Publié dans Société

Assaut d’un taxi-be - Un assaillant éliminé, un autre capturé vivant

Publié le dimanche, 13 juin 2021

Le sang a giclé à Ankasina, vers 2h du matin samedi dernier ! Sur le bitume, le corps sans vie d’un bandit gisait dans une mare de sang, et l’arme de poing qu’il a utilisée contre la Police, trônait non loin de là. Il avait été éliminé par les hommes du service antigang (SAG) de la Police tandis qu’un deuxième suspect fut capturé vivant. Par ailleurs, les troisième et quatrième larrons ont réussi à échapper au SAG.  

C’était l’issue d’un bref mais violent accrochage entre les Forces de l’ordre qui étaient lancées aux trousses des premiers après que ces derniers ont pris la fuite après avoir intercepté un taxi-be et agressé ses passagers à Andohatapenaka.

La première scène de violence, c’est-à-dire l’interception du taxi-be, s’est donc déroulée sur une portion de la route digue qui passe au niveau d’Andohatapenaka. Là, une véritable embuscade a attendu le véhicule.  Car pour parvenir à leur funeste objectif, les malfaiteurs ont bloqué la chaussée avec trois carrioles chargées de briques rouges. Une fois le véhicule immobilisé, les malfrats étaient donc montés à bord, non sans qu’ils n’aient menacé les usagers, complètement terrorisés. Outre les couteaux, les agresseurs ont également fait usage de revolvers, qui sont parfois des jouets. Livrées totalement à la merci des assaillants, les victimes se sont fait dépouiller de leurs liquidités et de leurs bijoux.

 Heureusement pour celles-ci, des témoins qui ont vu la scène ont le bon réflexe d’informer rapidement la Police, et on connaît la suite. Après qu’ils ont eu le butin, les agresseurs ont pris la fuite en direction d’Ankasina. Mais les éléments du SAG étaient déjà à leurs trousses et ont fini par les accrocher assez rapidement. C’est dans ce quartier que la fusillade a éclaté, et qu’elle était donc finalement lourde de conséquences pour les bandits. Ils n’ont pas fait long feu au cours de ce face-à-face avec les Forces de l’ordre. L’enquête suit son cours.

Franck R.

Fil infos

  • La Vérité de la semaine
  • Saisie de 22,5 kg d’or aux Seychelles - Soupçons de laxisme au sein des organes de contrôle malagasy
  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cas désespéré !
    Quand quelqu’un détruit un des biens personnels à la maison, il est à plaindre. Mais quand il s’amuse à démolir sa propre maison en sapant irrémédiablement les fondations, il est malade voire un cas désespéré !Les désastres par le feu continuent. Des incendies ravageurs se déclarent un peu partout sur le territoire national presque au même moment. Des feux involontaires ou actes criminels ? Les résultats des enquêtes nous fixeront sur les détails. Dans tous les cas de figure, l’incendie détruit à jamais ! Des crimes de sang à la destruction totale des patrimoines nationaux en passant l’anéantissement d’une partie non négligeable des zones protégées pour en finir aux habitations humaines et d’animaux d’élevage défraient les chroniques. Des villages entiers disparaissent avec ce que cela suppose de dégâts humains, matériels et d’ordre moral. Des familles perdent en un seul moment tout ce qu’elles ont durement épargné des années. Tout récemment,…

A bout portant

AutoDiff