Publié dans Société

Pénurie d’eau - Hasse exorbitante du prix au bidon

Publié le lundi, 18 septembre 2023
L’eau du robinet coule au compte-goutte dans plusieurs quartiers de la Capitale  L’eau du robinet coule au compte-goutte dans plusieurs quartiers de la Capitale 

De l’eau contenue dans un bidon coûte 1.000 à 1.500 ariary dans certains quartiers de la Capitale. C’est surtout le cas dans les parties ouest et nord-ouest de la ville, comme Ambohidrapeto, Ankadindravola (Commune d’Ivato). En temps normal, cela coûte 200 à 300 ariary.
Ce sont les responsables des bornes-fontaines qui augmentent le prix à leur guise, en voyant le nombre accru de chercheurs d’eau. Ainsi, ils taxent le bidon à 500 ariary et le transporteur de bidons, lui, aussi augmente son tarif. En tout, il faut débourser au moins 1.000 ariary pour avoir un bidon rempli d’eau potable actuellement.
Cette arnaque se fait au vu de tous, mais la majorité s’y plie vu que l’eau est une denrée vitale dont on ne peut pas se passer. « C’est la loi de l’offre et de la demande. Plus c’est rare, plus c’est cher. Après tant d’efforts dans la file d’attente, il vaut mieux rentrer les bidons pleins que rien du tout », selon Max, habitant du quartier.
Si les cas extrêmes sont évoqués plus haut, dans certains quartiers comme Tsimbazaza ou Anosibe, le prix d’un bidon d’eau est encore maintenu à 100 ariary, contrairement dans d’autres lieux où une variation des prix a été constatée, mais pas de la même ampleur. Ainsi, du côté d’Ambanidia, Ambatoroka, le bidon a connu une hausse de 100 ariary, soit au prix de 200 ariary actuellement.
Météo et coupure d’électricité
Ce manque d’eau résulte de deux causes. D’une part, la compagnie d’électricité n’arrive plus à fournir assez d’électricité pour les stations de pompage et l’eau n’arrive plus dans les bornes-fontaines et chez les abonnés. Et d’autre part, la météo globale dans la Grande île entre dans la période sèche. Cela durera probablement jusqu’au mois de novembre.
La JIRAMA a déjà annoncé que les coupures d’électricité vont entrainer ce genre de situation. Ainsi, quand le courant est coupé, l’eau n’arrive plus dans les robinets. Et dans certaines parties de la Capitale, le réseau de communication est aussi hors service pour les pylônes qui ne sont pas autonomes ou ne possèdent pas de groupe de secours.
Construction de puits
Certains habitants dans les quartiers les plus touchés par la pénurie d’eau ont opté pour la création de puits commun. Cependant, afin de trouver de l’eau, il faut creuser profondément, notamment jusqu’à 15 mètres. Le coût du travail et le repérage de la nappe pèsent dans le budget. En plus, étant donné que le puits est situé en plein centre urbain, sa santé n’est pas garantie. En effet, les w.-c. et autres eaux usées côtoient le puits, rendant ainsi l’eau impropre à la consommation.
« Le puits qu’on a créé récemment se tarit rapidement et devient boueux. En plus, les  eaux usées des w.-c. aux alentours s’infiltrent jusqu’au puits, ce qui rend l’eau impropre à la consommation. Ainsi, celle-ci n’est plus utilisée que pour la lessive et la culture », a indiqué Joceline.
Ce climat sec avancé et rallongé est parmi l’un des impacts du changement climatique global et la disparition de la végétation qui retient l’humidité au niveau local. Le phénomène de pénurie d’eau va encore s’amplifier jusqu’à l’arrivée des premières gouttes de pluie ou d’un cyclone dans la Grande île.
Nikki Razaf

Fil infos

  • Forum des dirigeants mondiaux à Genève - Des opportunités multiples pour la Grande île 
  • Retour sur la scène politique - Des politiciens ratent le coche 
  • ACTU-BREVES
  • Nouvel ordre économique mondial - Le Président Rajoelina appelle les pays à l’action
  • Incitation à la haine et diffamation - L'Administration douanière reste de marbre
  • Ambinaninony Brickaville - La propriété d’une lanceuse d’alerte incendiée
  • ONU Commerce et développement - Début du forum des dirigeants à Genève
  • Elections législatives - La débâcle de l’Opposition 
  • ACTU-BREVES
  • Parti TGV - A la recherche d'un nouveau souffle
Pub droite 1

Editorial

  • Sur tous les fronts !
    Rajoelina Andry Nirina, Président de la République de Madagasikara, fonce sur tous les fronts. Accompagné de son épouse, fidèle à ses côtés, il arpente et dévale monts et vallées. C’est dur d’être numéro Un d’un pays qui se débat contre les emprises de la pauvreté. Le couple présidentiel assume. Hier en Corée du Sud ! Avant-hier à l’Union africaine. Aujourd’hui à Genève. Demain et le lendemain, ailleurs ! Le feu professeur Zafy Albert bâtit sa notoriété en faisant le tour de Madagasikara, à travers ce qu’on appelait le « Mada – raid ». Des descentes de proximité, que le professeur-président effectuait, visaient à rencontrer les concitoyens là où ils se trouvent. Des contacts directs que les gens appréciaient beaucoup. Le feu colonel Ratsimandrava Richard, le père du Fokonolona, parcourait le pays, par le moyen du « Ala-olana », afin d’apporter des solutions aux problèmes quotidiens de la population à la…

A bout portant

AutoDiff