Publié dans Société

Monde du travail - « Se lancer dans le "freelance" nécessite d’être patient et persévérant »

Publié le mercredi, 30 janvier 2019

A Madagascar, beaucoup de jeunes n’arrivent pas à trouver du travail après leurs études universitaires. Si certains arrivent à en trouver, ce n’est pas forcément dans le domaine qu’ils veulent œuvrer. Parfois, c’est juste une question de chance ou d’être au bon endroit au beau moment. Ainsi, pour qu’ils trouvent leur place dans le monde du travail, mais surtout pour gagner de l’argent, les jeunes décident de s’orienter plus vers le « freelance ». En effet, le monde professionnel commence à connaître un remaniement remarquable.  

Il faut dire que la liberté professionnelle est le principal critère qui motive celui ou celle qui opère en « freelance ». Cette liberté se traduit par la capacité d’organiser son activité professionnelle comme on l’entend. Etant le principal et l’unique décisionnaire de la réalisation de ses missions, l’indépendant choisit le lieu de travail et les horaires, ses clients et les tarifs. Bien entendu, de telles opportunités ne se présentent pas lorsqu’on travaille en tant que salarié. Cette liberté professionnelle est une aubaine non négligeable face au contexte de chômage actuel. Plus l’opérateur en « freelance » acquiert un portefeuille client et un réseau durant ces précédentes expériences professionnelles, plus il sera motivé à travailler pour son compte. Considéré comme un job moins stressant pour les uns et une alternative au chômage pour les autres, le « freelance » intéresse davantage les jeunes malagasy.

Gagner plus

A titre d’exemple concret, un blog partage l’expérience sur un jeune qui ambitionne de devenir son propre patron. En attendant de pouvoir créer sa boîte, il a décidé de faire un premier pas dans l’auto-entrepreneuriat en travaillant en « freelance ». Polyvalent, il intervient dans des domaines variés tels que le graphisme, la traduction, la gestion de sites web, « community management ». Cependant, il s’est surtout spécialisé dans la rédaction web depuis quelques années. « Pendant ma deuxième année universitaire, il fallait absolument que je trouve un travail pour pouvoir financer mes études. Je suis tombé par hasard sur une offre d’emploi pour le poste de rédacteur web dans une société offshore. J’ai postulé et j’ai été embauché. Bien que je ne sois resté que 3 mois dans cette société, j’ai aimé travailler en tant que rédacteur web. Je me suis ainsi lancé en tant que "freelance" », explique le jeune étudiant.  Et d’ajouter : « Je dois encore continuer mes études, et le fait de travailler à plein temps ne me convient pas. Faire du "freelance" me donne la possibilité de bosser à des heures libres. Je connais beaucoup de gens qui étaient salariés dans des sociétés mais qui ont décidé de devenir "freelance". La plupart d’entre eux y voient tant d’avantages grâce à la liberté des heures de travail et des tâches à accomplir ».

En tout cas, d’après toujours ce jeune étudiant, afin de se lancer et de réussir dans le « freelance », il est nécessaire d’être patient et persévérant. Il ne faut pas espérer trouver une activité rentable du jour au lendemain. Il faut prendre son temps pour travailler sa méthode d’approche et perfectionner la prospection.

Recueillis par T.A.

Fil infos

  • Armée Malagasy - Haro sur les conspirations
  • Preuves accablantes contre Paul R. et consorts - « Madagascar Oil » confirme le projet de coup d’Etat
  • Christian Ntsay sur la tentative d’assassinat du Président - « Ce n’est pas du cinéma, il est question de vie ! »
  • Emprisonné en Roumanie - Radu Mazère conteste son extradition de Madagascar
  • Frontières malagasy - Réouverture incertaine 
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - L’Etat-major des armées françaises lâche les deux officiers arrêtés
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - Les pièces à conviction saisies : Des armes de guerre et des milliards d'ariary
  • Projet d’attentat contre le Président de la République - Condamnation tous azimuts
  • Restitution des îles Eparses - Pas un mot des “collabos” !
  • Tentative d’élimination physique du Président Andry Rajoelina - Des ressortissants malagasy et étrangers arrêtés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • CUA, la résurrection !
    Antananarivo, la ville d’Andrianjaka, la Ville des Mille renaît-elle de ses cendres ! Guy Willy Razanamasy resurgit-il de sa tombe ! Ou plutôt, le maire Naina Andriantsitohaina jouit-il de la réincarnation du Lahimatoan’Iarivo ! Autant de questions qui taraudent l’esprit en constatant de visu la prouesse du premier magistrat de la ville et son équipe autour de l’assainissement de la Capitale.Les trottoirs de Soarano-Behoririka se dégarnissent. Ces étalagistes, les petits marchands informels qui occupaient indûment les trottoirs déménagent, à contrecœur évidemment. A coup de sifflets, de cris et des huées, ils ont occupé la rue mais les éléments de la Police municipale épaulés par ceux de la Police nationale maîtrisent la situation. En fait, ils déclinent carrément l’offre de la Commune à savoir les recaser au « Tsenaben’ny Behoririka », un nouveau et joli bâtiment « Manara-penitra », de surcroît, dédié pour. Ces étalagistes délogés jugent trop exigus le 1,5…

A bout portant

AutoDiff