Publié dans Société

Violences sexuelles - Au moins trois mineurs victimes chaque semaine

Publié le mercredi, 24 novembre 2021

Agés entre 5 et 18 ans. La Police des mœurs et de la protection des mineurs (PMPM) enregistre 136 cas de violences sexuelles sur mineurs depuis le début de cette année. Ces cas représentent 27% des 528 plaintes reçues par ce service de la Police nationale, à en croire le commissaire Mandimbin’ny Aina Randriambelo, directeur de cabinet du ministère de la Sécurité publique et non moins Point focal « Genre et violences basées sur le genre (VBG) » auprès dudit département.

Autrement dit, la Police note chaque semaine plus de trois mineurs victimes de violences sexuelles. Celles-ci se manifestent par des actes à caractère incestueux, d’harcèlement sexuels ou encore des agressions suivies de viols. Parmi les cas récents figure celui de la fillette âgée de 9 ans abusée sexuellement et à plusieurs reprises par un tireur de pousse-pousse à Toamasina. La victime est tombée enceinte à son plus jeune âge. 

« Derrière un cas de viol se cache plusieurs problèmes sociaux persistants dont la grossesse pouvant entraîner soit le mariage forcé soit l’avortement. L’abandon d’enfant, l’adoption ou encore les pratiques culturelles néfastes en font aussi partie », constate notre source. A cela s’ajoutent les effets psychologiques des violences sexuelles ainsi que les arrangements exigés par certains parents. « Une adolescente de 16 ans était enceinte suite à un viol. Ses parents l’ont forcé à se marier avec l’auteur alors que ce dernier est déjà en concubinage, avec 3 enfants à la charge. Maintenant elle fait l’objet de maltraitance. Elle s’occupe à la fois de son enfant âgé de 18 mois mais aussi des 3 autres enfants âgés de 4 ans à 16 ans », illustre le Point focal Genre et VBG au sein de la Police. Dans la plupart des cas, les parents des mineurs abusés sexuellement ne consultent pas les Forces de l’ordre qu’en cas de complications. Les blessures graves des victimes en font partie, ou encore le fait que les auteurs n’ont pas honoré leur engagement. De plus, l’impunité persiste. « Les lois en vigueur à Madagascar ainsi que les traités internationaux peuvent-ils vraiment assurer la protection des enfants? ».  Telle est la question qui se pose.

Recueillis par Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Vol d’or au ministère des Mines - Les responsables successifs s’en lavent les mains
  • Drame à Nosy Varika - Une mère de famille et ses fillettes meurent calcinées
  • Accident routier au fasan’ny Karàna - Un motocycliste broyé par un poids lourd
  • Autoroute Antananarivo - Toamasina Contrat signé incessamment
  • Assassinat d’une jeune fille à Moramanga - L’ex-petit ami à Tsiafahy
  • Commune urbaine d’Antananarivo - Un millier de caméras pour surveiller les rues de Tana
  • Tribunal de Nîmes - Un Malagasy condamné à 7ans d’emprisonnement pour agression sexuelle
  • Paiement des bourses universitaires - Trente milliards d’ariary d’économies grâce à la digitalisation
  • Moramanga - Le sosie de Jerry Marcoss décapité
  • Fête de l’indépendance - Circulation perturbée à Anosy et Mahamasina
Pub droite 1

Editorial

  • Identité nationale
    Que la fête commence ! Que les choses sérieuses débutent ! Bref, que le plat de résistance soit servi ! Le clou des cérémonies de la célébration de la Fête nationale arrive ce jour de 25 juin, la veille de la date du Soixante-deuxième anniversaire du retour à la souveraineté nationale. En effet, après avoir été colonisée pendant 64 ans, la Grande île accède le 26 juin 1960 à l’autodétermination.

A bout portant

AutoDiff