Publié dans Société

Pension de retraite - Razanamanga, 104 ans, l’une des 10 pensionnés centenaires de la CNaPS

Publié le vendredi, 22 octobre 2021



Issus des quatre coins de l’île. Dix personnes âgées de plus de 100 ans perçoivent leur pension de retraite ou celle de leurs défunts maris à la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNaPS). Razanamanga, la doyenne d’Antananarivo, âgée de 104 ans, en fait partie. A travers sa fille benjamine, elle a accepté de nous ouvrir la porte de son domicile et de se confier…

123 000 ariary. Tel est le montant de la pension de retraite que Razanamanga encaisse chaque trimestre. Cela fait maintenant 34 ans qu’elle touche une pension auprès de la CNaPS, après le décès de son mari. Ce dernier travaillait en tant qu’enseignant auprès d’une école « LMS » à Vangaina, situé à 9 km de Mahitsy, Antananarivo depuis 1934, avant de devenir un pasteur FJKM dans ce même village en 1942, pour partir en retraite en 1972. « Mon père aurait dû toucher une double pension de retraite, mais la personne qui se chargeait du versement des cotisations auprès de l’école où il travaillait ne l’a pas fait. Au final, il n’a encaissé que sa pension en tant que Pasteur, et ce jusqu’à sa mort en 1987, à l’âge de 75 ans. Depuis, ma mère continue de percevoir la pension », explique Elise Ranaliarisoa, la fille de cette doyenne des pensionnés à Antananarivo. Parmi les 10 pensionnés centenaires, deux résident dans la Capitale, un à Antsirabe, un à Amboasary-Sud, un à Mananjary et un à Fianarantsoa.

Zen attitude

Une vie sereine. Razanamanga l’a vécue depuis toujours, depuis la campagne où elle résidait pendant des années, jusqu’en ville où elle vit avec sa fille benjamine depuis 2011. « Ma mère a encore une santé de fer malgré son âge. Elle se met encore débout sans l’aide de personne et se charge elle-même de son hygiène. Elle parle normalement et se souvient de presque tout et de tout le monde, malgré quelques pertes de mémoire passagères. Son secret, c’est qu’elle habitait dans la campagne depuis son enfance, avant que je l’emmène avec moi à Antananarivo depuis 2011. Ma mère était toujours une femme très active, notamment dans l’agriculture et l’élevage. Elle consomme des aliments "bio", ce qui pourrait expliquer sa bonne santé. De plus, elle a une conscience tranquille et a toujours fait du bien autour d’elle, en étant la femme d’un pasteur », résume sa fille, âgée de 81 ans. Comme routine quotidienne, la doyenne se réveille à 6h du matin et se couche à 19h au plus tard. Elle prend ses trois repas quotidiens aux mêmes heures, à 6h30 pour le petit déjeuner, à 12h pour le déjeuner et à 17h pour le dîner. Elle n’a pas de caprice et ne se prive d’aucune nourriture.

Réalisé par Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Agression meurtrière - Le tueur cache le corps sous des cosses de riz
  • Liaison aérienne Afrique du Sud - Madagascar - Airlink s'impatiente
  • Grève au MAE - Les syndicats désavouent les propos du ministre
  • Hausse des prix du carburant - âpres négociations Etat–Compagnies pétrolières
  • Association de malfaiteurs - Ninie Donia et ses co-accusés condamnés
  • Les actus en bref
  • Disparition de 36 kg d’or et 64.000 litres de gasoil - Des "magiciens" à Madagascar !
  • Lutte antiacridienne - Un pesticide controversé utilisé à Madagascar
  • Face-à-face entre les députés et le Gouvernement - La JIRAMA sous le feu des critiques !
  • Ministère des Affaires étrangères - Les grévistes veulent changer d’interlocuteur

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Psychose prématurée !
    Panique avant terme ! Depuis un certain temps, l’ombre d’une éventuelle augmentation des prix à la pompe pèse lourdement. Avant que les autorités compétentes, de concert avec les patrons des Compagnies pétrolières, n’annoncent les nouveaux prix la panique des flambées de prix des carburants envahissent déjà les esprits. Les stations-service sont prises d’assaut. Un réflexe très dangereux dans la mesure où il risque d’épuiser avant terme les réserves et d’un. Il portera atteinte aussi et surtout au calcul de projection à la gestion des stocks. Il faussera certainement l’enjeu. Le directeur général de l’Office malgache des hydrocarbures (OMH) a dû prendre la mesure sévère à savoir interdire le stock de carburant. La hantise de l’inflation empoisonne avant coup ! Jusqu’à hier, jeudi 30 juin, les dirigeants au sommet de l’Etat et les décideurs des compagnies pétrolières n’étaient pas encore parvenus à s’entendre sur les nouveaux prix. Evidemment, il s’agit d’un…

A bout portant

AutoDiff