Publié dans Société

Emeute à l'ENS Ampefiloha - Une dizaine de blessés dont des policiers

Publié le mercredi, 07 décembre 2022

 Des blessures plus ou moins graves, essentiellement au visage, et qui sont dues aux jets de pierres, mais aussi des dégâts matériels : au moins six véhicules aux pare-brises et vitres détruits ! Quant à la circulation, elle était également interrompue sur les lieux. C'est ce qui a marqué cette journée explosive se traduisant par deux heures d'échauffourée à l'ENS Ampefiloha, hier.

En effet, les grévistes de l'Ecole nationale supérieure o Ampefiloha (ENS) ne décolèrent toujours pas. Dès les premières heures de la matinée, hier, la situation a franchement dégénéré car s'était transformée simplement en une émeute. De leur côté, la Force anti-émeute de l'EMMOREG est intervenue avec poigne pour refouler les émeutiers qui l'ont arrosée avec une pluie de gravats et autres projectiles. Le bilan de cet affrontement fut donc assez lourd : des pietons et même des agents de la Force anti-émeute figurent dans la liste des personnes blessées. 

Quant aux véhicules touchés, toutes catégories confondues car incluant des taxis-be, qui ont eu le malheur de se frayer un passage à l'endroit au plus fort moment de l'échauffourée, beaucoup ont été caillassés. "De toute façon, c'était dans ces circonstances qu' un chauffeur de taxi-be fut sérieusement blessé à la cuisse en recevant des éclats de vitre", explique une source. La situation d'hier différait totalement de celle du lundi dernier, plutôt moins grave. Car sur place, hier, les étudiants émeutiers ont changé complètement de stratégie dans leur face-à-face avec l'EMMOREG. Pas d'attroupement où les étudiants grévistes ont l'habitude d'haranguer les Forces de police sur le rond-point sis devant l'Ecole, ni incinération de vieux pneus. Cette fois-ci, les contestataires n'ont pas bougé de l'enceinte de l'ENS à partir de laquelle ils ont caillassé l'EMMOREG. Cela explique donc le nombre élevé des blessés chez ces passants et autres éléments des Forces de l'ordre. 

Franck R.

Fil infos

  • Christian Ntsay - "La priorité de l'Etat est la population"
  • Ville de Moramanga - Parfum d’abus de fonction et de corruption
  • Vanille - Les fossoyeurs de la filière démasqués !
  • Pacte national pour l’alimentation et l’agriculture - Le Président Rajoelina convainc et obtient 534 millions de dollars des partenaires
  • Conjoncture politique - L’Opposition concocte un plan machiavélique
  • Sommet sur l’alimentation en Afrique - Le Président Rajoelina défend la cause des agriculteurs
  • Exportation de crabes - Redevances quadruplées en une année
  • Maroc - Le Parlement décide de reconsidérer ses relations avec le Parlement européen
  • Embardée d’un taxi-brousse sur la RN5 - Un bébé décède sur le coup
  • Présidentielle - Le vote de la diaspora malagasy se dessine

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Du déjà entendu !
    Redite. Ibidem. Récidive. La communauté internationale revient à la charge avec quelques nuances près. Une subtile note qui sonne après tout en litanie ou refrain du déjà entendu et qui, passez-nous les termes, frise à certains égards l’arnaque !SEM Arnaud Guillois, l’ambassadeur de France, en résidence à Antananarivo, au cours d’une conférence de presse tenue ce lundi 23 janvier à la Résidence de France, devait s’étaler au moins sur deux sujets essentiels relatifs aux défis et enjeux de l’année en cours. En fait, sur les deux thèmes majeurs évoqués à savoir l’élection (présidentielle) et les îles Eparses, Arnaud Guillois annonçait la couleur concernant la position officielle affichée par le Quai d’Orsay.De l’élection, notamment présidentielle, qui se tiendra normalement au cours du dernier trimestre de l’année 2023, l’ambassadeur Arnaud Guillois a bien voulu émettre son avis qui devait, soulignons-le encore une fois, légitimement refléter la position officielle de la France dont…

A bout portant

AutoDiff