Publié dans Société

Fête musulmane « Aïd el-Fitr» - Le président de la FSM sème la discorde

Publié le jeudi, 30 mai 2019

Après avoir proposé au Gouvernement de décréter la date du 4 juin 2019 marquant la fin du mois sacré de Ramadan ou le « Aïd el-Fitr » comme férié,  le président de l'association cultuelle dite « Fikambanana Silamo Malagasy » ou FSM  Abdoul Hady a changé d'avis. En effet, dans une lettre datant du 21 mai qu'il a dûment  signée et adressée au ministre de la Fonction publique du Travail et des Lois sociales, Abdoul Hady a demandé la rectification par voie de décret de la  date de l'Aïd el-Fitr citée supra.  Suivant cette deuxième proposition, le Conseil du Gouvernement a décidé de modifier cette fête musulmane pour ce mercredi 5 juin au lieu du mardi 4 juin 2019.

A 72 heures de la fête de l'Aïd el-Fitr, Abdoul Hady sème ainsi la discorde notamment au niveau de la communauté musulmane ainsi que du secteur économique. Selon ce président  de l'association cultuelle «FSM » le calendrier de la plupart des ségrégations musulmanes d'Antananarivo indique que le jêune se termine le mardi 4 juin 2019 et la fête Aïd El-Fitr  aura donc lieu le mercredi 5 juin 2019. Une analyse qui serait confirmée par les données astronomiques fournies par l'Institut et observatoire de géophysique d'Antananarivo (IOGA).  

Sauf que les choses ne se passent pas ainsi pour les musulmans. Un mois, pour ces derniers, dure 29 ou 30 jours. Pour ainsi dire que le mois de Ramadan pourra durer 29 ou 30 jours. Il n'y a donc pas de date fixe pour la célébration de l'Aïd el-Fitr. Celle-ci, de ce fait, pourrait avoir lieu le 4 ou le 5 du mois de juin prochain. Tout dépend de l'apparition du premier croissant de lune. Et Abdoul Hady en tant que musulman est censé le savoir. A moins que derrière ce changement subit de décision se cache autre chose.

Faut-il rappeler que Abdoul Hady, cet ancien conseiller de l'ancien Premier ministre Olivier Mahafaly,  n'est pas le véritable président national de la FSM et qu'il est contesté par toutes les sections au niveau  des différentes régions ainsi que le conseil national de ladite association. Pour revenir à cette dernière proposition de la date de l'Aïd el-Fitr faite par Abdoul Hady, elle a  suscité l'indignation au sein même de la communauté musulmane et les fidèles musulmans des différentes mosquées dont celle d'Antananarivo.

« Abdoul Hady aurait tout simplement dû s'en tenir à la date décrétée par le Gouvernement au lieu de tout chambouler à la dernière minute », a déclaré un de ses proches. On croit savoir que les membres du conseil national et ceux du conseil d'administration  de la FSM démocratiquement élus  lors du dernier congrès qui s'est tenu à Mahajanga en 2015 s'apprêtent également à condamner l'attitude d'Abdoul Hady lequel pour eux n'est qu'un usurpateur. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'ils ont porté plainte contre cet ancien conseiller du Pm Olivier Mahafaly. A  noter que l'affaire est actuellement traitée au niveau du PAC.

Mécontentement

Fil infos

  • Débordement du barrage d’Antelomita - Evacuation immédiate des riverains de l’Ikopa
  • Dégâts des intempéries sur la Route nationale - Les stocks de carburant suffisants pour la Capitale
  • Rajoelina dans les bas-quartiers - Le courant passe toujours !
  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Transparence oblige !
    L'autre fois, il a été question que nous jugions impérieux de livrer à travers la colonne ci-présente un sujet responsable : l'obligation à l'austérité. Un concept qui fâche mais c'est un passage obligé vers la bonne gouvernance. Autrement, la culture de la tempérance, de la sobriété et de la modération doit être inculquée à tous les niveaux du pouvoir. Il fut un temps où l'on avait inculqué aux élèves de l'Ecole officielle, l'ancêtre de l'Ecole primaire publique (EPP), en cours d'instruction civique, la notion de « tempérance », de « sobriété » et de « modération ».

A bout portant

AutoDiff