Publié dans Société

Maladie cardiovasculaire - Les aliments ultra-transformés augmente le risque de mortalité

Publié le lundi, 17 juin 2019

Près de la moitié de la population malagasy souffre d'hypertension artérielle. Selon les statistiques officielles, le taux de prévalence est de 43 à 54 %. A Madagascar, cette maladie est devenue un problème de santé publique. L'OMS (Organisation mondiale de la santé)  estime que plus de 11 millions de Malagasy, soit près de la moitié de la population, sont hypertendus. De source médicale, une personne est considérée être atteinte de l'hypertension lorsque sa tension artérielle monte jusqu'à 14/9, voire plus. Dans notre pays, cette maladie dite non-transmissible touche fréquemment les personnes âgées de 18 ans et plus.

 

En effet, une recherche récemment publiée a affirmé qu'un risque accru de maladies cardiovasculaires peut se trouver chez les consommateurs d'aliments ultra-transformés. Durant les dernières décennies, les habitudes alimentaires se sont modifiées dans le sens d'une augmentation de la consommation de cette catégorie d'aliments contribuant aujourd'hui à plus de la moitié des apports énergétiques dans de nombreux pays occidentaux. Ces aliments se caractérisent souvent par une qualité nutritionnelle plus faible, mais aussi la présence d'additifs, de composés néoformés et de composés provenant des emballages et autres matériaux de contact.

Et même si ce n'est pas encore le cas pour tous Malagasy, certains se mettent déjà à consommer des produits transformés, surtout des produits surgelés et emboités. Des études récentes ont en effet montré des associations entre la consommation d'aliments ultra transformés et un risque accru de dyslipidémie, de surpoids, d'obésité et d'hypertension artérielle. Les chercheurs de l'Equipe de recherche en épidémiologie nutritionnelle (EREN) - dont l'étude est publiée cette semaine - ont également déjà observé des liens entre la consommation d'aliments ultra-transformés et les risques de cancer, de mortalité, de symptômes dépressifs et de troubles fonctionnels digestifs, mais aucune étude épidémiologique n'avait, jusqu'à ce jour, abouti à des relations entre la consommation de ces aliments et le risque de maladies cardiovasculaires.

Pour beaucoup de Malagasy victimes de l'hypertension, la pauvreté rend très difficile l'accès au traitement de la maladie. Comme il s'agit d'une maladie nécessitant une stricte surveillance et un traitement médical permanent, les dépenses relatives à la prise en charge sont généralement coûteuses et ne sont pas à la portée de tout le monde. Quoi qu'il en soit, les recommandations nutritionnelles publiées récemment par Santé publique France de cette année conseillent de limiter la consommation de nourriture ultra-transformée et de privilégier les aliments bruts ou peu transformés, en adéquation avec l'objectif du Haut conseil de la santé publique (HCSP) de réduire de 20 % la consommation d'aliments ultra-transformés en France d'ici 2022.

Recueillis par T.A.

Fil infos

  • La Vérité de la semaine
  • Saisie de 22,5 kg d’or aux Seychelles - Soupçons de laxisme au sein des organes de contrôle malagasy
  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cas désespéré !
    Quand quelqu’un détruit un des biens personnels à la maison, il est à plaindre. Mais quand il s’amuse à démolir sa propre maison en sapant irrémédiablement les fondations, il est malade voire un cas désespéré !Les désastres par le feu continuent. Des incendies ravageurs se déclarent un peu partout sur le territoire national presque au même moment. Des feux involontaires ou actes criminels ? Les résultats des enquêtes nous fixeront sur les détails. Dans tous les cas de figure, l’incendie détruit à jamais ! Des crimes de sang à la destruction totale des patrimoines nationaux en passant l’anéantissement d’une partie non négligeable des zones protégées pour en finir aux habitations humaines et d’animaux d’élevage défraient les chroniques. Des villages entiers disparaissent avec ce que cela suppose de dégâts humains, matériels et d’ordre moral. Des familles perdent en un seul moment tout ce qu’elles ont durement épargné des années. Tout récemment,…

A bout portant

AutoDiff