Publié dans Société

Sapeurs-pompiers d’Antananarivo - Une caserne de proximité à Analamahitsy

Publié le dimanche, 15 août 2021

Réduire le délai d’intervention dans le 5ème Arrondissement d’Antananarivo ainsi que les Communes périphériques. Tel est le principal avantage de la mise en place d’une nouvelle caserne des sapeurs-pompiers à Analamahitsy. Naina Andriantsitohaina, maire de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA), l’a précisé lors de l’inauguration de cette nouvelle infrastructure, le 13 août dernier. Une cérémonie honorée de la présence des autorités ainsi que des représentants des partenaires. 15 agents sapeurs-pompiers assurent le fonctionnement de cette caserne de proximité, 24 heures sur 24. Celle-ci dispose d’une capacité d’accueil de 3 véhicules d’incendie et d’un véhicule de secours. Outre les bureaux, un dortoir, une cantine et une salle d’accueil pour les invités, sans oublier les toilettes, la caserne d’Analamahitsy dispose également d’un coin d’entretien des équipements d’intervention. Selon les informations recueillies,  Lotus Immobilier fait partie des partenaires de la CUA dans la mise en place de cette nouvelle caserne.

Quinze véhicules opérationnels
72 ans d’existence au service des habitants en détresse d’Antananarivo et ses périphéries. Les sapeurs-pompiers se chargent non seulement de maîtriser les incendies mais aussi de secourir d’urgence les personnes en détresse ou encore d’éviter les dangers, entre autres les maisons en cours d’effondrement ou les arbres envahissants. « Au départ, il y avait à peine 4 véhicules d’incendie. Aujourd’hui, 15 sont opérationnels dont 10 véhicules d’incendie, 3 autres pour secourir les victimes, un véhicule 4X4 et un camion BEA », informe le maire de la Municipalité d’Antananarivo. Actuellement, 214 sapeurs-pompiers sont en activité, y compris les 50 agents récemment embauchés. Un recrutement de 50 nouveaux agents est prévu l’année prochaine. D’un autre côté, 200 bouches d’incendie, réparties dans différents Fokontany, sont  opérationnelles.
En 2020, le corps des sapeurs-pompiers d’Antananarivo est intervenu dans 292 cas d’incendie, dont 235 enregistrés dans la ville des mille et 57 autres déclarés dans les Communes périphériques. Ces 5 dernières années, le nombre d’incendies n’a cessé d’augmenter, non seulement à cause du non-respect du plan d’urbanisme, notamment avec les maisons en bois et construits illégalement, ou encore la promiscuité. Le travail des pompiers s’avère très difficile à cause des problèmes liés à l’accès dans certains quartiers. De plus, les interventions trainent avec la distance et les embouteillages, d’où la mise en place des casernes de proximité. Outre le siège à Tsaralalàna, Ambohimanarina et Analamahitsy abritent aussi des casernes.
Recueillis par Patricia Ramavonirina


Fil infos

  • Débordement du barrage d’Antelomita - Evacuation immédiate des riverains de l’Ikopa
  • Dégâts des intempéries sur la Route nationale - Les stocks de carburant suffisants pour la Capitale
  • Rajoelina dans les bas-quartiers - Le courant passe toujours !
  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Transparence oblige !
    L'autre fois, il a été question que nous jugions impérieux de livrer à travers la colonne ci-présente un sujet responsable : l'obligation à l'austérité. Un concept qui fâche mais c'est un passage obligé vers la bonne gouvernance. Autrement, la culture de la tempérance, de la sobriété et de la modération doit être inculquée à tous les niveaux du pouvoir. Il fut un temps où l'on avait inculqué aux élèves de l'Ecole officielle, l'ancêtre de l'Ecole primaire publique (EPP), en cours d'instruction civique, la notion de « tempérance », de « sobriété » et de « modération ».

A bout portant

AutoDiff