Publié dans Société

Bourse d’études en Chine - Une quarantaine d’étudiants malagasy bénéficiaires

Publié le jeudi, 22 août 2019

Pour l’année universitaire 2019-2020, 40  nouveaux étudiants malagasy représentant les six provinces et respectant le genre vont  poursuivre leurs cursus universitaires dans  29 universités chinoises. Ayant décroché la bourse  d’études  octroyée par le Gouvernement chinois, ces talentueux vont se répartir dans les filières aéronautique, génie civil, ingénierie minière, informatique, finance, gestion,  diplomatie et traduction. Et ils vont y passer trois ans d’études au minimum. La sélection a été passée par deux étapes. « Une commission interministérielle a été chargée de traiter tous les dossiers déposés. Et c’est au Gouvernement chinois de les valider après par la suite» explique Raharimanana Marie, secrétaire permanent la Commission nationale des bourses extérieures (CONABEX). D’après ses propos, des critères  de sélection ont été imposés pour avoir cette liste finale des boursiers malagasy. La  sélection s’est notamment portée sur les compétences des étudiants à savoir la maitrise parfaite de la langue anglaise justifiée par un certificat. A cela s’ajoute l’obtention des diplômes de Licence et Master pour les candidats postulant en doctorat. Selon toujours ce secrétaire permanent  du CONABEX, 400 à 600 demandes de bourse à l’étranger sont traitées auprès de cette institution sous la tutelle du ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique (MESUPRES).

Et 300 d’entre elles constituent des dossiers à destination de la Chine. « La partie chinoise fournira encore à l’Afrique plus de bourses d’études  gouvernementales et sera prête à accueillir  un nombre plus   important d’Africains  dans des séminaires de formation, afin de former pour  l’Afrique plus de professionnels dans divers  domaines » promeut Yang Xiaorong, ambassadeur de Chine à Madagascar.  Dans son discours, elle a souhaité que les étudiants malagasy puissent, à travers les expériences d’études en Chine, enrichir leurs connaissances professionnelles et approfondir  la compréhension sur la Chine afin d’apporter une plus grande  contribution au développement de Madagascar.  Une réflexion  qui a  été appuyée par la Professeure Blanche Nirina Richard, numéro un du MESUPRES. Dans sa prise de parole, elle a attiré les attentions des  boursiers à revenir dans le pays une fois les études terminées pour partager les acquis dans  le cadre professionnel.  Il est à noter que depuis la coopération éducative entre Madagascar et le Gouvernement chinois, plus de 700 étudiants malagasy au total y ont pu faire des études universitaires grâce à cette bourse. A cela s’ajoutent les 2000  Malagasy bénéficiant des stages  de formation concernant différentes filières.
 Recueillis par  K.R.

Fil infos

  • Descente inopinée à la maison de force de Tsiafahy - Le traitement de faveur de Mbola Rajaonah démasqué
  • Lutte contre la malnutrition - L'usine promise par le Président de la République embarquée
  • Assassinat de Danil Radjan - Des révélations de la famille en vue 
  • Sénatoriales - Sans surprise, le parti TIM officialise son boycott
  • Extradition de Raoul Arizaka Rabekoto - La partie malagasy attend la réaction des autorités françaises et suisses
  • Encadrement juridique des élections - La CENI avance des « amendements »
  • Détournements à la CNAPS - L’Exécutif amorphe contre Raoul Arizaka Rabekoto
  • Palais d'Iavoloha - L'ambassadeur « malgachophone » fait ses adieux
  • Carburants - L’Etat doit encore 83 milliards d’ariary aux pétroliers
  • KMF-CNOE – Etat malagasy - Le Conseil d’Etat se déclare incompétent

La Une

Editorial

  • En avant, la relance !
    Le pays suffoque. L'économie s'agenouille. La pandémie de Covid-19, la faucheuse, menace toujours. C'est dans une telle atmosphère moribonde que le peuple malagasy est appelé à avancer, à relever ensemble le défi de la relance. L'Etat desserre l'étau du confinement. Apparemment, le bilan de la Covid s'améliore au fil des jours. Le nombre de décès diminue considérablement jusqu'à descendre à zéro ces derniers jours. Certes, le bilan des nouveaux cas de contamination continue à garder son rythme mais les chiffres restent modérés jusqu'alors. Raison pour laquelle les décideurs politiques au niveau de l'Etat osent prendre des mesures courageuses dans le sens du déconfinement. Il en faut bien du fait que tout le pays risque de payer trop cher le coût d'un confinement continu.

A bout portant

AutoDiff