Publié dans Société

Trafic de drogue
 - Madagascar, plaque tournante

Publié le lundi, 10 juin 2024


La Grande île est-elle en train de devenir une plaque tournante du trafic de drogue ? Les récentes saisies spectaculaires laissent peu de place au doute. Fin 2021, 600 kilos de cocaïne ont été découverts par les Forces de l'ordre. La drogue, astucieusement dissimulée dans du sucre, témoigne d'un mode opératoire sophistiqué utilisé par les trafiquants pour ne pas éveiller les soupçons.
Ce n'était que le début d'une série d'opérations de grande envergure. Le 19 février dernier, la brigade criminelle de la Police nationale a saisi 64 kilos de cocaïne à Toamasina, une ville côtière de l'Est du pays. La drogue a été introduite clandestinement dans un conteneur de sucre en provenance du Brésil. Les responsabilités dans ces affaires restent floues : le responsable de la société d'import-export, incarcéré à Tsiafahy, est-il complice ou victime d'un réseau plus vaste ?
La presse mauricienne rappelle qu’en février 2023, une vedette rapide enregistrée à Maurice a été découverte à Nosibe-Maintialaka dans le District du port de Vohémar, au nord-est de Madagascar. Ce n'est pas un incident isolé. En mars 2023, les frères mauriciens Kenny et Kendji Morvant, ainsi qu'Avoola Oddy, ont été arrêtés pour leur implication présumée dans un trafic de drogue entre Madagascar et Maurice.
Une enquête a révélé que Juvento Nafompona, un Malgache, détenait une cargaison de skunk (cannabis) dans sa maison à Toamasina. Et les trois Mauriciens, soupçonnés de vouloir acheminer cette drogue vers Maurice par voie maritime, sont actuellement écroués. Une découverte qui s'ajoute ainsi à une liste non fermée et croissante des saisies de drogue sur l'île.
Il semble évident que Madagascar ait pris une place de choix dans cette nouvelle configuration, devenant une terre de transit pour l'héroïne et la cocaïne. Située au carrefour des routes mondiales de la drogue, la Grande île semble désormais servir de relais entre les pays producteurs d'Amérique du Sud et les pays consommateurs de l'océan Indien. La porosité des frontières n'est pas de nature à aider à endiguer le phénomène.
Cette évolution inquiétante soulève de nombreuses questions : comment Madagascar est devenu une plaque tournante majeure ? Les autorités malgaches sont-elles en mesure de freiner cette progression ? Les saisies récentes sont un signal fort, mais suffiront-elles à endiguer le flot de narcotiques transitant par l'île ? La communauté internationale et les autorités locales doivent redoubler d'efforts pour contrer cette menace croissante et protéger Madagascar d'une infiltration toujours plus profonde des réseaux de trafic de drogue.

La Rédaction

Fil infos

  • Nouvel ordre économique mondial - Le Président Rajoelina appelle les pays à l’action
  • Incitation à la haine et diffamation - L'Administration douanière reste de marbre
  • Ambinaninony Brickaville - La propriété d’une lanceuse d’alerte incendiée
  • ONU Commerce et développement - Début du forum des dirigeants à Genève
  • Elections législatives - La débâcle de l’Opposition 
  • ACTU-BREVES
  • Parti TGV - A la recherche d'un nouveau souffle
  • Actu-brèves
  • Forum des dirigeants mondiaux à Genève - Madagascar placé en première ligne
  • 60ème anniversaire de la CNUCED - Le couple présidentiel attendu à Genève 

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • De l’austérité absolue !
    Pour la énième fois, nous revenons à la charge sur la nécessité absolue d’appliquer la gestion budgétaire basée sur une politique sévère d’austérité.Les députés ont voté sans amendement le projet de Loi de Finances rectificative 2024. Deux points majeurs font la une de cette loi des finances votée à savoir, les coupes budgétaires drastiques et les subventions revues à la hausse accordées à la JIRAMA. Au total 272, 32 milliards d’Ar ont été amputés des finances publiques de l’Etat. Des coupes qui permettront au Gouvernement de faire face à d’autres dépenses beaucoup plus urgentes. Ce sont des mesures encourageantes, des initiatives courageuses mais quelque part impopulaires. Certes, elles vont provoquer de sourdes grognes au niveau de certains ministères. Mais, en vertu de l’austérité absolue, il faut le faire. Nous dirions même qu’il fallait oser aller encore plus loin. N’oublions pas que le Président Rajoelina fraîchement élu en 2018, avait décidé…

A bout portant

AutoDiff