Publié dans Société

Monde du travail - « Se lancer dans le "freelance" nécessite d’être patient et persévérant »

Publié le mercredi, 30 janvier 2019

A Madagascar, beaucoup de jeunes n’arrivent pas à trouver du travail après leurs études universitaires. Si certains arrivent à en trouver, ce n’est pas forcément dans le domaine qu’ils veulent œuvrer. Parfois, c’est juste une question de chance ou d’être au bon endroit au beau moment. Ainsi, pour qu’ils trouvent leur place dans le monde du travail, mais surtout pour gagner de l’argent, les jeunes décident de s’orienter plus vers le « freelance ». En effet, le monde professionnel commence à connaître un remaniement remarquable.  

Il faut dire que la liberté professionnelle est le principal critère qui motive celui ou celle qui opère en « freelance ». Cette liberté se traduit par la capacité d’organiser son activité professionnelle comme on l’entend. Etant le principal et l’unique décisionnaire de la réalisation de ses missions, l’indépendant choisit le lieu de travail et les horaires, ses clients et les tarifs. Bien entendu, de telles opportunités ne se présentent pas lorsqu’on travaille en tant que salarié. Cette liberté professionnelle est une aubaine non négligeable face au contexte de chômage actuel. Plus l’opérateur en « freelance » acquiert un portefeuille client et un réseau durant ces précédentes expériences professionnelles, plus il sera motivé à travailler pour son compte. Considéré comme un job moins stressant pour les uns et une alternative au chômage pour les autres, le « freelance » intéresse davantage les jeunes malagasy.

Gagner plus

A titre d’exemple concret, un blog partage l’expérience sur un jeune qui ambitionne de devenir son propre patron. En attendant de pouvoir créer sa boîte, il a décidé de faire un premier pas dans l’auto-entrepreneuriat en travaillant en « freelance ». Polyvalent, il intervient dans des domaines variés tels que le graphisme, la traduction, la gestion de sites web, « community management ». Cependant, il s’est surtout spécialisé dans la rédaction web depuis quelques années. « Pendant ma deuxième année universitaire, il fallait absolument que je trouve un travail pour pouvoir financer mes études. Je suis tombé par hasard sur une offre d’emploi pour le poste de rédacteur web dans une société offshore. J’ai postulé et j’ai été embauché. Bien que je ne sois resté que 3 mois dans cette société, j’ai aimé travailler en tant que rédacteur web. Je me suis ainsi lancé en tant que "freelance" », explique le jeune étudiant.  Et d’ajouter : « Je dois encore continuer mes études, et le fait de travailler à plein temps ne me convient pas. Faire du "freelance" me donne la possibilité de bosser à des heures libres. Je connais beaucoup de gens qui étaient salariés dans des sociétés mais qui ont décidé de devenir "freelance". La plupart d’entre eux y voient tant d’avantages grâce à la liberté des heures de travail et des tâches à accomplir ».

En tout cas, d’après toujours ce jeune étudiant, afin de se lancer et de réussir dans le « freelance », il est nécessaire d’être patient et persévérant. Il ne faut pas espérer trouver une activité rentable du jour au lendemain. Il faut prendre son temps pour travailler sa méthode d’approche et perfectionner la prospection.

Recueillis par T.A.

Fil infos

  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars
  • Lutte contre l’insécurité dans la Sofia - Le député Velontsara dénonce l’immixtion de politiciens
  • Maroc - Le retour des Marocains au pays facilité
  • Colloque sur le grand Sud - Un grand pipeline d’eau à construire et 700km de routes à réhabiliter
  • Epidémie de  Covid-19 _ Reconduction de l’état d’urgence sanitaire - Assouplissement des mesures sanitaires - Défilé militaire dans les 6 Chefs-lieux de province
  • Parlement africain - Le parlement européen doit éviter de s'impliquer dans la crise entre le Maroc et l'Espagne
  • Taolagnaro - Un colloque régional pour résoudre les problèmes du Grand Sud
Pub droite 1

Editorial

  • Le PAC fait-il peur ?
    Le Pôle anti-corruption (PAC) sème-t-il la terreur quelque part ? A en croire certaine manigance orchestrée autour d’une proposition de loi 01-2020 PL échafaudée et soumise à l’Assemblée nationale, on s’interroge légitimement. Modifiant et complétant certaines dispositions de la loi n° 2016-021 portant règlementation du fonctionnement du PAC, elle inquiète.

A bout portant

AutoDiff