Publié dans Société

Grève des étudiants à Ankatso - Des individus malveillants en tirent profit

Publié le mardi, 19 octobre 2021

 La grève nuit le quotient de la population. Les problèmes qui minent l’université d’Antananarivo sont loin d’être résolus, bien que le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique ne cesse de proposer des solutions, afin que les étudiants puissent reprendre leurs études. Après les étudiants de l’Ecole normale supérieure, quelques étudiants à Ankatso ont observé une grève, dans la matinée d’hier. Ils ont été renforcés par le Personnel administratif et technique (PAT) de l’université.

 

Les grévistes ont barré la route menant vers le campus, ce qui a fallu l’intervention des Forces de l’ordre pour libérer le passage. Ils ont brûlé des pneus au milieu de la chaussée.

A chaque fois que les étudiants sont en grève, les riverains sont bouleversés par la situation. En effet, la grève nuit à leurs activités, dont la plupart d’entre eux sont des commerçants. Les taxis- be font un détour à plusieurs mètres avant le terminus tandis que les gargotiers et épiceries ferment leurs portes. « Quand les étudiants effectuent une grève, nous sommes contraints d’arrêter nos activités. En fait, même si la grève se tient à l’intérieur du campus, des personnes malveillantes profitent de la situation pour nous dépouiller ainsi que les passants. Ils se cachent derrière la grève des étudiants. Nous ne sommes pas en sécurité et d’un autre côté, il y a la course poursuite entre les manifestants et les Forces de l’ordre », avance Lanto, commerçante de fruits et légumes à Ankatso.  Ainsi, selon toujours cette mère de famille qui habite tout près du campus depuis son enfance, elle se sent toujours menacée par la grève des étudiants et leurs agressivités.

Pour rappel, les étudiants réclament le début des cours à l’université tandis que les membres du Personnel administratif et technique exigent le paiement de leurs salaires du mois de septembre.

Anatra R.

Fil infos

  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !
  • Inondations des plaines d’Antananarivo - 53,2 milliards d’ariary investis en 2017-2020
  • Montée des eaux à Antananarivo - Les remblayages illicites pointés du doigt
  • Décès du Général de corps d’armée Herilanto Raveloharison - La République perd un grand serviteur

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Un front de trop !
    Alors que les dirigeants du pays s’affairent à affronter l’urgence sanitaire et l’urgence de la reforestation, deux urgences nationales, voilà qu’une troisième urgence nationale pointe son nez : la montée des eaux. Bref, le régime se trouve en face de trois fronts de guerre qu’il faille attaquer en simultané. Evidemment, il faut avoir la tête posée et les reins solides. En somme, c’est l’avantage pour un pays d’avoir un dirigeant jeune en pleine possession de ses facultés intellectuelles et physiques.

A bout portant

AutoDiff