Publié dans Société

Sécurisation de l’ensemble du pays - Le CEMA prône une « Armée de proximité »

Publié le mardi, 09 février 2021

Actuellement, c’est désormais le chef d’Etat-major de l’Armée ou CEMA qui prend les commandes, en remplacement de l’ancien chef d’Etat-major général de l’Armée malagasy ou CEMGAM. Cette révision du fond au comble dans le commandement s’inscrit d’ailleurs dans le cadre de la rénovation, sinon la refonte au niveau du ministère de la Défense nationale.

Sitôt le ministère concerné installé, cette refonte a été parallèlement mise sur les rails. Il y eut alors une tournée effectuée par le chef d’Etat-major de l’Armée, histoire de voir de visu le fonctionnement du quotidien des militaires au sein du commandement de la Région de Bongolava. Cette innovation répond à la directive du Chef de l’Etat en matière de sécurisation de l’ensemble du pays, et ce, d’après le fameux slogan d’une « Armée de proximité ».
Lors de ses rencontres avec les commandants d’unités dans cette Région, le CEMA s’est montré ferme pour leur donner les instructions nécessaires dans l’accomplissement de leurs missions et de leurs devoirs envers la Nation. A preuve, certains d’entre eux ont été sanctionnés allant jusqu’à leur radiation, une mesure stricte qui devait accompagner leur mise en détention après un constat d’irrégularité venant de leur part.

Rappelons que trois différentes branches composent l’Armée Malagasy : l’Armée de terre ou 1ère RFI comportant un bataillon parachutiste. Vient ensuite la Marine ou la 2ème RFI, et enfin l’Aviation ou la BAS 213.

A part ces branches, différentes structures ont été mises en place. Citons la Base operation avancée ou BOA employant 80 militaires. Il y a aussi les détachements spéciaux de sécurité, au nombre de 20.  Si neuf d’entre ces derniers avaient été installés en 2020, les onze restants le seront dans le courant de cette année. Et sur les 1 200 nouvelles recrues, 900 intégreront d’office la BOA.

Par ailleurs, le chef d’Etat-major de l’Armée a offert 5 tonnes de riz ainsi que 75 kg de grains pour le commandant d’unité de Bongolava, lors de son passage dans la Région, le 9 février dernier.

F.R.

Fil infos

  • Débordement du barrage d’Antelomita - Evacuation immédiate des riverains de l’Ikopa
  • Dégâts des intempéries sur la Route nationale - Les stocks de carburant suffisants pour la Capitale
  • Rajoelina dans les bas-quartiers - Le courant passe toujours !
  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Transparence oblige !
    L'autre fois, il a été question que nous jugions impérieux de livrer à travers la colonne ci-présente un sujet responsable : l'obligation à l'austérité. Un concept qui fâche mais c'est un passage obligé vers la bonne gouvernance. Autrement, la culture de la tempérance, de la sobriété et de la modération doit être inculquée à tous les niveaux du pouvoir. Il fut un temps où l'on avait inculqué aux élèves de l'Ecole officielle, l'ancêtre de l'Ecole primaire publique (EPP), en cours d'instruction civique, la notion de « tempérance », de « sobriété » et de « modération ».

A bout portant

AutoDiff