Publié dans Société

Bilan du passage du cyclone - Eloïse  Les dégâts matériels s’alourdissent !

Publié le vendredi, 22 janvier 2021

Des infrastructures routières, scolaires et d’habitation endommagées. Le passage de la forte tempête tropicale Eloïse dans la partie Nord-est et Nord-ouest de Madagascar a été plus ou moins désastreux, si l’on tient compte des dégâts matériels enregistrés. Hier, le bilan provisoire émanant du Bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC) fait état de 156 maisons inondées, 193 autres détruites et 645 endommagées suite aux pluies diluviennes et vents forts. Dans le secteur de l’éducation, 142 salles de classe sont endommagées, contre 12 détruites recensées dans les Districts de Maroantsetra, Mananara- Nord, Ambato-Boeny, Besalampy, Mandritsara et Befandriana-Nord. Cette situation impacte sur la scolarisation des élèves, qui ont dû cesser les cours depuis le début de semaine à cause du cyclone et de ses impacts. Les dégâts liés à la logistique sont également assez importants, avec la coupure de diverses routes. Certaines d’entre elles sont inondées ou submergées d’eau tandis que d’autres sont bloquées à cause des glissements de terrain. De plus, des ponts sont endommagés ou emportés par les crues. Mais en général, les routes sont devenues impraticables et inaccessibles à cause de leur mauvais état.
Des réponses d’urgence
Le dernier bilan provisoire du BNGRC rapporte 1 décès, enregistré à Anjahana Maroantsetra, et 3 601 sinistrés. 470 d’entre eux s’abritent encore dans les sites d’hébergement provisoire et y bénéficient d’une prise en charge. D’autres sont déjà retournés chez eux. L’acheminement de 15 tonnes de vivres pour la Région Atsinanana, composés de riz, sucre, sel et légumineuses, fait partie des activités entreprises. Les autres Régions affectées par le cyclone auront bientôt leur part d’aide. Côté infrastructures, les interventions dans le secteur de l’éducation sont accélérées afin de reprendre les cours dans les brefs délais. Ainsi, le ministère de tutelle et l’UNICEF envisagent d’envoyer des équipements, dont des bâches, pour réparer rapidement les salles de classe endommagées. Quant aux routes coupées, les travaux de réparation sont en cours pour certaines. Aussi, le rétablissement de l’eau et de l’électricité dans nombreux Communes et Districts est désormais effectif, tout comme la communication pour certains. D’un autre côté, la collecte d’informations sur les dégâts s’enchaîne. D’ailleurs, une évaluation par survol a été réalisée hier afin de recouper et compléter les données, collecter et estimer l’étendue des inondations. Quoi qu’il en soit, les réunions des acteurs et les sensibilisations de la population se poursuivent. A noter qu’après celle cyclonique, la vigilance « forte pluie » et celle « vent fort » ont été levées depuis hier.
Recueillis par Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Paiement des bourses - Solution en cours malgré tout
  • Traitement de Covid-19 - Le couple Rajoelina met du baume au cœur des malades
  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Et… la vie continue !
    La pandémie de Covid-19, variant sud-africain, assomme le pays. Le dernier bilan affiche la gravité et la dangerosité du virus. On parle, sans ambages, de record de nouveaux cas. La barre de cinq-cent-cinquante (nouveaux cas) est dépassée en une journée (du 8 au 9 avril) ! Et celle du décès atteint même au-delà de dix. La page « nécro » des quotidiens de la Capitale est prise d’assaut. Analamanga détient toujours le triste palmarès avec quatre-cent-trente-neuf (nouveaux cas). Et on n’est pas encore au bout de nos peines. Personne n’est en mesure d’anticiper à quand le bout du tunnel ! Catastrophique ! Apocalyptique ! Mais, attention ! La vie continue ! Et les problèmes classiques sinon « traditionnels » continuent aussi de sévir, redoublent même d’intensité. Que les tenants du pouvoir ne se trompent pas. Au front, ils ont en face non pas un seul « ennemi » (le variant…

A bout portant

AutoDiff