Publié dans Société

Système « E-Visa » - Une société 100 % malagasy à l’œuvre

Publié le lundi, 29 avril 2019

Installé auprès de 8 aéroports malagasy depuis 2018. Le système « E-visa » permet la délivrance de visas électroniques aux étrangers non-immigrants de passage à Madagascar. Ce moyen de contrôle, conçu et mis en œuvre par la société malagasy « MadaOzi » contribue non seulement à augmenter le nombre de touristes venus visiter le pays, mais il permet également le renforcement de la sécurité et assure la traçabilité des recettes de l’Etat. « Après une mise en régie suite aux conflits internes auprès de l’AMETIS, le ministère de la Sécurité publique, en tant qu’autorité délégante, nous a choisis comme société délégataire de la délivrance de visas électroniques. Une convention y afférente a été signée et ce pour une durée d’exploitation de 10 ans », informe Michel Lazasoa, directeur général de ladite société malagasy. Celle-ci, en tant qu’ancien sous-traitant d’AMETIS, s’est chargée du développement de toutes les techniques d’accueil des touristes, de la délivrance des visas électroniques ou encore de l’opérationnalisation du réseau de connexion auprès des aéroports. La société emploie une quarantaine d’employés, dont des jeunes techniciens qui ont développé le logiciel du projet « E-visa ».


Une fuite de capitaux à craindre
Fruit du partenariat public-privé, les prestations de délivrance des visas électroniques et l’accueil des touristes auprès des 8 sites aéroportuaires vont bon train. Pourtant, les tentatives de résilience du contrat affluent. Une société étrangère serait derrière ces magouilles, à en croire nos sources. La copie du contrat en question a déjà eu lieu, avec des erreurs considérables. Cette situation pourrait entraîner à la fois une fuite de capitaux et une entrave à la sécurité nationale puisque bon nombre de dossiers seraient déjà entre la main de la société étrangère. « Nous interpellons les autorités compétentes à suivre de près cette situation. Les prestations et services publics malagasy devraient être assurés par une société 100 % malagasy », avance Rivo Tahiana Nomenjanahary, directeur des Affaires juridiques auprès de ladite société. Ses employés, composés de jeunes ingénieurs développeurs, techniciens, opérateurs, etc., s’exercent auprès des 8 sites aéroportuaires, à savoir Antananarivo, Nosy Be, Antsiranana, Mahajanga, Toamasina, Sainte-Marie et récemment Fort-Dauphin et Toliara. Ensemble, ils disent « non à l’accaparement du projet par une société étrangère ». Affaire à suivre !
Recueillis par Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Aide aux sinistrés - Le Président incite les églises à l'hospitalité
  • Axe Antananarivo-Toamasina - La circulation rétablie !
  • Coupure sur la RN2 - Un pont « Bailey » pour rétablir la circulation
  • Ligne aérienne Réunion-Antananarivo - Le coût du billet fait grincer des dents
  • Débordement du barrage d’Antelomita - Evacuation immédiate des riverains de l’Ikopa
  • Dégâts des intempéries sur la Route nationale - Les stocks de carburant suffisants pour la Capitale
  • Rajoelina dans les bas-quartiers - Le courant passe toujours !
  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Velirano dérange !
    Les projets phares du Président Rajoelina perturbent. Dans la perspective de démarrage de gros chantiers promis par le candidat portant le dossard numéro 13 du MAPAR, certains acteurs politiques locaux, aux esprits obtus animés par l'obscurantisme, lèvent les boucliers. Sous d'autres cieux également, certains parlementaires de l'ancienne puissance coloniale montent au créneau et se permettent de remettre en cause un des projets-clés du régime. En effet, Velirano dérange ! On ne se prive pas par tous les moyens de le gêner et de lui jeter des bâtons dans les roues.

A bout portant

AutoDiff