Publié dans Société

Migration organisée - Des villageois arnaqués par un intermédiaire

Publié le mardi, 12 janvier 2021

Le malheur des uns fait le bonheur des autres. Plus de 175 personnes ont quitté leurs villes natales à Ambovombe et Amboasary pour rejoindre la partie Nord de la Grande île. Elles ont reçu une promesse comme quoi ils pourront travailler, une fois arrivés là-bas. Ayant donc voulu partir coûte que coûte, la plupart d’entre elles ont quitté leur maison avec tous les membres de leur famille.

Dans la précipitation, ces gens ont vendu tous leurs biens pour pouvoir s’approvisionner durant le voyage et payer les frais de transport. Chacun a dû payer une somme de 60 000 à 80 000 ariary en guise de ticket de voyage jusqu’à Antananarivo. Puis, au stationnement de Fasan’ny Karàna, d’autres véhicules les ont attendus pour rejoindre le Nord.

D’après une source venant de Fianarantsoa, c’est un intermédiaire qui a organisé ce voyage, ayant rassemblé au moins 7 minibus de marque Mercedes Sprinters. Ce dernier qui a rassemblé tous les frais de transport, a collaboré avec une coopérative en promettant donc d’offrir un travail à chacun de ces voyageurs. Cependant, les taxis-brousse les ont abandonnés à Ihosy. Inquiètes et désemparées, ces personnes ont fait le voyage à pied pour rejoindre le stationnement d’Ankazondrano, situé à Fianarantsoa. Depuis hier, ces personnes sont hébergées provisoirement au local du Centre éducatif de renforcement scolaire (CERES) sis à Ambalakely et sont prises en charge par le ministère de la Population dont des agents sont déjà sur place. « Pour le moment (ndlr : hier), nous ne savons pas encore la raison pour laquelle ces taxis-brousse ont débarqué ces passagers à Ihosy. De toutes façons, une enquête est déjà en cours pour identifier ces véhicules ainsi que l’arnaqueur », avance notre source.

Lundi soir, une autre vague de voyageurs, composée d’environ 60 personnes, est arrivée dans la Capitale. Ces gens sont encore bloquées au stationnement de Fasan’ny Karàna. En effet, ces personnes devaient prendre un autre taxi-brousse pour rejoindre leur destination finale. Mais en raison d’un manque de moyens financiers, ils ne pourraient pas encore poursuive leur voyage. Effectivement, ces voyageurs ont été à plusieurs reprises obligés de changer de taxis- brousse sur différents trajets, à savoir Ambovombe-Ihosy, puis Ihosy-Fianarantsoa, Fianarantsoa-Ambositra et Antsirabe-Antananarivo. Ces personnes ont également décidé de rejoindre la partie Nord de la Grande île pour les mêmes raisons que les 175 autres passagers, arrivés hier matin à Fianarantsoa.

Anatra R.

Fil infos

  • Vie politique - Le Malagasy Miara-Miainga en plein essor
  • Pression au sein de l’Exécutif - Mise à l’épreuve prolongée pour le Gouvernement Ntsay
  • Sénat - Imbiki Herilaza et Nicolas Rabemananjara, vice-présidents
  • Nombre excessif de collaborateurs - La HCC recadre les nouveaux sénateurs
  • Opposition au Sénat - « Une disposition illogique »
  • Contrat de location auprès de la compagnie STA - Démenti du ministère de l’Economie et des Finances
  • Etats – Unis - Investiture sous haute protection pour le Président Joe Biden
  • Campagne de reboisement 2021 - 75 000 hectares à couvrir d’arbres !
  • Chambre haute du Parlement - Razafimahefa Herimanana, élu président du Sénat
  • Secteur halieutique - Des investisseurs « abandonnés » implorent le ministère

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Esprit de fidélité
    L’état d’esprit, c’est la base de tout. Avoir un état d’esprit intègre, c’est mieux. Mais savoir entretenir, en soi, un esprit de fidélité, c’est excellent ! En ces temps-ci, il est très rare de rencontrer quelqu’un de fidèle surtout au niveau des dirigeants ou des leaders. La noblesse d’esprit basée surtout sur la fidélité se fait très rare voire introuvable. Le déclin de la mentalité sociale se fait sentir et se constate à vue d’œil. Il résulte de l’absence totale de l’esprit de fidélité dans les relations entre humains (entre amis, entre époux, entre dirigeants et administrés, etc.). Etre fidèle à son principe, à sa promesse ou à ses engagements devient, par la force du temps, chose obsolète ou révolue ! On a honte, parfois, d’être fidèle. La trahison sinon la traitrise ou la félonie règnent dans notre société, dans le pays. Trahir devient chose courante, une mode, une tendance …

A bout portant

AutoDiff