Publié dans Société

Promotion du travail décent - Des barrières à franchir pour Madagascar

Publié le jeudi, 11 avril 2019

Un taux de chômage élevé, notamment pour les jeunes et les femmes. Le travail décent reste encore une utopie pour la plupart des travailleurs malagasy. D’ailleurs, bon nombre d’entre eux ne connaissent pas leurs droits, ce qui facilite l’exploitation abusive par certains employeurs. « Les employés des entreprises clandestines ou informelles ne sont pas déclarés. Ils ne jouissent d’aucune sécurité sanitaire et sociale », résume Lalao Rasoamananoro, Secrétaire générale du syndicat « FISEMARE ». A cela s’ajoute le salaire « misérable » proposé aux employés, ne convenant ni à leurs compétences ni aux horaires du travail.

Pour le secteur maritime, les employés malagasy ne jouissent pas des droits internationaux faute d’application des conventions déjà ratifiées, sans parler de celles non adoptées. Toutes ces barrières restent à franchir dans la promotion du travail décent. Le renforcement des sensibilisations des employeurs et des travailleurs constitue une étape à passer pour y arriver. Malgré ces problèmes persistants, des progrès sont quand même enregistrés. « 70 à 75% des objectifs fixés par le programme-pays pour le travail décent de 2015 à 2019 sont atteints, selon le résultat de l’évaluation faite récemment. La révision des lois sur la sécurité sociale ou encore son extension ainsi que la validation des accords bilatéraux de travail (ABT) pour la protection des travailleurs migrants font partie des actions entreprises », informe Hermann Tandra, directeur général du travail auprès du ministère de tutelle.

Une grande sensibilisation au programme

« Ensemble pour un meilleur avenir du travail ». Un millier de personnes ont répondu présent à l’invitation de l’Organisation internationale du travail (OIT) pour la célébration de son centenaire, hier au gymnase couvert d’Ankorondrano. Madagascar a fait partie des 24 pays, dont 4 en Afrique, choisis pour participer au « Tour du monde de l’OIT en 24h ». Pour la Grande île, la retransmission directe de la célébration, y compris les témoignages, discours ou encore les diverses animations, s’est faite entre 11h et 12h. L’objectif était de sensibiliser et d’engager encore plus toutes les parties prenantes dans la lutte contre le travail des enfants et la promotion du travail décent dans le pays. « La formation dispensée par l’OIT m’a permis de m’en sortir. En fait, j’étais contrainte de travailler comme domestique dès l’âge de 14 ans. J’ai eu ensuite un enfant et vivait dans une situation précaire, avant de bénéficier d’une formation professionnelle. Grâce à cela, je travaille actuellement dans un grand hôtel à Antsirabe et peux subvenir aux besoins de mon enfant », témoigne Sabine Nomenjanahary Vololonirina, une jeune mère célibataire âgée de 23 ans. Elle fait partie des bénéficiaires des activités de l’OIT qui ont exprimé leur reconnaissance, hier.

« Le défi majeur étant de faire de la jeunesse malagasy, fragilisée par le chômage, un levier de développement et un vecteur de la justice sociale. Le programme « Fihariana » vise par exemple à ce que les femmes et les jeunes porteurs de projets puissent les réaliser, avec un soutien », s’exprime le Christian Ntsay, Premier ministre. A noter que l’OIT étant la seule organisation tripartite des Nations unies.

Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Meurtre d’un opérateur économique français - Le principal suspect extradé de Madagascar
  • AG des Nations unies - Renforcement des capacités pharmaceutiques de l’Afrique souhaité
  • 332 millions $ d’aide non remboursable du FMI - La plaidoirie de Rajoelina fait mouche
  • Membres du Gouvernement - La descente sur le terrain continue
  • Lu sur le Net - Madagascar, pays sans Covid et sans dictature vaccinale
  • Andry Rajoelina sur les îles Eparses - Appel à une veille « bienveillante et cohérente » des Nations unies
  • Acte de banditisme à Tsiazotafo - La propriétaire d’un magasin délestée d’1 million Ar
  • Assemblée générale des Nations unies - Le President Rajoelina rencontre le SG Antònio Guterres
  • Midongy- Atsimo - Quarante-cinq morts dans un affrontement
  • Assemblée générale des Nations Unies - Une première pour le Président élu Andry Rajoelina

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Projets délirants ?
    Fous ! Chimériques ! Utopiques ! Tels sont les termes signifiant comment les sceptiques voient les projets présidentiels. Des projets pharaoniques, impossibles disent les uns. Fruits de la rêverie d’un jeune visionnaire ironisent les autres. En effet, étant vu les capacités matérielles limitées de la Grande île, compte tenu des ravages de la pandémie et considérant les besoins nécessaires pour la relance économique, les concrétisations de grands projets dans un contexte pareil relèvent de la délire, un pari inaccessible ! Contre toute appréhension et en dépit des doutes, lesdits projets prennent forme l’un après l’autre. Du moins en phase d’être pour certains cas.Projet « Tanamasoandro » à Antananarivo et environs. Quand le roi Andrianjaka (1610-1630) investit la colline d’Analamanga en 1610 et fonda la « Cité des Mille » (guerriers) en chassant les Vazimba, la plaine d’en-bas (Plaine d’Antananarivo) n’était qu’un espace désert. Il a fallu le transformer en zone…

A bout portant

AutoDiff