Publié dans Société

Exécution sommaire à Ampefiloha - Le policier incriminé jeté en prison

Publié le mardi, 27 août 2019

Sujet de polémique. La vidéo exposant un agent de Police exécutant en public un prétendu suspect lors d’un braquage raté à Antsahamanitra, vendredi dernier à Ampefiloha, a suscité beaucoup de réactions. La Police nationale n’est pas restée de marbre devant cette bavure, et non bravoure, d’un des siens en prenant une décision radicale. En effet, le ministre de la Police, le Contrôleur  général Rafanomezantsoa Roger, a informé la presse dans la soirée d’ hier que le policier qui a donné le coup mortel à un présumé braqueur à terre et désarmé a été mis sous mandat de dépôt après avoir été présenté devant le Parquet. Il a par ailleurs présenté ses condoléances à la famille de la victime et a promis de prendre des mesures disciplinaires aux brebis galeuses. Le ministre de la Sécurité publique a martelé que le corporatisme n’a pas sa place dans son département et que les fautifs devront être sanctionnés. Bon nombre de téléspectateurs et abonnés des réseaux sociaux s’en disent outragés, en pointant du doigt le geste du policier. Ceci d’autant plus que le suspect, étant déjà à terre, a été sans arme.La vidéo publiée sur une chaîne privée de la Capitale pour ensuite être partagée sur les réseaux sociaux semble pourtant compromettante. La Police reconnait que la sécurisation et la lutte contre les actes de banditisme sont sacrées. Aussi, les missions des policiers sont régies par les lois en vigueur.

Les avis divergent concernant cette exécution sommaire à Ampefiloha. « Que cela sert de leçon aux autres brigands, lesquels n’hésitent pas à violer et tuer leurs victimes. Ils méritent une telle peine. Si les Forces de l’ordre ne le font pas, cela finira par une vindicte populaire », s’exprime Mandimby R., père de famille déjà victime de cambriolage meurtrier. « Le suspect était déjà à terre et sans arme. L’agent de Police n’avait pas le droit de l’exécuter. Il aurait dû juste le mettre entre les mains de la Justice pour décider de sa peine. Dans tous les cas, je suis contre les agressions et abus policiers. C’est une preuve tangible du non respect du droit de l’Homme, du droit à la vie », contredit Prisca A., juriste.
 La Rédaction

Fil infos

  • Descente inopinée à la maison de force de Tsiafahy - Le traitement de faveur de Mbola Rajaonah démasqué
  • Lutte contre la malnutrition - L'usine promise par le Président de la République embarquée
  • Assassinat de Danil Radjan - Des révélations de la famille en vue 
  • Sénatoriales - Sans surprise, le parti TIM officialise son boycott
  • Extradition de Raoul Arizaka Rabekoto - La partie malagasy attend la réaction des autorités françaises et suisses
  • Encadrement juridique des élections - La CENI avance des « amendements »
  • Détournements à la CNAPS - L’Exécutif amorphe contre Raoul Arizaka Rabekoto
  • Palais d'Iavoloha - L'ambassadeur « malgachophone » fait ses adieux
  • Carburants - L’Etat doit encore 83 milliards d’ariary aux pétroliers
  • KMF-CNOE – Etat malagasy - Le Conseil d’Etat se déclare incompétent

La Une

Editorial

  • En avant, la relance !
    Le pays suffoque. L'économie s'agenouille. La pandémie de Covid-19, la faucheuse, menace toujours. C'est dans une telle atmosphère moribonde que le peuple malagasy est appelé à avancer, à relever ensemble le défi de la relance. L'Etat desserre l'étau du confinement. Apparemment, le bilan de la Covid s'améliore au fil des jours. Le nombre de décès diminue considérablement jusqu'à descendre à zéro ces derniers jours. Certes, le bilan des nouveaux cas de contamination continue à garder son rythme mais les chiffres restent modérés jusqu'alors. Raison pour laquelle les décideurs politiques au niveau de l'Etat osent prendre des mesures courageuses dans le sens du déconfinement. Il en faut bien du fait que tout le pays risque de payer trop cher le coût d'un confinement continu.

A bout portant

AutoDiff