Publié dans Société

Triple meurtre à Toamasina - Le gardien reste encore introuvable

Publié le mercredi, 15 mai 2019

L'assassinat de façon inhumaine d'un retraité français de Guadeloupe, du nom de Francisco Perez (64 ans), de Monica Soa (48 ans) - sa femme malagasy - et de Ferlando Randrianjaka (7 ans), l'enfant adoptif du couple, dans leur maison de dépôt à Vohitsara Toamasina, n'en finit pas d'horrifier l'opinion locale. En attendant que la Police puisse avancer l'enquête, le gardien qui était au service des victimes, et qui a disparu depuis l'éclatement de l'affaire, reste encore introuvable. Il est l'un des principaux suspects dans celle-ci.

 

Néanmoins, l'audition par la Police des quatre menuisiers et maçons en charge des travaux de finition de la nouvelle maison des victimes se poursuit toujours. Pourquoi le soupçon pèse sur ces derniers ? Les concernés auraient été trahis par leur attitude et leur comportement suspects, et ce, plus d'une fois.

Notre source locale assure que les riverains s'accordent à dire les avoir vus rôder plusieurs fois sur les lieux, et ce, lors même de l'absence des locataires. « Lorsqu'on les a interrogés sur le motif de leurs va-et-vient autour de cette maison, leurs réponses étaient souvent évasives s'ils n'évoquent pas le présumé oubli d'un matériel ou d'un quelconque objet à l'intérieur », commente notre source. La Police reconnaît qu'aucune investigation, disons plus poussée, n'a pu s'effectuer. Même embarras du côté du médecin légiste. L'état des cadavres l'a tout simplement empêché d'approfondir les observations ou de faire une quelconque tentative d'autopsie.

Les trois victimes ont dû être inhumées mardi soir dernier au cimetière des étrangers à Toamasina même. Quelques proches de Monica Soa ont assisté aux enterrements du mardi soir. Mais du côté de son conjoint, aucun. En revanche, des représentants du Consulat de France étaient venus pour les circonstances, selon une source locale. « Le Consulat français suit de près cette affaire », précise l'information.

Franck Roland

Fil infos

  • Coopération - Des émissaires de la JICA à Ambohitsorohitra
  • Révélation au procès de Mbola Rajaonah - L’Etat spolié de 125 milliards d’ariary
  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Le jeune prodige !
    Phénomène Oboy ! Quart de siècle tapant, Oboy séduit mieux encore et enivre les jeunes. A travers ses textes et de par son style, Oboy est unique en son genre. Succès phénoménal en France et sur le plan international, le jeune prodige force l’admiration mais également suscite la jalousie ! En effet, Oboy fait des jaloux même dans son propre pays, Madagasikara. Son tout récent passage à Tanà explose l’enthousiasme et déchaine les fantasmes dans tous ses états. Oboy a fait vibrer le mythique Palais des sports et de la culture de Mahamasina.D’un parcours atypique, le jeune prodige gravite et entre, sans coup férir, dans la cour des grands. Né le 6 janvier 1997 à Madagasikara, Mihaja Ramiarinarivo de son nom d’Etat civil, Oboy grandit à Val-de-Marne, plus précisément à Villeneuve-Saint-Georges. Il se lance dans le rap, cette danse urbaine moderne en 2015, à l’âge de 18 ans. Très vite,…

A bout portant

AutoDiff