Publié dans Société

« Miss Maman Madagascar » 2019 - La couronne à Vero Ranaivoharisoa

Publié le mardi, 05 mars 2019

Ce fut la première édition de l'élection de « Miss Maman Madagascar », organisée par le comité « Miss Maman Internationale ». Le concours s'est déroulé en France et a été réservé uniquement aux membres de la diaspora malagasy. Ce ne sera plus le cas en 2020, les mamans basées à Madagascar pourront elles aussi concourir. En attendant, la « Miss Maman Madagascar » 2019, Vero Ranaivoharisoa livre ses impressions avant sa participation au concours « Miss Maman internationale 2019 ».

La Vérité (+) : Pouvez- vous nous parler de vous ? Et pourquoi avez-vous décidé de participer à cet évènement ?

Vero Ranaivoharisoa (V.R.) : « Je m'appelle Vero Hanitra Ranaivoharisoa. J'ai  52 ans, mariée, et mère de 2 enfants. Je suis sophrologue et coach en estime de soi. J'ai commencé ma carrière professionnelle en travaillant pour l'UNICEF Madagascar, Comores, Seychelles et Maurice. J'ai été responsable des achats et de la logistique. Quand j'ai entendu l'existence de cet évènement sur les réseaux sociaux, je me suis dit que je vais m'inscrire pour représenter les mamans malagasy d'Analamanga, et me voici devenue "Miss Maman Madagascar" ».

(+) : Selon vous, quels ont été vos atouts ?

V.R. : « Ma douceur et mon projet. Je suis une femme douce qui est à la fois exigeante quand il le faut. Mon projet, c'est d'ouvrir une association dont l'objectif sera d'aider les mamans au village pour améliorer leurs conditions de vie. N'attendons pas les dirigeants pour changer les choses, nous aussi on peut le faire, apportons nos contributions ! Je voudrai encourager et soutenir les mamans qui vivent particulièrement dans les villages. Supposons qu'elles veulent un petit pont pour faciliter les déplacements inter-villages, un petit bassin pour laver les linges… Dans ce cas, je souhaiterai aller sur place pour les écouter et les soutenir afin d'améliorer leur quotidien ».

(+) : Comment trouvez-vous les mamans malagasy, quelle place tiennent-elles dans la société ?

V.R. : « Les mamans malagasy sont très courageuses, rigoureuses et travailleuses. Beaucoup n'ont pas eu la possibilité de travailler dans les administrations ni d'avoir un travail qualifié, mais elles se battent pour s'en sortir et épauler leur famille. Je compare une mère à la terre. Elle donne vie, la chaleur, la fertilité, mais malheureusement elle n'est pas toujours appréciée à sa juste valeur. Et c'est pareil pour beaucoup de femmes. Les femmes sont fortes, solides comme la terre mais en même temps, elles sont fragiles. Donc, il faudra en prendre soin. En général, nombreuses sont les mamans malagasy qui souffrent. En plus de vivre dans la pauvreté, beaucoup ne se sentent pas aimées et considérées. Sans parler de la violence envers les femmes. En outre, quand on est une maman pauvre, on n'arrive pas à satisfaire les besoins des enfants et cela engendre le non-respect des enfants envers leur maman. Il faudra que les mères se protègent, qu'elles soient autonomes et éduquées et qu'on ose exprimer nos besoins dans la vie ».

(+) : Selon vous, la définition d'une maman idéale ?

V.R. : « Je n'ai pas une réponse exacte à cette question. Mais je dirai que chaque maman est précieuse, et elle mérite d'être respectée quel que soit son statut ».

(+) : Comment avez-vous trouvé les autres candidates lors de la compétition ?

V.R. : « Ce fut une très belle aventure pour moi. Je me suis fait de nouvelles amies, de nouvelles connaissances. Nous ne nous sommes pas considérées comme des concurrentes. Ce n'était pas une compétition envers les autres mais plutôt envers soi-même. Il s'agissait de donner le meilleur de soi-même. J'ai adoré cela ! J'ai rencontré des femmes merveilleuses que je ne vais jamais croiser sans avoir participé à cette compétition ».

(+) : Etes-vous prête pour la prochaine étape, c'est-à-dire rencontrer les autres mamans venues des quatre coins du monde ?

V.R. : « Si je suis actuellement élue, c'est grâce au comité "Miss Maman Madagascar", et je compte toujours sur leur accompagnement pour faire face à la compétition internationale. J'espère faire honneur à toutes les participantes de cette année et toutes les mamans malagasy.  Et je souhaite également  pouvoir réaliser beaucoup de choses avant de céder cette couronne à la prochaine "Miss Maman Madagascar", édition 2020 ».

Florentine Ravaonirina

Fil infos

  • Armée Malagasy - Haro sur les conspirations
  • Preuves accablantes contre Paul R. et consorts - « Madagascar Oil » confirme le projet de coup d’Etat
  • Christian Ntsay sur la tentative d’assassinat du Président - « Ce n’est pas du cinéma, il est question de vie ! »
  • Emprisonné en Roumanie - Radu Mazère conteste son extradition de Madagascar
  • Frontières malagasy - Réouverture incertaine 
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - L’Etat-major des armées françaises lâche les deux officiers arrêtés
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - Les pièces à conviction saisies : Des armes de guerre et des milliards d'ariary
  • Projet d’attentat contre le Président de la République - Condamnation tous azimuts
  • Restitution des îles Eparses - Pas un mot des “collabos” !
  • Tentative d’élimination physique du Président Andry Rajoelina - Des ressortissants malagasy et étrangers arrêtés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • CUA, la résurrection !
    Antananarivo, la ville d’Andrianjaka, la Ville des Mille renaît-elle de ses cendres ! Guy Willy Razanamasy resurgit-il de sa tombe ! Ou plutôt, le maire Naina Andriantsitohaina jouit-il de la réincarnation du Lahimatoan’Iarivo ! Autant de questions qui taraudent l’esprit en constatant de visu la prouesse du premier magistrat de la ville et son équipe autour de l’assainissement de la Capitale.Les trottoirs de Soarano-Behoririka se dégarnissent. Ces étalagistes, les petits marchands informels qui occupaient indûment les trottoirs déménagent, à contrecœur évidemment. A coup de sifflets, de cris et des huées, ils ont occupé la rue mais les éléments de la Police municipale épaulés par ceux de la Police nationale maîtrisent la situation. En fait, ils déclinent carrément l’offre de la Commune à savoir les recaser au « Tsenaben’ny Behoririka », un nouveau et joli bâtiment « Manara-penitra », de surcroît, dédié pour. Ces étalagistes délogés jugent trop exigus le 1,5…

A bout portant

AutoDiff