Publié dans Société

Accident de la circulation - Le délit de fuite devenu une habitude

Publié le lundi, 18 février 2019

Bon nombre de citoyens préconisent de ne pas rester sur place mais de rejoindre immédiatement le Poste de police le plus proche en cas d’accident corporel. L’on justifie cette attitude par la très forte éventualité de justice populaire à laquelle les témoins oculaires sont enclins à se livrer, surtout lorsque la victime est issue de la classe sociale défavorisée. Pour d’autres fuyards, c’est la crainte de se retrouver derrière les barreaux, notamment lorsqu’il s’agit d’un accident mortel quelles qu’en soient les circonstances, comme le dispose la politique pénale en vigueur. 

Il est néanmoins étonnant de constater que, même pour des accidents non corporels, certains chauffeurs se mettent à fuir leur responsabilité pour on ne sait quelle raison. Comme ce qui est arrivé samedi 16 février dernier dans le quartier d’Ilanivato vers 9h 30. En effet, en raison de l’étroitesse de cette rue menant vers Anosipatrana, les véhicules roulant dans les deux sens se croisaient avec mille précautions, un fourgon de marque Mercedes Sprinter, encore sous immatriculation étrangère (photo) se mit à forcer le passage, allant jusqu’à emboutir violemment une voiture légère roulant en sens inverse. 

 

En situation irrégulière ?

Contre toute attente, le conducteur du fourgon, au lieu de s’arrêter, enclencha la première vitesse pour prendre la poudre d’escampette, bien que, en regardant dans son rétroviseur, il soit bien conscient des dégâts qu’il a occasionnés. Pris en chasse, le chauffard a pu malheureusement semer son poursuivant, celui-ci ayant été bloqué par les « taxis-be » qui le séparaient de sa cible. Cependant, l’un des occupants de la voiture légère, à pied, a pu prendre en photo la plaque d’immatriculation du fuyard. 

La question qui se pose est de savoir quelle pourrait être la raison d’un tel incivisme, l’accident étant purement matériel, l’auteur ne risquait donc pas grand-chose même s’il était fautif. L’explication qui vient tout de suite à l’esprit est que le véhicule fautif était en situation irrégulière, ce qui ne permettait donc pas à son conducteur de faire face à un constat à l’amiable, comme il est de coutume en cas d’accident matériel.

La Rédaction

Fil infos

  • Armée Malagasy - Haro sur les conspirations
  • Preuves accablantes contre Paul R. et consorts - « Madagascar Oil » confirme le projet de coup d’Etat
  • Christian Ntsay sur la tentative d’assassinat du Président - « Ce n’est pas du cinéma, il est question de vie ! »
  • Emprisonné en Roumanie - Radu Mazère conteste son extradition de Madagascar
  • Frontières malagasy - Réouverture incertaine 
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - L’Etat-major des armées françaises lâche les deux officiers arrêtés
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - Les pièces à conviction saisies : Des armes de guerre et des milliards d'ariary
  • Projet d’attentat contre le Président de la République - Condamnation tous azimuts
  • Restitution des îles Eparses - Pas un mot des “collabos” !
  • Tentative d’élimination physique du Président Andry Rajoelina - Des ressortissants malagasy et étrangers arrêtés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • CUA, la résurrection !
    Antananarivo, la ville d’Andrianjaka, la Ville des Mille renaît-elle de ses cendres ! Guy Willy Razanamasy resurgit-il de sa tombe ! Ou plutôt, le maire Naina Andriantsitohaina jouit-il de la réincarnation du Lahimatoan’Iarivo ! Autant de questions qui taraudent l’esprit en constatant de visu la prouesse du premier magistrat de la ville et son équipe autour de l’assainissement de la Capitale.Les trottoirs de Soarano-Behoririka se dégarnissent. Ces étalagistes, les petits marchands informels qui occupaient indûment les trottoirs déménagent, à contrecœur évidemment. A coup de sifflets, de cris et des huées, ils ont occupé la rue mais les éléments de la Police municipale épaulés par ceux de la Police nationale maîtrisent la situation. En fait, ils déclinent carrément l’offre de la Commune à savoir les recaser au « Tsenaben’ny Behoririka », un nouveau et joli bâtiment « Manara-penitra », de surcroît, dédié pour. Ces étalagistes délogés jugent trop exigus le 1,5…

A bout portant

AutoDiff