Publié dans Société

Mialy Rajoelina à Mahajanga - Un débarcadère pour l’association des femmes de pêcheurs

Publié le mercredi, 03 mars 2021

La tournée nationale dans le cadre de la célébration de la Journée internationale de la femme s’enchaîne pour la Première dame. Après Antananarivo, Toamasina, Toliara et Fianarantsoa, Mahajanga a accueilli hier la délégation des femmes conduite par Mialy Rajoelina, en compagnie entre autres de Lalatiana Andriatongarivo, ministre de la Communication et de la Culture. Cette fois-ci, les femmes de pêcheurs regroupées dans l’association « Mivoatra » FMMA - ayant son siège dans le Fokontany d’Antsahabingo Mahajanga - ont été à l’honneur.

Un débarcadère, équipé de divers matériels dont des congélateurs, fumoirs et panneaux solaires, a été mis en place au profit de l’association. Celle-ci regroupe 58 femmes œuvrant dans le secteur de la pêche. « Je sais que votre travail est difficile, mais vous disposez d’assez de force et de courage pour le faire. Je vous en félicite… Les femmes travaillant dans le secteur de la pêche sont nombreuses dans la Région de Boeny. Les femmes d’Antsahabingo en font partie », s’adresse la Première dame aux membres de la FMMA. Outre le local ainsi que les matériels pour la conservation et la transformation des poissons, une formation sur la gestion et le management sera également dispensée pour ces femmes. « Je serai ravie si ma visite dans cette localité apporte un changement positif dans votre vie, dont le développement de vos activités génératrices de revenus et l’épanouissement dans votre vie familiale », ajoute l’épouse du Chef de l’Etat et non moins présidente fondatrice de l’association Fitia.

Pour une meilleure conservation

Soulagées et ravies. Les femmes membres de l’association FMMA le sont, avec la dotation de l’unité de transformation de poissons et des équipements y afférents. C’est la première infrastructure de ce genre mise en place dans un quartier, au profit des femmes, à en croire les bénéficiaires. « Avec ce débarcadère, la conservation des poissons sera bien assurée, tout comme leur vente. Avant, les poissons fraichement pêchées ont dû être écoulés dans l’immédiat sur le marché sinon ils se décomposent facilement », nous confie Eugénie, femme d’un pêcheur et membre de ladite association. Le débarcadère dispose déjà des installations en eau et en électricité. « En pêchant aux larges, nos pêcheurs obtiennent de gros poissons. Les femmes se chargent de l’administration et du marketing. En fait, une partie des produits de la pêche sont achetés par des sociétés. Une grande partie est également écoulée sur le marché local », ajoute Eugénie, une autre épouse d’un pêcheur au sein de la FMMA. Ladite association souhaite se lancer dans l’exportation des produits halieutiques. Elle reste ainsi ouverte à tout soutien et partenariat. En attendant, l’association compte renforcer la transformation des poissons avec les matériels que la Première dame lui a dotés…

Recueillis par Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Paiement des bourses - Solution en cours malgré tout
  • Traitement de Covid-19 - Le couple Rajoelina met du baume au cœur des malades
  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Et… la vie continue !
    La pandémie de Covid-19, variant sud-africain, assomme le pays. Le dernier bilan affiche la gravité et la dangerosité du virus. On parle, sans ambages, de record de nouveaux cas. La barre de cinq-cent-cinquante (nouveaux cas) est dépassée en une journée (du 8 au 9 avril) ! Et celle du décès atteint même au-delà de dix. La page « nécro » des quotidiens de la Capitale est prise d’assaut. Analamanga détient toujours le triste palmarès avec quatre-cent-trente-neuf (nouveaux cas). Et on n’est pas encore au bout de nos peines. Personne n’est en mesure d’anticiper à quand le bout du tunnel ! Catastrophique ! Apocalyptique ! Mais, attention ! La vie continue ! Et les problèmes classiques sinon « traditionnels » continuent aussi de sévir, redoublent même d’intensité. Que les tenants du pouvoir ne se trompent pas. Au front, ils ont en face non pas un seul « ennemi » (le variant…

A bout portant

AutoDiff