Publié dans Société

Sécurisation de l’ensemble du pays - Le CEMA prône une « Armée de proximité »

Publié le mardi, 09 février 2021

Actuellement, c’est désormais le chef d’Etat-major de l’Armée ou CEMA qui prend les commandes, en remplacement de l’ancien chef d’Etat-major général de l’Armée malagasy ou CEMGAM. Cette révision du fond au comble dans le commandement s’inscrit d’ailleurs dans le cadre de la rénovation, sinon la refonte au niveau du ministère de la Défense nationale.

Sitôt le ministère concerné installé, cette refonte a été parallèlement mise sur les rails. Il y eut alors une tournée effectuée par le chef d’Etat-major de l’Armée, histoire de voir de visu le fonctionnement du quotidien des militaires au sein du commandement de la Région de Bongolava. Cette innovation répond à la directive du Chef de l’Etat en matière de sécurisation de l’ensemble du pays, et ce, d’après le fameux slogan d’une « Armée de proximité ».
Lors de ses rencontres avec les commandants d’unités dans cette Région, le CEMA s’est montré ferme pour leur donner les instructions nécessaires dans l’accomplissement de leurs missions et de leurs devoirs envers la Nation. A preuve, certains d’entre eux ont été sanctionnés allant jusqu’à leur radiation, une mesure stricte qui devait accompagner leur mise en détention après un constat d’irrégularité venant de leur part.

Rappelons que trois différentes branches composent l’Armée Malagasy : l’Armée de terre ou 1ère RFI comportant un bataillon parachutiste. Vient ensuite la Marine ou la 2ème RFI, et enfin l’Aviation ou la BAS 213.

A part ces branches, différentes structures ont été mises en place. Citons la Base operation avancée ou BOA employant 80 militaires. Il y a aussi les détachements spéciaux de sécurité, au nombre de 20.  Si neuf d’entre ces derniers avaient été installés en 2020, les onze restants le seront dans le courant de cette année. Et sur les 1 200 nouvelles recrues, 900 intégreront d’office la BOA.

Par ailleurs, le chef d’Etat-major de l’Armée a offert 5 tonnes de riz ainsi que 75 kg de grains pour le commandant d’unité de Bongolava, lors de son passage dans la Région, le 9 février dernier.

F.R.

Fil infos

  • Coopération - Des émissaires de la JICA à Ambohitsorohitra
  • Révélation au procès de Mbola Rajaonah - L’Etat spolié de 125 milliards d’ariary
  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Le jeune prodige !
    Phénomène Oboy ! Quart de siècle tapant, Oboy séduit mieux encore et enivre les jeunes. A travers ses textes et de par son style, Oboy est unique en son genre. Succès phénoménal en France et sur le plan international, le jeune prodige force l’admiration mais également suscite la jalousie ! En effet, Oboy fait des jaloux même dans son propre pays, Madagasikara. Son tout récent passage à Tanà explose l’enthousiasme et déchaine les fantasmes dans tous ses états. Oboy a fait vibrer le mythique Palais des sports et de la culture de Mahamasina.D’un parcours atypique, le jeune prodige gravite et entre, sans coup férir, dans la cour des grands. Né le 6 janvier 1997 à Madagasikara, Mihaja Ramiarinarivo de son nom d’Etat civil, Oboy grandit à Val-de-Marne, plus précisément à Villeneuve-Saint-Georges. Il se lance dans le rap, cette danse urbaine moderne en 2015, à l’âge de 18 ans. Très vite,…

A bout portant

AutoDiff