Publié dans Société

Menabe Antimena - Un nouveau départ pour les migrants

Publié le vendredi, 17 mars 2023

Dorénavant, les migrants ayant fui la Région du sud de Madagascar et squatté la réserve de Menabe Antimena, peuvent enfin jouir du programme « Titre vert » dans le village de Bezeky. Ainsi, plus de 500 ménages auront des terrains à cultiver pour subvenir à leurs besoins hors du parc. Ils pourront obtenir des certificats fonciers pour les parcelles données par le Gouvernement après qu'ils aient prouvé l'utilisation productive de la terre. Ce sera un nouveau départ pour eux et un soulagement pour cette partie de l'aire protégée déjà presque anéantie.

« Le fait d'aider les migrants à accéder à la terre et à construire des moyens de subsistance durables en vue d'un avenir meilleur est une approche véritablement avant-gardiste, plus durable et plus humaine. Cela contribuera également à stimuler l'économie et à transformer les terres dégradées en champs et en forêts généreux », a déclaré Agathe Sector, directrice du Bureau de l'environnement durable et du développement économique au sein de l'Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID).

Cette relocalisation 

« volontaire » des occupants illégaux du village de Bezeky, aux côtés des habitants actuels du village, est accompagnée de l'amélioration des infrastructures, d'une aide à l'agriculture et d'un soutien à la diversification des moyens de subsistance. Le Gouvernement fournira le terrain et collaborera avec l'USAID et les autres partenaires pour développer les infrastructures des services publics, agrandir les logements et fournir un soutien aux activités agricoles. En tout, 1.000 agriculteurs vont jouir d'un terrain de 1.700 ha autour du parc.

Le projet « Titre vert » sera élargi au sein des 23 Régions dans les mois à venir. Plus de 2.544 jeunes pourront ainsi cultiver et devenir autonomes financièrement, parvenir à l'autosuffisance alimentaire et au sens plus large développer l'économie malagasy grâce à l'agriculture.

 

Nikki Razaf 

Fil infos

  • Périodes de vacances - Le mauvais état des routes nationales inquiète
  • Opposition - Manœuvres de déstabilisation en pleine fête nationale 
  • Actu-brèves
  • Haute Cour constitutionnelle - 1500 requêtes électorales à traiter
  • Elections législatives - Une centaine de nouvelles têtes à Tsimbazaza
  • ACTU-BREVES
  • Rénovation au bord de mer de Toamasina - Un des grands travaux du Président Rajoelina inauguré
  • Actu-brèves
  • Actu-brèves
  • Législatives à Faratsiho - Le présumé vainqueur dans de beaux draps

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Pour qui sonne le glas !
    Une nouvelle configuration politique se dessine à l’horizon. A l’allure où vont les choses et au vu de la publication des résultats provisoires des législatives du 29 mai par la CENI, le pays se dirige vers un nouveau schéma politique. Du sang nouveau qui va certainement apporter du tonus et surtout du changement dans la direction des affaires nationales. A Toamasina, le samedi 15 juin dernier, le Chef de l’Etat Rajoelina annonça sans ambages qu’il va falloir s’attendre à un changement ou remaniement ou recadrage, c’est selon, des membres du Gouvernement après la mise en place de la nouvelle Assemblée nationale. C’est une tradition républicaine, la composition du Gouvernement doit refléter la configuration de la classe politique à l’Hémicycle. Bien que la majorité ne change pas de camp, le Chef de l’Etat qui est le seul maître à bord sur le sort réservé à l’avenir du Gouvernement doit reconsidérer le…

A bout portant

AutoDiff