Publié dans Société

Résultats catastrophiques du BEPC - Le sureffectif en classe de troisième

Publié le lundi, 23 septembre 2019

Les résultats de l’examen du Brevet d’études du premier cycle (BEPC) ont des impacts sur l’organisation au sein des écoles publiques ou privées. Dans la plupart d’entre elles, l’effectif des élèves en classe de 3e a doublé, pour la prochaine année scolaire. En même temps, les établissements devraient s’occuper des passants et ne pas mettre à l’écart les redoublants. Les responsables au sein de ces écoles ont le même avis, ces résultats ont changé totalement la donne, notamment pour les collèges. « C’est difficile pour nous de gérer cette situation, d’autant plus que nos effectifs sont limités, autant que l’infrastructure », avance un directeur d’école privée sise à Alarobia. Avant même la sortie des résultats, les parents ont déjà terminé la réinscription et actuellement, il ne reste que quelques places seulement.

 

Face à cette situation, beaucoup de parents, ayant des enfants en classe de 3e sont confrontés à d’autres problèmes que l’échec. D’un côté, les inscriptions sont déjà clôturées pour les classes de 3e et occupées par les passants. Ainsi,  bon nombre des établissements refusent de prendre d’autres élèves ou d’augmenter le nombre des effectifs. « La réinscription de nos enfants est encore en suspens. Selon les responsables, ils sont encore en pleine réunion concernant cette classe d’examen, notamment l’infrastructure », avance Lalanirina, une mère de famille dont sa fille a échoué à l’examen du BEPC.  Mais à entendre dire, les écoles ont peur que la même situation revient et détruit leur image.

De l’autre côté, les établissements ont mis en place une nouvelle organisation, afin de ne pas délaisser les parents et les élèves. « Nous n’avons que quelques semaines avant la rentrée scolaire. Pourtant, nous devons trouver d’autres solutions que de renvoyer les redoublants. Nous avons  donc décidé de supprimer une classe de seconde pour la transformer en 3e », avance Sarah Herimamy, directrice d’un lycée privé. C’est d’ailleurs une solution provisoire qui peut affecter de nouveau les résultats des examens à cause du sureffectif.

Ces  résultats est une sonnette d’alarme pour la qualité de l’éducation dans le pays. Outre le renforcement des capacités des enseignants, la surveillance des parents, le renforcement de la surveillance du ministère de tutelle pour la création des écoles dans chaque coin de la rue est de rigueur. Ces derniers temps, la création d’une école est devenue un autre business dans le pays.

 Anatra R. 

Fil infos

  • Descente inopinée à la maison de force de Tsiafahy - Le traitement de faveur de Mbola Rajaonah démasqué
  • Lutte contre la malnutrition - L'usine promise par le Président de la République embarquée
  • Assassinat de Danil Radjan - Des révélations de la famille en vue 
  • Sénatoriales - Sans surprise, le parti TIM officialise son boycott
  • Extradition de Raoul Arizaka Rabekoto - La partie malagasy attend la réaction des autorités françaises et suisses
  • Encadrement juridique des élections - La CENI avance des « amendements »
  • Détournements à la CNAPS - L’Exécutif amorphe contre Raoul Arizaka Rabekoto
  • Palais d'Iavoloha - L'ambassadeur « malgachophone » fait ses adieux
  • Carburants - L’Etat doit encore 83 milliards d’ariary aux pétroliers
  • KMF-CNOE – Etat malagasy - Le Conseil d’Etat se déclare incompétent

Editorial

  • En avant, la relance !
    Le pays suffoque. L'économie s'agenouille. La pandémie de Covid-19, la faucheuse, menace toujours. C'est dans une telle atmosphère moribonde que le peuple malagasy est appelé à avancer, à relever ensemble le défi de la relance. L'Etat desserre l'étau du confinement. Apparemment, le bilan de la Covid s'améliore au fil des jours. Le nombre de décès diminue considérablement jusqu'à descendre à zéro ces derniers jours. Certes, le bilan des nouveaux cas de contamination continue à garder son rythme mais les chiffres restent modérés jusqu'alors. Raison pour laquelle les décideurs politiques au niveau de l'Etat osent prendre des mesures courageuses dans le sens du déconfinement. Il en faut bien du fait que tout le pays risque de payer trop cher le coût d'un confinement continu.

A bout portant

AutoDiff