiter sexuellement une fille vierge âgée de 7 ou 8 ans. Et pire encore, quelques victimes ont contracté des maladies sexuellement transmissibles ou sont atteintes de fistule obstétricale. Il existe même des filles enceintes à l’issue des abus sexuels qu’elles ont subis.
Une adolescente de 14 ans tire la sonnette d’alarme
Ces étrangers suspectés d’exploitation sexuelle ont été appréhendés après qu’une adolescente de 14 ans s’est présentée à la Plateforme de la protection des enfants de Tuléar durant la semaine du 2 novembre dernier. Et cela afin de demander de l’aide pour sa sœur âgée de 7 ans qui risque également à son tour d’être victime de violence sexuelle. « Tout a commencé pour cette fille quand elle avait 11 ans. A cette époque, un étranger lui a offert des friandises et des petites sommes contre une petite visite dans son appartement situé dans un établissement hôtelier. Accompagnée par trois autres jeunes filles, elle y est allée plusieurs fois », a raconté Haingo Randrianasolo, présidente de ladite plateforme.
Et de préciser que le 7 novembre dernier, l’équipe de la plateforme - accompagnée par la Police des mœurs et de la protection des mineurs (PMPM) et la Brigade féminine de proximité (BFP) -  a effectué une descente inopinée durant laquelle un proxénète qui drogue les jeunes filles avant les envoyer chez un étranger a été appréhendé. Une semaine s’est écoulée et les enquêtes ont beaucoup évolué depuis. Des noms ont été révélés par les victimes, ce qui a ainsi emmené le juge d’instruction à sortir des mandats d’amener. Depuis le 18 novembre dernier, les Européens impliqués dans le cadre de ces affaires ont commencé à être auditionnés.

Fil infos

  • Vie politique - Le Malagasy Miara-Miainga en plein essor
  • Pression au sein de l’Exécutif - Mise à l’épreuve prolongée pour le Gouvernement Ntsay
  • Sénat - Imbiki Herilaza et Nicolas Rabemananjara, vice-présidents
  • Nombre excessif de collaborateurs - La HCC recadre les nouveaux sénateurs
  • Opposition au Sénat - « Une disposition illogique »
  • Contrat de location auprès de la compagnie STA - Démenti du ministère de l’Economie et des Finances
  • Etats – Unis - Investiture sous haute protection pour le Président Joe Biden
  • Campagne de reboisement 2021 - 75 000 hectares à couvrir d’arbres !
  • Chambre haute du Parlement - Razafimahefa Herimanana, élu président du Sénat
  • Secteur halieutique - Des investisseurs « abandonnés » implorent le ministère

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Esprit de fidélité
    L’état d’esprit, c’est la base de tout. Avoir un état d’esprit intègre, c’est mieux. Mais savoir entretenir, en soi, un esprit de fidélité, c’est excellent ! En ces temps-ci, il est très rare de rencontrer quelqu’un de fidèle surtout au niveau des dirigeants ou des leaders. La noblesse d’esprit basée surtout sur la fidélité se fait très rare voire introuvable. Le déclin de la mentalité sociale se fait sentir et se constate à vue d’œil. Il résulte de l’absence totale de l’esprit de fidélité dans les relations entre humains (entre amis, entre époux, entre dirigeants et administrés, etc.). Etre fidèle à son principe, à sa promesse ou à ses engagements devient, par la force du temps, chose obsolète ou révolue ! On a honte, parfois, d’être fidèle. La trahison sinon la traitrise ou la félonie règnent dans notre société, dans le pays. Trahir devient chose courante, une mode, une tendance …

A bout portant

AutoDiff